2014-07-31

http://still-your-minds-eye.tumblr.com/

Oleg Vorotnikov

Italy to Extradite Leader of 'Voina' Art Collective
  The Moscow Times
  Jul. 30 2014 19:57
  Last edited 19:57
Extradition proceedings have been launched in Italy against Oleg Vorotnikov, the 35-year-old leader of controversial Russian art collective Voina, Fontanka.ru reported Wednesday.
He was detained in Venice on Monday with his wife and fellow activist Natalya Sokol after the pair found themselves in an altercation with Italian anarchists.
Though extradition proceedings are under way against Vorotnikov at the request of Russian prosecutors, the procedure could take months, according to the report.
Voina made a name for itself after painting a 64-meter-long penis across a St. Petersburg bridge facing the local FSB headquarters in June 2010. The following month, the group staged a protest that saw a member engage in activity of a sexual nature with a frozen chicken.
They have since engaged in an array of other colorful antics in the name of "performance art." Among other things, various members of the group were charged in 2012 with setting fire to a police truck in St. Petersburg.
According to his public Interpol file, Vorotnikov faces charges for "insulting a representative of the authority" and "using violence against the representative of the authority."
He had earlier faced up to seven years in prison on hate crime charges for overturning police cars in 2010 as part of one of the group's performances. Investigators later asked prosecutors to drop the case for a lack of proof that the move constituted a hate crime.

http://www.themoscowtimes.com/news/article/italy-to-extradite-leader-of-voina-art-collective/504327.html

OLEG

30 Jul 2014, 15:37
#FREEVOINA. FREE OLEG!!
Three days ago, in Venice, Oleg Vorotnikov, member of the Voina Art Group was hardly beaten during a fight. When the police arrived on the spot they decided to take Oleg into custody. Voina are well known for their artistic actions which have powerfully critiqued authoritarian rule, homophobia, the use of religion as an instrument of political persecution, and the restriction of free speech and thought. Unfortunately Oleg was identified as the target of an international arrest warrant, arrested and brought to the prison of Venice, waiting for the extradition procedure to start. We don't want the Italian justice to send back Oleg to Russia, we want Oleg to be released and free again. We know that Oleg and his family were forced to abandon their homeland because of political persecution, because the Russian Government arrested several members of Voina not liking the message of freedom expressed through their art. Russia is in no way new to the repression of art and freedom of speech. Of course Oleg will face no fair trial if sent back home.
Oleg is not alone and currently followed by a lawyer, but now we need the solidarity of all the art and intellectual community around the world. Voina (who were co-curator of the last Berlin Biennale) must be free, Oleg must come back to his partner and his kids!

http://en.free-voina.org/post/93301327006

Russie : l'un des fondateurs du groupe d'art Voïna arrêté à Venise
Quentin Girard et Filipo Ortona 29 juillet 2014 À 18:56

Oleg Vorotnikov, fondateur du mouvement artistique Voïna, dont sont issues les Pussy Riot, a été arrêté à Venise après une bagarre contre des anarchistes locaux.

Oleg Vorotnikov, 35 ans, a été arrêté lundi 27 juillet à Venise à la suite d'une violente bagarre dans un squat, selon nos informations.
L'activiste russe, fondateur de Voïna, un groupe artistique dont sont issues les Pussy Riot, est recherché depuis plusieurs mois par les autorités de son pays pour «insulte et violence contre des représentants de l'ordre». Ce n'est qu'une fois interpellé que la police de Venise a découvert son identité et qu'il est recherché par Interpol, à la demande de Moscou. Il risque, en cas d'extradition, plusieurs années de «colonie pénitentiaire», l'appellation moderne du goulag.
Après s'être caché en région parisienne, il résidait depuis quelque temps dans la Cité des Doges avec sa femme, Natalia Sokol, et son fils, dans un squat, Ex Ospizio di Santa Marta, tenu par des anarchistes locaux. 
Jointe au téléphone par Libération, la police de Venise a bien confirmé l'arrestation. Selon elle, elle est intervenue à la suite d'appels des voisins. Le leader de Voïna et les occupants des lieux se seraient violemment affrontés, sans que l'on sache, pour le moment, l'origine exacte de cette bagarre. Selon l'inspecteur Gaetano, de la Digos, les services d'opération spéciale en charge du dossier, Oleg Vorotnikov était, à l'arrivée des forces de l'ordre, en possession d'une hache. Il aurait tenté d'abattre la porte du squat.
Sur leur Facebook, les activistes russes ont posé plusieurs photos d'Oleg Vorotnikov, ensanglanté. Ils expliquent qu'il a été agressé au départ par les anarchistes italiens. 
«Une arrestation, qui plus est à l'étranger, se devrait au moins d'avoir un motif sérieux», dénoncent la féministe française Safia Lebdi et la Femen ukrainienne Oksana. Toutes deux proches d'Oleg Vorotnikov, elles appellent, dans un texte qui commence à circuler, à sa libération. Il «est, au pire, "coupable" de provocations politiques, comme ses amies des Pussy Riot, et ce dans un Etat où les droits de l'opposition sont aussi réduits que possible. La violence de la police, la partialité de la justice comme la barbarie du système concentrationnaire maintenu depuis Staline, interdisent d'extrader quiconque pour le livrer à Poutine», écrivent-elles.
Créé en 2007, le groupe d'art Voïna («guerre», en russe), s'est rendu célèbre en Russie pour ses actions protestataires, subversives et parfois obscènes. Le dessin à Saint-Pétersbourg d'un phallus d'une soixantaine de mètres sur un pont menant au FSB local leur avait notamment valu une notoriété internationale. Récompensé par plusieurs prix d'art contemporain, Voïna a également subi l'ire des autorités russes.
Avant de quitter le pays, Oleg Vorotnikov et un autre activiste ont déjà passé quatre mois en prison, en 2011. 

http://www.liberation.fr/monde/2014/07/29/russie-l-un-des-fondateurs-du-groupe-d-art-voina-arrete-a-venise_1072388

2014-07-29

A blackbird to sing me day


Duthracar, a maic De bi, a ri suthain sen,
bothan derruid dihrabha comad hi mo threab

I wish, O Son of the living God,
O ancient, eternal King,
For a tiny hut in the wilderness
that it may be my dwelling.

A lark to sing me the risen sun
And a blackbird to sing me day,
A whispering stream and a silent pool
To wash all my sins, wash my sins all away

And Twelve good men who are sound and true
To help me to sing to the Lord.
And a pure linen cloth for the altar piece
And candles so bright they will light me the Word.

Grant me the gifts that the earth may bring
That I may gladly take
Raiment and food
Just enough to keep me singing
And praising the Lord of creation.

John Cameron, Missa Celtica, Erato, 1999
To Iona - 1, The Hermit Song : Emmanuel Lawler (Celtic tenor), Chamber Ensemble - 2, Colum’s Voyage : Emmanuel Lawler (Celtic tenor), John Bowley (Latin tenor), New College Choir, English Chamber Orchestra – 3, Adiutor to Iona : John Bowley (Latin tenor), John Anderson (Solo oboe)

With those dear old folks that loved me long ago


I am dreaming of the mountains of my home
Of the mountains where in childhood I would roam
I have dwelt 'neath southern skies
Where the summer never dies
But my heart is in the mountains of my home

I can see the little homestead on the hill
I can hear the magic music of the Rhyl
There is nothing to compare
With the love that once was there
In the lonely little homestead on the hill

I can see the quiet churchyard down below
Where the mountain breezes wander to and fro
And when God my soul will keep
It is there I want to sleep
With those dear old folks that loved me long ago


My Little Welsh Home / Breuddwyd Glyndwr (1950)
William Stanley Gwynn Williams (1896 - 1978)
Bryn Terfel

Groupe d'âmes

 
Jean-Charles Chabot https://www.facebook.com/hypnoseJC 

2014-07-28

Pray

How could I not ?


- Anna ! Run away, go ! How could you find me? 
- How could I not ? 

- Anna ! Fous le camp, sauve-toi... Comment tu m'as retrouvé ?
- Comment aurais-je pu faire autrement ?


Andrzej Żuławski, Possession, 1981

Possession Uncut







Andrzej Żuławski, Possession, 1981
Mondo Vision
Special Edition
Limited Edition
http://www.mondo-vision.com/
https://www.facebook.com/andrzejzulawskispossession
https://www.facebook.com/pages/Andrzej-Zulawski/10292567167
http://twitchfilm.com/2014/07/blu-ray-review-the-possession-release-by-mondo-vision-owns-all-others-gallery.html

2014-07-26

L'escargot


Die Mauer


Dominique Issermann

Cannes



Cannes


Possession

2014-07-25

But his soul was not there

- J'y suis allée.
- Où ça ?
- J'étais inquiète, vous voyez. Il n'y a plus d'appartement à l'adresse que vous m'avez donnée. Il n'y a qu'un trou fumant. La police interdit aux gens de s'en approcher. Alors je suis allée dans un bar, pour téléphoner chez moi au cas où Heinrich serait rentré...
- Oui. 
- Et Heinrich était là, dans ce bar, mais personne n'avait pu l'identifier.
- Oui. 
- J'ai reconnu son corps, bien sûr.
- L'avez-vous... identifié devant la police ?
- Non, il n'y avait que son corps qui était là. Mais son âme était absente. 
- Peut-être que lui et son âme s'étaient séparés avant ?
- Vous ne savez vraiment pas de quoi vous parlez !
- Non, en effet. J'ignore absolument tout des choses dont je parle.


- I went there.
- Where?
- I was worried, you understand. There isn't any apartment there under the address you gave me. There's only a smoking hole that the police won't allow anybody to come near. So I went to a bar at the corner, to call home, to find out if Heinrich had returned.
- Yes?
- And Heinrich was there. Nobody could identify him.
- Yes?
- I recognized his body, of course.
- Did you... identify it for the police?
- No, it was only Heinrich's body. But his soul was not there.
- Perhaps he and the soul had parted company before.
- You don't know what you're talking about.
- No, no, you're quite right. I don't have any idea what I'm talking about.

Andrzej Żuławski, Possession, 1981
Johanna Hofer (1896-1988)

Le chaos de la chair

Andrzej Zulawski ou le chaos de la chair
4 décembre 2007 par Marc Alpozzo

« La civilisation ne saurait se passer des passions, des vices et des cruauté. » Frédéric Nietzsche, Humain, trop humain I ; § 477. « La guerre indispensable ».
On ne parle plus beaucoup en France de ce réalisateur polonais très controversé : Andrzej Zulawski. Ni de ses films révélant un univers cérébral, cruel et chaotique dans lequel les sentiments s'entrechoquent dans une splendide mise à nu de la matière humaine. Je le regrette. Comme je regrette les nombreuses idées reçues sur son œuvre, entraînées par les confrontations brutales qui, soudain, sous la plume de la plupart de ses commentateurs, sont aussitôt taxées d’hystériques, et alors de dérangeantes.
Faut-il désormais brûler ce cinéma d’auteur à la fois singulier, exigeant, onirique, expressionniste, violent, en marge de la production dictée par la norme marchande de nos jours ?
Ce sont des questions que l’on doit se poser lorsque l’on constate avec quel mépris, producteurs et distributeurs traitent les récents films de ce polonais né le 22 novembre 1940, à Lwov. Fils de l'écrivain Miroslav Zulawski, Andrzej Zulawski a d'abord été l'assistant de Andrzej Wajda sur trois de ses films, avant de devenir lui-même réalisateur, et de s’imposer, notamment avec deux chefs d'œuvres : L’important c’est d’aimer en 1974, et Possession, qu’il réalisa à Berlin, en 1979, après avoir fui la censure des autorités polonaises, suite à l’interruption du tournage de son film de science-fiction Le globe d’argent.
Possession est un film de 120 minutes qui mêle l’onirisme le plus barbare, et le symbolisme le plus spirituel. Ça débute sur le retour de Marc (Sam Neil), qui rentre d’un long voyage d’affaires. Il vient retrouver son fils Bob et sa femme Anna (Isabelle Adjani). Mais celle-ci se montre vite agressive et perturbée. Quelle est donc la raison de ce brusque changement ? Marc est-il parti trop longtemps de son foyer ? Anna a-t-elle un amant ? Le film commence et les questions se multiplient. Au centre du couple, c’est la crise. Comme dans tous ses films, Andrzej Zulawski installe le mal au centre de la conjugalité. Mal métaphysique. Marc entreprend d’enquêter et découvre avec horreur que son épouse Anna a bien un amant. Celui-ci n’est d’ailleurs autre que ce bien étrange Heinrich, avec qui elle couche depuis quelque temps. Fait curieux, ce dernier se plaint également des absences d’Anna. Marc, se sentant bafoué, fait appel à un détective privé qui entreprend de suivre la jeune femme jusque dans un sombre appartement, immense et ténébreux, qu’il va fouiller. Dans une des chambres, il découvre un monstre tapi dans les ténèbres, suintant, gluant, hideux. L’horreur n’est pas seulement morbide. L’horreur est également métaphysique.
Descente en enfer, destruction, et mort. La question au centre de tous les films de Zulawski est celle du Bien et du Mal. Marc se retrouve attiré par la maîtresse de son jeune fils Bob, le clone d’Anna, qu’il confond d’ailleurs avec sa femme. Mais elle est son alter ego inversé : douce, calme, attentionnée. Alors qu’Anna n’est qu’hystérie, fureur, et désordre. Qui sommes-nous ? De quoi sommes-nous capables ? Le diable et le bon dieu  pourraient-ils sommeiller en chaque homme ? Les questions pourraient aujourd’hui sembler banales, ordinaires. Mais appréhendées par Zulawski, elles mettent en lumière un aspect de l’être humain, sans aucun précédent : cet aspect de l’homme pris dans la tourmente d’un monde dont les repères ne sont plus transcendants.
La caméra de Zulawski est comme le regard du peintre : elle décrit, décompose, désarçonne un réel protéiforme. Son univers est comme celui de Francis Bacon : clichés sombres de violence, d’enfermement, de tortures physiques et mentales, de douleurs, d’acharnement, de désespoir, de boucherie. De crises mystiques en meurtres sanglants, jusqu’à un final aussi rédempteur que destructeur, l’univers morbide de ce film qui, contrairement à ce qu’on pourrait croire hâtivement, n’est ni un film d’horreur, ni un film d’épouvante, et une toile minimaliste. C’est un film qui fait jaillir toute la misère moderne, celle d’un homme sans Dieu, l’absurde, la recherche vaine du sens de la vie, la possession matérielle, psychologique : les terreurs de l’inconscient qui peuvent mener à la démence.
L’important c’est d’aimer, Possession, L’amour braque, La fidélité : on retrouve toujours ce même triangle amoureux. Célèbre dans l’amour en Occident. Trinité céleste et trinité maudite à la fois. L’amour toujours contrarié. Entre conflits et violences. Leurs reflets emportent le monde occidental. « Je suis sensible à la violence et à la méchanceté des choses. Le privilège de pouvoir le montrer à l'écran est une façon de vider le sac de ces choses », confie Andrzej Zulawski à un journaliste. L’amour et la mort. L’interdit et la transgression. L’amour peut-il être pur ? La relation corps et âme. L’amour, l’érotisme ne trouvent leur expression ultime que dans la transgression de l’interdit, le conflit. Dans L’Amour braque en 1984, Zulawski suit un gangster hystérique (Tcheky Karyo), une jeune prostituée (Sophie Marceau) et un être d’une pure innocence (Francis Huster) vivant des rapports aussi complexes que passionnés. L'univers à la fois obscène, provoquant et lyrique du film se mêle à des scènes de massacre très sanglantes et des passages sulfureux. Il y a cette obstination chez Zulawski d’un chaos entre les corps. Comme dans la sexualité où deux épidermes se frottent, équivalent, je crois, au monde purement matérialiste dans lequel nous baignons, achetant, vendant, conservant avec un instinct de propriété redoutable, objet et corps que nous aimons posséder, désintéressés de toute spiritualité, de toute humanité réconciliée, où l’esprit et le corps auraient désormais retrouvé une saine unité. « Vous savez, je crois que nous sommes bâtis sur ces deux pôles, esprit et corps, et que l'un sans l'autre et l'autre sans l'un n'ont aucun sens ni existence », explique le réalisateur polonais.
Zulawski moins qu’un provocateur est un polonais qui a fui un régime de dictature. Il a fui l’enfermement politique, la censure, la tyrannie d’un pouvoir autoritaire. Il y a cette présence du Mur de Berlin à proximité de l’appartement du couple. Un mur à la fois stupéfiant et inquiétant. Symbolique parfois. Serait-ce la frontière entre le Bien et le Mal ? Entre l’humain et l’inhumain ? Ou une simple frontière politique ? Pas de manichéisme politique néanmoins ici. Car, s’il découvre l’Occident et sa norme marchande, à l’Est, il a connu la bureaucratie, l’oppression communiste et ses surveillances policières. D’un côté, la terreur d’Etat. De l’autre l’autocensure à la fois hypocrite et effrayante d’une société moralement attachée à l’esprit de la propriété. Déserté de tout amour-corps. Les délices de la chair, et la tristesse de la chair : les corps tristes. L’horrible créature sanguinolente est probablement cet idéal féminin. Carcasse, viande en puissance. Réminiscence terrible de cet univers grotesque et sublime mis à jour par Francis Bacon. Ecoutons Gilles Deleuze : « Pitié pour la viande! Il n'y a pas de doute, la viande est l'objet le plus haut de la pitié de Bacon, son seul objet de pitié, sa pitié d'Anglo-Irlandais. Et sur ce point, c'est comme pour Soutine, avec son immense pitié de Juif. La viande n'est pas une chair morte, elle a gardé toutes les souffrances et pris sur soi toutes les couleurs de la chair vive. Tant de douleur convulsive et de vulnérabilité, mais aussi d'invention charmante, de couleur et d'acrobatie. Bacon ne dit pas « pitié pour les bêtes » mais plutôt tout homme qui souffre est de la viande. La viande est la zone commune de l'homme et de la bête, leur zone d'indiscernabilité, elle est ce « fait », cet état même où le peintre s'identifie aux objets de son horreur ou de sa compassion. Le peintre est boucher certes, mais il est dans cette boucherie comme dans une église, avec la viande pour Crucifié (« peinture » de 1946). C'est seulement dans les boucheries que Bacon est un peintre religieux. ». Les corps sans esprit. La chair sans spiritualité. Si Dieu n’existe plus, comment désormais ressusciter les corps ; le Christ, cet esprit qui s’est fait chair, à tout jamais égaré dans la folie techno-délirante de ce désir occidental de toute puissance. Tout l’univers de Zulawski crie à l’imposture. Dans Possession, un pauvre homme est salement charcuté à coup de tesson de bouteille, Anna se mutile avec un couteau électrique, et atteint des sommets de délires mystiques, de brutalité quasi-christique, dans un couloir de métro, - une scène de cinéma qui dure plusieurs minutes -, torturée, agitée, vomissant telle une possédée. Le monde serait-il habité par le diable ? Et s’il était tout bonnement désert, abandonné de tout mysticisme, de toute symbolique, de tout sens transcendant. Dans une succession de tableaux baroques : Dieu, la religion, le souffle du diable hantent chaque scène du film. Les corps se font chair. La chair se fait viande. Surréalisme, mysticisme et métaphysique. Zulawski est ce berger de l’âme. A l’Occident, il tente de rendre souffle. De retrouver la fracture qui permettra à l’esprit de retrouver vie. D’un côté, imagine Anna ; de l’autre, cette institutrice qui est son sosie exact. Anna en noir, elle en blanc. Anna possédée, habitée ; elle, sobre, presque sans le moindre souffle de vie mystique. Pourtant, les deux ne font qu’une. Et Anna de confier à Marc : « Il y a deux sœurs en moi : la foi et le hasard. Ma foi ne peut exclure le hasard, mais le hasard ne peut expliquer la foi. » La foi opposée au hasard ? Ou plutôt la foi écrasée par la raison, la rationalité et sa froide sagesse qui a entraîné la célèbre mort de Dieu ? J’opte pour la seconde possibilité.
L’appartement de l’amant est similaire à celui de Servais (Fabio Testi) qui tente de séduire une comédienne ratée sur le retour (Romy Schneider) dans L’important c’est d’aimer : pièces presque vides, moisissure sur des murs décrépis, une immense porte d’entrée qui ressemble à l’entrée du paradis ou… de l’enfer. L’ambiance malsaine est patente. Le mal domine durant tout le film. Isabelle Adjani retourne régulièrement vers cet amant en forme de chose absolument monstrueuse, pour avoir des rapports sexuels. Le mal survivrait-il au bien en Occident ? « Les conflits et les violences de mes films sont des reflets très pâles des conflits et violences qui se passent dans le monde », avoue très franchement le cinéaste polonais.
Les corps sont beaux ou hideux. Ils se déchaînent. Sont habités. Incroyablement névrosés dans un monde de malades mentaux. La folie éblouissante et le malaise échevelé sont autant de signes de cette instabilité, de cette angoisse, de ce cri terrible de la passion. La réponse à ce problème, c’est encore Zulawski qui nous la donne : « On essaye depuis l'aube des temps de diviser l'Homme en deux, en nous disant que l'esprit est pur et que le corps est sale. Je pense que l'un est le fondement de l'autre et l'autre le fondement de l'un. » Contre la rationalité moderne, Zulawski re-problématise la spiritualité. Refuse la dichotomie chère à Descartes entre l’esprit et le corps. Nous ne sommes pas seulement chair. Nous ne sommes pas seulement cette raison agissante à la faveur de ses seuls intérêts matériels. Nous sommes cette savante unité entre un esprit et un corps, à la fois antagonistes et complémentaires. Sans cette prise de conscience, sans un retour salvateur à la spiritualité et la régulation des comportements par un minimum de transcendance, notre monde se délitera entre folie et chaos. Chaos des corps. Mais pas seulement : déroute des âmes. Dans un monde qui verrouille tout, qui s’enferme dans sa solitude. Entre des hommes qui communiquent de manière décousue, chaotique, théâtrale, seul l’amour pour l’autre, et non pas le seul emboîtement des corps, sera l’objet de transcendance, le salut de l’humanité, envoûté, prisonnier d’un vaisseau ivre, emporté sur des flots monstrueux qui seront pour lui, sa disgrâce annoncée.
Paru dans La Revue du cinéma, n°2, juin/juil 2006
Revu et augmenté en déc. 2009

http://marcalpozzo.blogspirit.com/archive/2010/01/04/2f1deaa894f15404825a81fa060b7f0a.html

2014-07-17

Daniel


Sir Peter Paul Rubens (1577-1640), Daniel in the Lions' Den (c. 1614/1616),
National Gallery of Art, Washington, D.C.


2014-07-15

A chacune son féminisme ?


Peut-on être féministe et défendre le voile, le porno ou la garde alternée ?
ALICE GÉRAUD, CATHERINE MALLAVAL ET QUENTIN GIRARD 
8 MARS 2014 À 09:03

DÉCRYPTAGE
A ces trois questions, les mouvements féministes traditionnels ont tendance à répondre "non". Et pourtant...
A chacune son féminisme ? De grands sujets de société traversent, secouent et finalement fracturent ce mouvement. Confrontations autour de trois grands thèmes.

PEUT-ON ÊTRE FÉMINISTE ET DÉFENDRE LE PORT DU VOILE ?
La question a émergé en France au début de la décennie 2000 lors des premiers débats sur le voile à l'école. Soudain, des jeunes filles françaises revendiquaient le droit de porter le foulard islamique. Revendication déstabilisante pour le mouvement féministe français : les religions, historiquement, n'ont pas vraiment été les meilleures amies de la cause des femmes. La fracture a été immédiate. Evidente. Elle est encore présente aujourd'hui. Lors de l'affaire Baby Loup, par exemple, c'est au nom "des valeurs féministes", qu'Elisabeth Badinter a soutenu la directrice de la crèche de Chanteloup-les-Vignes contre sa salariée voilée. Pour Anne-Cécile Mailfert, porte-parole d'Osez le féminisme, les revendications pro voile "ne correspondent pas à (notre) définition du féminisme et de la liberté. Car le voile reste un symbole d'oppression faite aux femmes, une manière de différencier les hommes et les femmes".
Pourtant, selon la sociologue et anthropologue Nacira Guénif-Souilamas (auteur notamment de Les féministes et le garçon arabe), "ce n'est pas seulement une question de religion" : "L'émergence d'un féminisme minoritaire, multiculturel et multiconfessionnel a été vécue contre une sorte de contresens féministe. Etre féministe et voilée serait un oxymore." Peut-être aussi, ajoute-elle, "parce qu'être française et musulmane est aussi parfois considéré comme un oxymore". Selon la sociologue, "il est évident qu'au nom de l'antisexisme, on a nourri une forme de racisme".
Louiza Belhamici, du Collectif des féministes pour l'égalité (CFPE), qui défend le droit à porter le voile, a le sentiment qu'il existe une "injonction de ce féminisme traditionnel à défendre un seul modèle d'émancipation, qui exclut de fait la femme musulmane". Le collectif des féministes pour l'égalité est né au moment des discussions autour de la loi de 2004 sur l'interdiction des signes religieux à l'école par une pétition dénonçant la stigmatisation des femmes musulmanes ("Un voile sur les discriminations") qui n'avait trouvé quasi aucun écho chez les féministes.
L'an dernier, ces femmes, pour certains voilées, pour d'autres pas, croyantes ou athées, se sont retrouvées autour d'un autre combat, celui contre la circulaire Chatel, qui permet d'interdire aux mères d'élèves portant le voile d'être accompagnatrices lors des sorties scolaires. Combat qui a donné lieu à une autre pétition, "Nous sommes toutes des femmes voilées", sur laquelle se sont greffées quelques illustres signatures internationales comme celle d'Angela Davis, figure du mouvement pour les droits civiques américains. Mais aucune grande figure du féminisme français.
Selon Nacira Guénif-Souilamas,"la France a une position très à part sur ce sujet. On est en complet décalage horaire". Selon la sociologue, "il y a des tas de pays où la question ne se pose pas. Où des femmes portant le voile sont considérées comme féministes". Pour Louiza Belhacimi, "la crispation française autour du voile a donné un sens nouveau port du voile". Jusqu'à pousser paradoxalement au développement de féminismes musulmans qui n'auraient peut-être jamais vu le jour.
"Pour certaines jeunes femmes, c'est devenu un signe d'émancipation. On ne veut pas que je porte le foulard ? Je le porte aussi pour montrer que je suis libre", explique Louiza Belhamici. Ces dernières années, on a d'ailleurs vu l'émergence de mouvements comme "Femmes dans la Mosquée" qui défend des positions féministes d'un point de vue religieux au sein des communautés de croyants. Ce 8 mars, des femmes portant le voile ou défendant le droit de le porter vont défiler... mais du côté de la manifestation alternative du "8 mars pour toutes".

PEUT-ON ÊTRE FÉMINISTE ET POUR LA GARDE ALTERNÉE ?
Les plus intrépides escaladent des grues. Les plus radicaux crient au "papartheid" ou à l'"aliénation parentale". Objet de la grogne montante de ces hordes de pères dont les mouvements ne cessent de faire des petits : douze ans après la loi portée par Ségolène Royal, la solution de la garde alternée des enfants en cas de divorce est loin d'être la règle. Selon les dernières statistiques (1), seuls 20% des enfants sont en garde alternée alors que, dans 7 cas sur 10, l'enfant est confié à sa mère. Une injustice criante entre les hommes et les femmes ? Une question à soumettre à toutes celles (et ceux) qui brandissent à l'envi le mot égalité ?
Cette affaire devient un gros caillou dans la chaussure des féministes. Et un point de friction. Déjà, en 2002, lors des débats sur la loi Royal, les féministes avaient joué profil bas, voire avaient critiqué ouvertement cette initiative. Compliqué à gérer ce retour de revendication des pères qui réclament des droits, plus de quarante ans après la suppression de la "puissance paternelle" (remplacée en 1970 par l'autorité parentale partagée).
"Une bande de masculinistes, ces pères sur les grues", persiflent certaines aujourd'hui. "Attention aux situations de violence. Un père oui, un homme violent non !", a très vite réagi la Fédération nationale Solidarité Femmes. Même prévention d'Anne-Cécile Mailfert, d'Osez le féminisme, "il faut rappeler les chiffres des violences faites aux femmes avant de penser que l'on puisse faire de la garde alternée une règle. Il faut faire du cas par cas". Outre la violence de certains hommes, un autre argument est invoqué, un chiffre coup de poing : dans 80% des cas, c'est le couple, dont le père, qui a décidé d'un commun accord de fixer la résidence principale de l'enfant chez la mère. Pour la porte-parole d'Osez le féminisme, "ce n'est pas au moment du divorce qu'il faut demander l'égalité. Les pères devraient assumer dès la naissance le partage des tâches".
Dans son projet de loi pour l'égalité entre les femmes et les hommes adopté à l'Assemblée en début d'année, si la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, encourage le congé paternité, la résidence alternée comme principe de base est tombée dans un trou noir. Au grand dam de certains défenseurs de l'égalité comme le sociologue François de Singly : "Je trouve triste que le mouvement des pères ne soit pas récupéré par les féministes. Il s'agit de revendications égalitaires", affirmait-il à Libération en septembre 2013. C'est bien l'avis aussi du Laboratoire de l'égalité, association mixte qui défend, elle aussi, un "vrai" partage équitable de la garde des enfants entre pères et mères.
Sur la même longueur d'ondes aussi, l'eurodéputée Sophie Auconie, dont le groupe UDI compte bien tenter à nouveau sa chance via un amendement lorsqu'il sera question d'adopter définitivement la loi au Sénat après les municipales : "C'est parce que je suis féministe que je défends la garde alternée. C'est un principe de base. Quand on défend l'égalité femmes-hommes, on défend aussi l'égalité hommes-femmes. L'égalité ne marche pas que dans un sens." L'eurodéputée n'est pas seule sur cette ligne à croire les 1 317 signatures recueillies par sa pétition sur cette question. Parmi, elles, la militante féministe Clémentine Autain ou encore la philosophe Geneviève Fraisse, historienne de la pensée féministe.

PEUT-ON ÊTRE FÉMINISTE ET POUR LE PORNO ?
Parlez du porno à la plupart des féministes et vous aurez des réponses hésitantes. A part les Femen, farouchement contre, les autres tournent autour hésitant entre grands principes et réalité de consommation (82% des femmes ont déjà regardé un film X selon un sondage Ifop de 2013). En substance, donc, "il faut faire attention à ne pas le montrer aux enfants, cela fausse leur vision de la sexualité, mais si on est adulte on peut en regarder, en même temps, ce n'est pas très bien, c'est un instrument de la domination masculine".
Pour d'autres, comme Virginie Despentes ou les réalisatrices Emilie Jouvet et Ovidie, le porno est ce que l'on en fait. Il peut être le plus avilissant comme le plus libérateur. Tout est à faire, à inventer, dans les représentations de l'acte sexuel, considèrent-t-elles. Cette pornographie alternative, "réalisée par des femmes, a pour vocation non seulement de revaloriser l'image de celles-ci en mettant l'accent sur leurs désirs sexuels, mais également de prendre en considération les minorités sexuelles jusque-là injustement négligées", explique David Courbet dans son ouvrage "Féminismes et pornographie".
Mais il serait réducteur de réduire ce mouvement "pro sexe" à la question du X. Il est, de manière générale, une prise de contrôle sur sa vie sexuelle et son corps. N'en hésitant pas, pour cela à reprendre des codes autrefois considérés comme machistes pour les transgresser. Les initiatives sont multiples en ligne et sur les réseaux sociaux. Ce sont les Slutwalks, des manifestations où les femmes réclament le droit de s'habiller comme elles veulent et d'être des "salopes". C'est le Large Labia Project, un Tumblr qui prône une "révolution de la vulve", où les femmes prennent en photo leurs vagins pour défendre la différence. "Beaucoup d'entre elles, notamment les adolescentes, ne savent tout simplement pas à quoi des lèvres ressemblent, explique Emma, la jeune australienne qui a créé le blog. Montrer sa vulve les aide à construire une meilleure estime de soi, et à gagner en confiance avec tous les commentaires positifs et les "likes" qu'elles reçoivent".
Ou c'est encore l'artiste Fannie Rosa qui défend une vision féministe du Twerk (2), une danse simulant des positions sexuelles, pour éveiller son "cul cosmique". Sur Cheek magazine, elle explique, simplement : "Le message que je veux faire passer quand je transmets cette danse est un message de liberté joyeuse. Si tu es en train de kiffer et que les gens autour de toi kiffent aussi, qu'il n'y a pas des délires de hiérarchie ou de compétition, mais au contraire d'inspiration et de solidarité, il est fort possible que tu sois en train de changer le monde."
(1) Ministère de la Justice en 2010.
(2) Pour la journée des droits des femmes, ce samedi, elle donne un cours d'initiation à cette danse au Molière, à Paris.
Alice GÉRAUD, Catherine MALLAVAL et Quentin GIRARD

http://www.liberation.fr/societe/2014/03/08/peut-on-etre-feministe-et-defendre-le-voile-le-porno-ou-la-garde-alternee_985268

2014-07-13

Un dimanche à la campagne



Louis Ducreux (Monsieur Ladmiral), Sabine Azéma (Irène), Un dimanche à la campagne, Bertrand Tavernier, 1984


- That's what you should've painted.
- Maybe. I painted the way I was taught. I believed my teachers: to respect the traditional rules. Maybe a bit too much. I saw originality in others' work. Cezanne's major exhibition in '96 or '97 was interesting, but I thought: "Where can that lead me?" Like Van Gogh's work. I'd singled him out. I spent a summer painting in Arles with your mother. I'm boring you.
- No !
- Perhaps I lacked courage. Some years ago, I considered changing my style. I gave it a lot of thought. But it hurt your mother to see that at my age I was still growing. I'd just been decorated. Our future was assured. She was hurt. If I'd imitated what was original in other painters... Monet, Caillebotte, Renoir... I'd have been even less original. I'd have lost my own special melody. Not that I... at east it was mine. I painted as I felt... with honesty. If I didn't achieve more I at least glimpsed what I could have done. Earlier when you woke me, I was dreaming... You'll laugh... about Moses... just as he was going to die. He'd just seen the Promised Land... and I realized that he could die without regret because he'd seen... understood... loved... what he loved. Do you understand? One can die for less. We're in a dance hall and I talk about prophets! I'm not very polite. Tell me... do you really think I aged too fast?
- Papa. Dance with me. For my pleasure.

(Irene) I want to live what I dreamed.

- C'est ça que tu aurais dû continuer à peindre, hein ?
- Oui peut-être. Mais tu sais, Irène, moi j'ai peint comme on m'avait appris, hein ? j'ai cru mes maîtres, le respect des traditions, les règles, peut-être même un peu trop… L'originalité, je la voyais, hein ? mais chez les autres… La grande exposition Cézanne en 96, 97, par là, c'était intéressant, mais je me disais : où est-ce que ça peut m'amener ? C'est comme la première fois où j'ai vu un Van Gogh, celui-là je l'avais repéré : j'étais allé à Arles pour peindre un été, j'étais avec ta mère… Ah, je t'ennuie avec mes radotages !
- Non !
- Peut-être j'ai manqué de courage. J'aurais pu me décider il y a quelques années à… changer de manière… J'y avais pensé sérieusement… Mais ta mère, et… J'ai beaucoup de peine de voir que je tâtonnais encore à mon âge. Tu sais, je venais d'avoir la rosette, notre situation était faite… Ca lui faisait de la peine… En imitant d'ailleurs l'originalité des autres, je veux dire, ceux que je comprenais, hein ?, Monet, Caillebotte, Renoir, j'aurais été encore moins original, j'aurais perdu ma petite musique… Oh ce n'est pas que je… Non mais enfin c'était la mienne : j'ai peint comme je le sentais, avec honnêteté. Et si je n'ai pas mieux réussi, du moins j'ai entrevu ce que j'aurais pu atteindre. Tout à l'heure, hein, quand tu es venue me réveiller dans le jardin, je rêvais ! Tu vas rire, hein ! Je rêvais de Moïse, je le voyais au moment où il allait mourir, il venait d'apercevoir la Terre Promise, eh bien je savais qu'il allait partir sans regret, parce qu'il avait vu, compris, aimé ce qu'il aimait… Tu me comprends, Irène ? On peut mourir pour moins cher… Tu m'amènes dans une guinguette, moi je te parle de prophètes ! Je ne suis pas très courtois, hein ? Dis-moi, est-ce que tu trouves vraiment que j'ai vieilli trop tôt ?
- Papa, danse avec moi ! Fais-moi ce plaisir !
Musique
(Irène) - Ma vie, j'ai décidé de la vivre comme je l'ai rêvée…

Solo Bogdan

Portrait of Irises

Robert Mapplethorpe, Portrait of Irises, 1987

Tristan's Ascension

2014-07-11

Notre mission historique demeure

http://xaviergorce.com/2014/07/10/parole-dexpert/

2014-07-09

True colors

Russian Orthodox Priest Says Football Is Gay - Because of Its Shoes
The Moscow Times
Jul. 07 2014 16:00
Last edited 16:05

While thousands of Russian fans were left devastated by their team's early exit from the World Cup tournament, one Orthodox priest has openly rejoiced at their failure, denouncing the contest as a "homosexual abomination."
Priest Alexander Shumsky seems to have taken particular exception to the brightly colored footwear on display in Brazil, writing in his column on Christian website Russian People's Line that players who wear green, yellow, pink or blue shoes helped promote the "gay rainbow."
"Wearing pink or blue shoes, [the players] might as well wear women's panties or a bra," Shumsky wrote, adding that he was also offended by the "unthinkable" hairstyles of some of the players in Brazil.

The 2014 World Cup has seen competitors from across the globe sport a range of colorful shoes, with all three of the major sporting brands - Adidas, Nike and Puma - unveiling brightly colored designs at the tournament in an effort to capture something of the Brazilian carnival flair.
But for Shumsky, the marketing campaigns appear to have had the opposite effect.
"The liberal ideology of globalism clearly wants to oppose Christianity with football. I'm sure of it. Therefore I am glad that the Russian players have failed and, by the grace of God, no longer participate in this homosexual abomination," the priest wrote in his online column.
The Russian national team exited the tournament before the knockout rounds, having failed to win a single match in the group stages.

http://www.themoscowtimes.com/article/503090.html

La Coupe du monde de football est une "abomination homosexuelle" selon un prêtre orthodoxe [Moscow Times]
Publié par Julien Massillon
Au moins une personne en Russie se réjouit de voir que l'équipe de football masculine n'a pas dépassé le stade des qualifications. Le prêtre orthodoxe Alexander Shumsky a confié qu'il était très heureux que la Russie "ne participe plus à cette abomination homosexuelle" qu'est la Coupe du monde de football. Sur son blog, le religieux s'est offusqué de voir autant de baskets colorées sur les terrains brésiliens. D'après lui, il s'agit à n'en pas douter d'une façon détournée de promouvoir "l'arc-en-ciel gay". "Puisqu'ils portent des baskets rose et bleu, les joueurs pourraient aussi porter des culottes ou un soutien-gorge", s'est indigné le prêtre avant de pointer du doigt les "impensables" coupes de cheveux des footballeurs.
À lire sur le Moscow Times.

http://yagg.com/2014/07/08/la-coupe-du-monde-de-football-est-une-abomination-homosexuelle-selon-un-pretre-orthodoxe-moscow-times/

2014-07-07

Q&CO


2014-07-06


2014-07-03

But the least Fan Stirred by a friend's Hand



The World feels Dusty
When We stop to Die,
We want the Dew then
Honors taste dry.

Flags vex a Dying face
But the least Fan
Stirred by a friend's Hand
Cools like the Rain.

Mine be the Ministry
When they Thirst comes
And Hybla Balms
Dews of Thessaly, to fetch...

Le monde se sent poussiéreux
Quand nous nous arrêtons pour mourir
Nous voulons de la rosée
Les honneurs ont un goût sec.

Les drapeaux ennuient un visage mourant
Mais le moindre éventail
Agité par la main d'un ami
Rafraîchit comme la pluie.

À moi est la tâche
Quand viendra la soif
De chercher pour toi les rosées
Et les baumes sacrés...

(traduction française : Guy Laffaille)

The Arrival of Spring


 

2014-07-02