2012-12-31



2012-12-29

Grimouville 2012-12-29


Love



I met my amazing wife Elayne Angel on a site 10 years ago. So I am hoping to help others with BuckAngelDating.com



Dirty : WHAT’S YOUR HOME LIFE LIKE?
Buck Angel : I have an amazing life. I’m blessed. I moved to Mexico four and a half years ago. The US was forcing me out. When Katrina hit New Orleans, where me and my wife lived, we left and we’ve never looked back. We have an acre of land in Mexico with a home, guesthouse, my own gym. I have a gardener and a cook. I live a rockstar lifestyle there. I’m away a lot, but when I go home I stay at home. I go to the gym, eat, hang out. I don’t party. My wife travels all over the world too, so a lot of times we’re both on the road. We’ve been together eight years and I’m very lucky to have a person like her. As far as she’s concerned, the porn is a job. It has nothing to do with her. She’s very supportive of everything I do. We’re normal business people, successful people. We’re really normal. 
Text Kirsten Matthew / Photography Isauro Cairo
Dirty n.3

2012-12-27

2012-12-23

Everybody is right from their own point of view, but it is not impossible that everyone is wrong.
Mahatma Gandhi

2012-12-20

En attendant la fin du monde



Le blog du Coaching
Pour aller mieux, plus loin, atteindre vos objectifs et REALISER VOS REVES
www.leblogducoaching.com

Christmas



Marc Caro & Jean-Pierre Jeunet, La Cité des enfants perdus / The City of Lost Children, 1995

Bernard Pras


Beethoven for children


Beethoven for children 
Beethoven-Haus Bonn 

2012-12-19

Fifth Runner Up


Marie Payet 
France 
Miss Universe Contest 2012

2012-12-18

Une Saison balnéaire dans les Atlantides


En l'an 2000, Une Saison balnéaire dans les Atlantides / Villemard, 1910
In year 2000, A Bath Season in the Atlantidas

2012-12-17

Marie Payet


Marie Payet 
France 
Miss Universe Contest 2012

Last call for Fhloston Paradise

Mariage pour tous ! N'ayez pas peur !


Don't be afraid! - John Paul II 
Fürchtet Euch Nicht! - Johannes Paul II 
Non abbiate paura! - Giovanni Paolo II 
¡No tengáis miedo! - Juan Pablo II

Photo (c) Pepito

2012-12-15

asinus asinum fricat



Pope Benedict XVI has given blessings to Uganda Parliament Speaker Rt.Hon. Rebecca Kadaga during a mass attended by thousands of pilgrims at the Vatican Wednesday. (2012-12-12) 
The Ugandan delegation was in Rome to attend the 7th Consultative Assembly of Parliamentarians for the International Criminal Court and the World Parliamentary Conference on Human Rights.

2012-12-14

Marie Payet







Marie Payet
France
Miss Universe Contest 2012

2012-12-09

Suit for a Siren


Carmen Lozar 

Superman


Patricia Waller 

Rabbit


Patricia Waller

Aliens



Patricia Waller 

Salvation


No American has the right to impose his private morality 
on any other American.
Duane Michals, Salvation, 1984

Paco Rabanne HC PE 1998


2012-12-08

Marie Payet




Marie Payet 
France 
Miss Universe Contest 2012

Lettre ouverte aux homophobes qui s’ignorent

03/12/2012 par Le Pédé 
C’est La Gêne


Y’A QUELQU’UN ??? 
Voilà près d’un an que C’est La Gêne a fermé boutique. Si vous traînez encore dans ce grand magasin déserté, vous savez forcément pourquoi je suis de retour. Entre nous, je me demande parfois si ce débat concernant le mariage pour tous n’a pas été initié tout spécialement pour me faire sortir de ma retraite.
Comme prévu, rien ne nous a été épargné : les vieilles ganaches religieuses y sont allés de leur couplet obscurantiste (Big Up à Monseigneur 2-3), les représentants de minorités insignifiantes se sont offusqués que l’on se préoccupe des droits d’autres minorités insignifiantes (Kikou Rabbin Bernheim !), les réacs de tous bords ont vomi leurs comparaisons avilissantes (Pédophilie ! Zoophilie !), tandis que tous l’arsenal des argument imbéciles y est passé, des plus hystériques (la destruction de notre société, rien que ça) aux plus fallacieux (suppression des statuts de père et de mère, mensonge aux enfants adoptés sur leurs origines), des plus ignorants (la décadence des Grecs, forcément) aux plus hypocrites (un enfant ne peut grandir sans un papa une maman, comme le montrent chaque année les légions de déséquilibrés issus de familles monoparentales…) Jusqu’à ce député, Nicolas Dhuicq, qui nous a expliqué la semaine dernière que les familles homoparentales produiraient à coup sûr des futurs terroristes internationaux. Et moi qui croyais que tous ces aspirant géniteurs invertis n’étaient bons qu’à nous fabriquer une génération de fiottes fan de Mylène Farmer. En voilà un soulagement.
Autant vous dire que si je reprends du service aujourd’hui, ce n’est pas pour m’insurger contre ces fanatiques écumants – d’abord parce d’autres l’ont fait mieux que je ne le pourrais (notamment la bouillonnante Virginie Despentes dans un billet rageur publié par Têtu)- mais aussi parce que j’ai des trucs plus intéressants à faire, genre me couper les ongles. Non, ceux qui me hérissent le poil ces jours-ci, ce sont les homophobes qui s’ignorent, ceux qui se vivent comme de grands progressistes tout en invoquant des arguments spécieux pour tourner le dos au changement. 


Ça a commencé pendant la campagne présidentielle. Au cours d’une soirée entre amis, alors que j’expliquais mon intention de soutenir François Hollande en citant principalement son engagement en faveur du mariage pour tous, quelle ne fut pas ma surprise de m’entendre rétorquer poliment que mon vote était égocentrique, et que, quand même, il y a d’autres sujets ! La personne en question, que nous appellerons Mizaru, ne pensait nullement à mal, et l’argument lui a sans doute semblé logique : Foutrement communautaristes, ces homosexuels : peu leur importe les grandes questions politiques, seulement leurs histoires de fesses ! Mizaru n’a sans doute même pas fait le rapprochement avec la conversation que nous avions quelques instants plus tôt, au cours de laquelle il m’expliquait qu’il voterait Sarkozy essentiellement pour des questions d’impôts. Nul égocentrisme là-dedans, assurément. 
Je ne nie pas être égocentrique. J’ai voté pour François Hollande pour cette raison plus que n’importe quelle autre, parce que celle-ci a la possibilité de changer mon existence en profondeur dans un avenir relativement proche. Et en toute honnêteté, de combien de projets de loi peut-on affirmer une chose pareille ? Aurais-je du voter contre mes propres intérêts, voter pour celui des deux qui me proposait moins de droits que l’autre, afin de ne pas apparaître communautariste ? Mais pourquoi diable m’aurait-on mis un bulletin de vote entre les mains, si ce n’est pour tenter de défendre mes intérêts les rares fois où l’occasion se présente ? 
Il se trouve par ailleurs que Mizaru fait lui aussi partie d’une minorité. On pourrait volontiers le qualifier de communautariste, et nul doute que son vote était -en plus de ses très altruistes préoccupations pécuniaires- motivé par des questions communautaires. Mais curieusement, seul mon communautarisme lui semblait égocentrique. Peut-être parce que le sien s’ancre dans ce que l’on admet communément comme une grande idée collective (Dieu), alors que le mien naît d’une notion largement plus prosaïque. Autrement dit, lui défend la parole divine au nom de tous ses frères, tandis que je défend mon droit à me faire enculer en toute légalité. 
Que répondre à quelqu’un qui manifeste un tel manque d’empathie en une simple phrase, sans même s’en rendre compte ? 
Mon cher Mizaru, je suis loin d’être naif et je n’ignore pas que comme une écrasante majorité d’hétérosexuels, tu te fous fout royalement de mes droits. C’est mon combat, pas le tien, et je comprends parfaitement qu’il ne te vienne pas à l’idée de lever le petit doigt pour que je sois un jour ton égal devant la loi. Mais ce combat est-il à tes yeux si insignifiant, si futile, si négligeable, qu’il me faudrait m’excuser d’en faire une priorité pour moi ? 


Après Mizaru, vient Kikazaru. Kikazaru, c’est le meilleur ami des pédés, celui qui est contre, mais attention, dans ton intérêt ! 
Mais le mariage c’est dé-pa-ssé ! C’est un tue-l’amour, vous ne savez pas la chance que vous avez d’y échapper ! Et puis c’est pas pour vous, c’est un truc de bourgeois ! C’est un truc qu’on devrait supprimer, alors crois-moi, vous êtes bien mieux sans !, t’explique en souriant Kikazaru, marié, deux enfants. C’est dire qu’il ne pense pas à mal ; au contraire, il s’imagine sincèrement faire preuve d’une ouverture d’esprit maximale, au point d’en être subversive. 
De mon côté, je me prends à imaginer Kikazaru sur une plantation, en train d’expliquer à un petit noir que la liberté, c’est les soucis ! Tu sais ce qui va se passer si on te rend ta liberté ? Il va falloir que tu te trouves une maison, et un travail, et puis penser à t’inscrire à la sécurité sociale et à prendre une mutuelle, c’est des sacrées responsabilités mon gars ! Crois-moi, tu es bien mieux ici, à ramasser du coton sans te prendre la tête ! Extrême, ma comparaison ? Pas autant que la condescendance de mon ami Kikazaru. Et croyez-moi, on n’a pas goûté à la condescendance tant qu’on ne s’est pas vu expliquer qu’on n’a pas besoin de quelque chose par quelqu’un qui en jouit pleinement. Car peu importe que le mariage soit dépassé ou bourgeois, je veux moi aussi avoir le choix de NE PAS me marier, mon bon Kikazaru. Le cœur de ce débat n’est pas le mariage, mais l’égalité des droits. 
C’est là que Kikazaru et sa clique vous sortent leur argument favori, merveilleusement formulé par la bien-nommée Frigide Barjot:

…en refusant le mariage gay, [Dave, Catherine Lara et Hervé Vilard] cultivent ce qui fait leur singularité et leur richesse : la subversion homo !

Ah, la subversion homo ! Au-delà de plaisir surréaliste de découvrir que quelqu’un sur cette planète considère Hervé Vilard comme subversif, un petit exercice de transposition s’impose : 
* Autoriser les noirs à fréquenter des bars de blancs ? Mais il y perdraient ce qui fait leur singularité et leur richesse : cette extraordinaire aptitude à bouger leur boule sur des rythmes tribaux ! 
* Permettre aux juifs d’exercer les métiers de leurs choix ? Mais il y perdraient ce qui fait leur singularité et leur richesse : leur légendaire sens des affaires ! 
Oui Madame Barjot, la discrimination et la misère humaine que celle-ci engendre sont des sources inégalables de créativité, et oui -pour prendre un exemple plus parlant que Dave, Catherine Lara ou Hervé Vilard, si vous le voulez bien- si Montgomery Clift n’avait pas été un pédé torturé, il n’aurait peut-être pas été un aussi grand acteur. Faut-il pour autant s’efforcer de maintenir en place la discrimination sociale dont il fût victime toute sa vie ? Diable de Lincoln, Beloved de Toni Morrison valait bien 400 ans d’esclavage. Et remercions tous en chœur Adolf Hitler d’avoir envahi la Pologne, sans quoi Roman Polanski n’aurait jamais pu réaliser Le Pianiste. 
Car madame Barjot, si les homosexuels sont subversifs, c’est bien malgré eux ; ce n’est que parce que des gens comme vous persistent depuis des siècles à considérer leurs pratiques sexuelles comme subversives. D’ailleurs, n’ont ils pas perdu en subversion depuis la dépénalisation de l’homosexualité ? Ne faudrait-il pas revenir sur cette décision pour que nous retrouvions à vos yeux tout notre panache ?


Et puis il y a le troisième, Iwazaru. Iwazaru est pour, mais il comprend ceux qui sont contre. Et par égard pour ceux-là, il pense que c’est trop tôt, tu comprends. Et il t’explique ça tranquilou à dîner, sans bien comprendre pourquoi tu t’étouffes avec ta salade. 
Iwazaru a très bonne conscience. Il aime bien les films comme La Couleur des sentiments et A Royal Affair, des films qui parlent de vrais trucs, comme le racisme et les inégalités sociales, mais situés dans un passé suffisamment distant pour lui permettre de s’indigner confortablement de l’injustice qui régnait en ce bas-monde avant qu’on devienne des gens civilisés. Comment c’était pas cool, le passé ! Si Iwazaru avait été un nanti au XVIIIe siècle, c’est sûr, il se serait battu pour les droits des serfs ! Et s’il avait grandi dans le Sud des Etats-Unis dans les années 60, c’est évident, il aurait écrit un livre pour libérer les gentils noirs du joug des méchants blancs, parce que les obliger à s’asseoir au fond du bus, quelle injustice ! 
Ce qu’Iwazaru ne comprend pas, c’est qu’il regarde ces injustices avec ses yeux de spectateur du XXIème siècle. Et que s’il avait vécu en ces temps reculés, rien de tout cela ne lui aurait paru anormal. Oh bien sûr, il aurait peut-être été sensible aux injustices, mais il aurait très bien compris que des vieilles dames blanches ne supportent pas s’asseoir dans le bus à côté d’un noir. De leur temps, tu comprends. Et on ne va pas les changer à leur âge. Non, décidemment, c’est trop tôt. Et qui aurait trouvé son absence d’engagement choquante ? C’était la norme. 
Ce que j’aimerais savoir, c’est si Iwazaru se retrouvait à table avec, disons, un algérien, oserait-il lui soutenir qu’il comprend les nostalgiques de la colonisation ? Bien sûr que non. Pourquoi ? Parce que cela équivaudrait à cautionner une idéologie raciste, et que le racisme, c’est mal. Et comment le sait-il, que c’est mal, notre ami Iwazaru ? Parce que dans notre pays, la discrimination raciale est illégale depuis plusieurs décennies. Ca n’empêche pas les gens d’être racistes, mais ça les force à s’en cacher, à en avoir un peu honte. Ca rend la vie plus facile aux minorités. Et petit à petit, le racisme perd du terrain. Mais comment diable Iwazaru pourrait-il deviner que cautionner la discrimination des homosexuels, c’est mal, vu que l’Etat lui-même participe à cette discrimination. Comment mes nièces pourraient-elle comprendre qu’il n’y a aucun mal à ce que leur tonton soit amoureux d’un garçon, puisque vous n’avez pas le droit de vous marier comme les couples normaux ? 
C’est spécifiquement pourquoi, mon cher Iwazaru, l’Etat doit outrepasser la sensibilité des vieilles dames vertueuses pour montrer l’exemple, pour signifier que la discrimination, c’est mal, et pour que les gens respectables comme toi comprennent qu’on ne peut décemment pas balancer à la face d’un être humain qu’il est normal que ses droits fondamentaux passent après les hauts-le-coeur de ceux qui le considèrent comme un citoyen de seconde classe. 
Alors à vous trois, Mizaru, Kikazaru et Iwazaru, mes trois petits singes de l’homophobie qui s’ignore, je suggère de prendre cinq minutes pour vous mettre à la place de ceux dont vous décidez du sort entre la poire et le fromage. Car si personne ne vous oblige à vous engager à nos côtés, ne vous imaginez pas que votre indifférence civilisée, votre inconséquence affable et votre mépris poli passent inaperçus. Imaginez vous dans 50 ans, quand nous aurons réduit l’homophobie à un sujet de mauvais film à Oscars ; je ne voudrais pas que les vilains conformistes iniques que vos petits-enfants hueront à l’écran vous rappellent de mauvais souvenirs.

Dreaming In Color


Christina Bothwell

Marie Payet


Marie Payet 
France 
Miss Universe Contest 2012

Nature contre Nature



Out in Nature : Homosexualité animale - Homosexual Behaviour in the Animal Kingdom, Saint Thomas Productions, 2006

Nature Against Nature



Out in Nature : Homosexualité animale - Homosexual Behaviour in the Animal Kingdom, Saint Thomas Productions, 2006

2012-12-07

2012-12-05

Miss You


Marie Payet
France
Miss Universe Contest 2012

2012-12-04

Be With You Tonight


The Young Professionals + Uriel Yekutiel

2012-12-03

Pleni sunt caeli et terra gloria tua


Ola Gjeilo

עברי לידר - מישהו פעם





Ivri Lider, Mishehu Paam, 2012