2013-06-15

Charia Vaticana

Charia Vaticana, la Charia du Vatican

"Discours du pape François aux Parlementaires français

Le pape François a reçu au Vatican des parlementaires membres du groupe Amitié France-Saint-Siège, le samedi 15 juin 2013.



Monsieur le président, chers Parlementaires,
Faisant suite à votre demande, je suis heureux de vous recevoir ce matin, membres du Sénat et de l'Assemblée nationale de la République française.
Au-delà des différentes sensibilités politiques que vous représentez, votre présence manifeste la qualité des relations entre votre pays et le Saint-Siège.
Cette rencontre est pour moi l'occasion de souligner les relations de confiance qui existent généralement en France entre les responsables de la vie publique et ceux de l'Église catholique, que ce soit au niveau national ou au niveau régional ou local. Le principe de laïcité qui gouverne les relations entre l'État français et les différentes confessions religieuses ne doit pas signifier en soi une hostilité à la réalité religieuse, ou une exclusion des religions du champ social et des débats qui l'animent. On peut se féliciter que la société française redécouvre des propositions faites par l'Église, entre autres, qui offrent une certaine vision de la personne et de sa dignité en vue du bien commun.
L'Église désire ainsi apporter sa contribution spécifique sur des questions profondes qui engagent une vision plus complète de la personne et de son destin, de la société et de son destin. Cette contribution ne se situe pas uniquement dans le domaine anthropologique ou sociétal, mais aussi dans les domaines politique, économique et culturel. En tant qu'élus d'une Nation vers laquelle les yeux du monde se tournent souvent, il est de votre devoir, je crois, de contribuer de manière efficace et continue à l'amélioration de la vie de vos concitoyens que vous connaissez particulièrement à travers les innombrables contacts locaux que vous cultivez et qui vous rendent sensibles à leurs vraies nécessités.
Votre tâche est certes technique et juridique, consistant à proposer des lois, à les amender ou même à les abroger. Il vous est aussi nécessaire de leur insuffler un supplément, un esprit, une âme dirais-je, qui ne reflète pas uniquement les modes et les idées du moment, mais qui leur apporte l'indispensable qualité qui élève et anoblit la personne humaine. Je vous formule donc mes encouragements les plus chaleureux pour continuer dans votre noble mission, cherchant toujours le bien de la personne en promouvant la fraternité dans votre beau pays.
Que Dieu vous bénisse !"

http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/DOCUMENT-Discours-du-pape-Francois-aux-Parlementaires-francais-2013-06-15-973826


Mr. President, dear members of Parliament,
I am pleased to receive members of the Senate and national Assembly of the French Republic this morning. Over and above the different political sensibilities which you represent, your presence demonstrates the quality of the relationship between your country and the Holy See.
This meeting is, for me, an opportunity to highlight the relationship of trust which, on the whole, exists in France between leaders of public life and those of the Catholic Church, be it in at a national level, be it at a regional or local level. The principles of secularism which governs the relations between the French State and the various religious denominations should not imply that there is a hostility towards the religious reality, or an exclusion of religions from the social sphere and the debates which enliven them. One can rejoice in the fact that French society is rediscovering proposals made by the Church, which, among other things, offer a certain vision of the person and his or her dignity in light of the common good. The Church desires, therefore, to offer its own particular contribution to the deeper questions which demand a more complete vision of the person and his or her destiny, of society and its destiny. This contribution is collocated not only in the anthropological and social sphere, but in political, economic, and cultural spheres as well.
As elected officials from a nation towards which the eyes of the world are often turned, I believe it to be your responsibility to contribute in an effective and consistent way towards improving the lives of your citizens whom you know through the numerous local contacts you cultivate, and which help you to better know their needs. Your duty is certainly technical and juridical, and involves proposing, amending and abolishing legislation. However, it is also necessary to instil something extra in them, I would say a spirit, a soul, that does not limit itself to reflecting the modalities and ideas of the moment, but which also confers upon them the indispensible quality that elevates and dignifies the human person. 
I therefore extend to you my warmest encouragement in fulfilling your mission, always seeking the good of the person and promoting fraternity in your country.