2012-08-31

Library


The Mummy, Stephen Sommers, 1999

2012-08-29

Mystère à Grimouville





A Grimouville, on s’interroge toujours sur la signification du chiffre mystère.

127 la semaine dernière, 128 désormais, très vraisemblablement 129 en cette fin de semaine, le chiffre mystère apposé sur le mur du cimetière de Grimouville, commune associée à Regnéville-sur- Mer, continue une ascension que rien ne semble pouvoir arrêter. Mais qui est celui (ou celle, ou ceux) qui renouvelle l'affiche, à chaque fin de semaine, à une ou deux exceptions près toujours dans la nuit de vendredi à samedi? Et quelle peut bien être la signification de ce chiffre? Les Regnévillais se sont bien sûr posé ces questions. "Au début, on a cherché à comprendre, mais maintenant...", explique le maire de Regnéville, Daniel Cariou.
Il est bien remonté dans le temps, pour voir si un lien pouvait être imaginé avec un événement du passé, mais rien. "Désormais, on pense que c'est plus une forme d'expression artistique", confie le premier magistrat de la commune. D'autres imaginent un lien avec un décès, le collage étant fait sur le mur du cimetière. Dans le bourg de Grimouville, bien sûr, on en cause, mais le chiffre mystère s'est fondu, au fil des semaines, dans le paysage local, au point de générer localement une certaine indifférence. "Celui qui fait cela ne fait de mal à personne, moi, cela ne me dérange pas plus que cela", résume un proche voisin.
Mais pourquoi personne n’a eu l’idée de faire le guet pour démasquer ce "serial-colleur"? Quelqu’un a essayé, et a pris une photo sombre où l’on distinguerait deux silhouettes. Ainsi, il n’y aurait peutêtre pas un, mais deux colleurs? Le fait est que, comme le reconnaît le maire Daniel Cariou, "Il serait relativement simple de vérifier". Alors pourquoi ne pas le faire? "Pour ma part, je trouve amusant de voir jusqu’ou cela va pouvoir aller". En plus, cela fait parler de la commune, une télévision nationale étant même venue en reportage… Alors, quelqu’un résoudrat-il l’énigme de Grimouville?

Publié par La Manche Libre le 21/08/2011 à 08h00

2012-08-28

Rainy day canapé des jours de pluie


Dorothea Tanning, 1970

Cadran solaire


Unknown artist after Peter Flötner,
Human Sundial,
after 1540, woodcut.
The British Museum, London

2012-08-26

Dödskyssen


Elisabeth Ohlson Wallin 
http://www.jerusalem2011.com/

Love Makes a Holy Family


Love Makes a Holy Family series
Photo by Kittredge Cherry ©2009 
http://www.flickr.com/photos/jesusinlove/4207856180/

2012-08-25

2012-08-24

Tous les livres


Passage Jouffroy

2012-08-23

Mazel tov

2012-08-22

Schocking Frida




Lorsque nous sommes entrés dans la chambre de Frida, ma sœur et moi avons glissé une bague à chacun de ses doigts. Nous avons déposé sur son front quelques gouttes de son parfum préféré, «Shocking», de Schiaparelli.

Nickolas Muray, Frida Kahlo In New York, Original 1946
1936 Schiaparelli Shocking Perfume Bottle / http://www.liveauctioneers.com/item/6372446
Frida Kahlo, Dream, 1940
Frida Kahlo, Paris Match, n° 2419, 5 octobre 1995

2012-08-19

I see


Woody Allen, Midnight in Paris, 2011


2012-08-14



2012-08-13

Kandinsky Prize


Monday, August 13, 2012
Russia
Anti-Putin Punk Group Nominated For Prestigious Russian Art Award
August 10, 2012
The Russian feminist punk group Pussy Riot has been nominated for one of Russia's most prestigious awards in arts, the Kandinsky Prize.
According to the Kandinsky Prize's website, the group was added to the list of candidates to receive the annual Project of the Year award.
Three members of the group - Nadezhda Tolokonnikova, Maria Alyokhina, and Yekaterina Samutsevich - are on trial for staging a performance at Moscow's Christ the Savior Cathedral against President Vladimir Putin's rule in February. A verdict in their case is due on August 17.
The Kandinsky Award was established in 2007.
Leading Russian and international art experts, intellectuals, and businessmen are among the Kandinsky Prize's organizers.
The prize for the Project of the Year is $40,000.
Radio Free Europe Radio Liberty
http://www.rferl.org/content/pussy-riot-nominated-for-kandinsky-prize/24673105.html

Voina


“For Voina, art is a way to express dissent; so far, they don´t seem interested in running a business, so art is the weapon they use for their political struggle. The system needs or wants to exploit Voina´s work or reputation, or even worse, wants to create a new, softer, politically correct version of Voina with new people and a new group while the original ones disappear one by one........this science fiction hypothesis would be the next step beyond 'artistic appropriation,' the appropriation of the artist´s identity and its manipulation for political purposes.”
--Alessandro Rolandi, concept artist, curator, Beijing-based academic 

Stefan van Drake 
http://stefanvandrake.blogspot.fr/2011/10/swedish-curator-shows-stolen-voina.html

2012-08-12

Codename Koza


Koza and Kasper 
Natalia Sokol
http://en.free-voina.org

2012-08-09

Yuri Gavrikov, head of St Petersburg's Gay Russia movement, told AFP. 
"If people like Madonna boycott their concerts, particularly in St Petersburg, that could have economic consequences, and that is important, while declarations of support for gay rights at concerts mean nothing."

2012-08-08


2012-08-07

2012-08-04


Marie-Guillemine Benoist, Portrait d'une négresse, 1800, Musée du Louvre, Paris


THE RIGHTS OF WOMAN
Olympe de Gouges
1791

Man, are you capable of being just? It is a woman who poses this question; you will not deprive her of this right at least. Tell me, what gives you the sovereign power to oppress my sex? Your strength? Your talents? Observe the creator in his wisdom; survey in all her grandeur that very nature with whom you seem to wish to be in harmony, and give me, if you dare, just one example of this tyrannical empire. Go back to the animals, consult the elements, study the plants, and finally cast a glance at all the modifications of organic matter, and surrender to the evidence when I offer you the means to do so; search, probe deeper, and try to distinguish, if you can, the sexes in the administration of nature. Everywhere you will find them mingled; every where they cooperate in harmonious togetherness in this immortal masterpiece. Man alone has raised his exceptional circumstances to a principle. Bizarre, blind, bloated with science and degenerated – in a century of enlightenment and wisdom – into the crassest of ignorance, he wants to command as a despot, a sex which is endowed with all intellectual faculties; he pretends to enjoy the Revolution and reclaim his rights to equality, in order to say nothing more about it.

Declaration of the Rights of Woman and of the Woman-Citizen
To be declared by the National Assembly in its last sessions or in those of the next legislature.

Preamble
Mothers, daughters, sisters representatives of the nation demand to be constituted into a national assembly. Considering that ignorance, omission, or scorn for the rights of the woman are the only causes of public misfortunes and of the corruption of governments, they have resolved to set forth in a solemn declaration the natural, inalienable, and sacred rights of the WOMAN, in order that this declaration, being constantly exposed before all the members of the society, may ceaselessly remind them of their rights and duties; in order that the authoritative acts of women and the authoritative acts of men may be at each moment compared with and, be respectful of the purpose of all political institutions; and in order that the Woman-citizens’ demands, henceforth based on simple and incontestable principles, may always support the constitution, good mores, and the happiness of all.
In consequence, the sex that is as superior in beauty as it is in courage during the suffering of maternity recognizes and declares, in the presence and under the auspices of the supreme being, the following Rights of woman and of the woman-citizen.
I.
Woman is born free and remains equal to man in her rights. Social distinctions can be based only upon the common utility.
II.
The purpose of any political association is the conservation of the natural and unwritten rights of woman and of man: these rights are liberty, prosperity, security, and especially resistance to oppression.
III.
The principle of all sovereignty resides essentially in the nation, which is nothing but the union of woman and man: no body and no individual can exercise any authority that does not come expressly from it.
IV.
Liberty and justice consist of restoring all that belongs to others; hence, the only limits on the exercise of the natural rights of woman are those that emanate from perpetual male tyranny; these limits are to be reformed according to the laws of nature and reason.
V.
Laws of nature and reason prohibit all acts harmful to society: all that is not forbidden by these wise and divine laws, can not he prohibited, and no one can be constrained to do that which these laws do not command.
VI.
The laws must be the expression of the general will; all female and male citizens must take part either personally or through their representatives in its formation; it must be the same for all: male and female citizens, being equal in the eyes of the law, must be equally eligible for all honors, positions, and public offices according to their capacity and without other distinctions besides those of their virtues and talents.
VII.
No woman is an exception: she is accused, arrested, and detained according to cases determined by law. Women, like men, obey this rigorous law.
VIII.
The law must establish only those penalties that are strictly and obviously necessary, and no woman can be punished except by virtue of a law established and promulgated prior to the offence and legally applicable to women.
IX.
Any woman being declared guilty, all severity is exercised by the law.
X.
No one is to be harmed even for his very basic opinions. Woman has the right to mount the scaffold; she must equally have the right to take the rostrum, provided that her demonstrations do not disturb the legally established public order.
XI.
The free communication of thoughts and opinions is one of the most precious rights of woman, since this liberty assures the recognition of children by their fathers. Any Woman-Citizen thus may say freely, I am the mother of this child which belongs to you, without being forced by a barbarous prejudice to conceal the truth; save to respond to the abuse of this liberty in cases determined by the law.
XII.
The guarantee of the rights of woman and of the Woman-citizen implies a major benefit; this guarantee must be instituted for the advantage of all, and not for the specific use of those to whom it is entrusted.
XIII.
For the support of the public force and the expenses of administration, the contributions of women and men are equal. Woman has a share in all the duties and in all the painful tasks; therefore, she must have the same share in the distribution of posts, employments, offices, honors and jobs.
XIV.
Female and male citizens have the right to verify, either by themselves or through their representatives, the necessity of the public fund. This can apply to women only if they are granted an equal share, not only in wealth, but also in public administration, and in the determination of the quota, the tax base, the collection, and the duration of the tax.
XV.
The collectivity of women, along with men contributing to the public fund, has the right to demand an accounting of its administration, from any public agent.
XVI.
No society has a constitution without the guarantee of the rights and the separation of powers: the constitution is null if the majority of individuals comprising the nation have not cooperated in drafting it.
XVII.
Property belongs to both sexes whether united or separate; for each it is an inviolable and sacred right; no one can be deprived of it, since it is the true heritage of nature, unless the legally determined public need obviously dictates it, and then only under the condition of a just and prior indemnity.

Postambule
Woman, wake up! The tocsin of reason is being heard throughout the universe; recognize your rights. The powerful empire of nature is no longer surrounded by prejudice, fanaticism, superstition, and lies. The flaming torch of truth has dispersed all the clouds of folly and usurpation. Enslaved man has multiplied his strength and, needs recourse to yours to break his chains. Having become free, he has become unjust to his companion. O women! Women, when will you cease to be blind? What advantages have you received from the Revolution? A more pronounced scorn, a more marked disdain. In the centuries of corruption you have ruled only over the weakness of men. Your empire is destroyed, what then are you left with? The conviction of man’s injustices and, the reclamation of your patrimony, based on the wise decrees of nature – what have you to dread from such a fine undertaking? The bon mot of the legislator of the marriage of Cana?
Do you fear that our French legislators, correctors of morality, long ensnared by political practices and, hanging from the branches of politics now out of date, will only say again to you: WOMEN, what is there in common between you and us? Everything, you will have to answer. If they stubbornly persist in their weakness in putting this non sequitur in contradiction to their principles, oppose courageously with the force of reason the empty pretensions of superiority; unite yourselves beneath the standards of philosophy; deploy all the energy of your character, and you will soon see that these haughty men, will not be groveling at your feet as servile adorers, but will be proud to share with you the treasures of the supreme being. Regardless of what barriers confront you, it is in your power to free yourselves; you have only to wish it. Let us pass now to the shocking tableau of what you have been in the past; and since national education is in the air at this moment, let us see whether our wise legislators will think judiciously about the education of women.
Women have done more harm than good. Constraint and dissimulation have been their lot. What force has robbed them of, guile has returned to them; they had recourse to all the resources of their charms, and the most irreproachable person could not resist them. Poison, the chains and the sword were all subject to them; they commanded crime, fortune and virtue. The French government especially depended throughout the centuries on the nocturnal administrations of women, the cabinet kept no secret from their indiscretion; embassies, military commands, ministry, presidency, pontificate, college of cardinals; in short, anything which characterizes the folly of men, profane and sacred, all have been subject to the cupidity and ambition of this sex, formerly contemptible and respected, and since the revolution, respectable and disdained.
In this sort of contradictory situation, what remarks could I not make! I have but a moment to make them, but this moment will arrest the attention of the remotest posterity. Under the Ancien Regime, all was perverted, all guilty; but could not the amelioration of conditions be perceived even in the very substance of vices? A woman only had to be beautiful or pleasant; when she possessed these two advantages, she saw a hundred fortunes at her feet. If she did not profit from them, then she was a bizarre character or had a rare philosophy which made her scorn wealth; then she was deemed to be considered a crazy, headstrong woman; the most indecent woman made herself respected with gold; and, commerce in women was a kind of industry in the upper classes, which, henceforth, will have no more credit. If it still had it, the revolution would be lost, and under the new relationships we would still be corrupt ; however, can reason conceal the fact that any other path to fortune is closed to the woman bought by a man like the slave on the African coasts? The difference is great; that is known. The slave commands the master; but if the master gives her liberty without recompense, and at an age when the slave has lost all her charms, what will become of this unfortunate woman? She will be the toy of scorn, even the doors of charity are closed to her; she is poor and old, and they say: why did she not know how to make her fortune? Reason finds other examples that are even more touching. A young, inexperienced woman, seduced by a man whom she loves, will abandon her parents to follow him; the ingrate will leave her after a few years, and the older she has become with him, the more inhuman is his inconstancy; if she has children, he will abandon her all the same. If he is rich, he will consider himself excused from sharing his fortune with his noble victims. If some involvement binds him to his duties, he will deny them, trusting that the laws will support him. If he is married, any other obligation loses its rights. Then what laws remain to extirpate this vice all the way to its roots? The law of dividing wealth between men and women and public administration. It can easily be seen that one who is born into a rich family gains very much from such equal sharing; but the one born into a poor family with merit and virtue : what is her lot? Poverty and opprobrium. If she does not excel precisely in music or painting, she cannot be admitted to any public function even when she has all the capacity for it. I will go more deeply into this in the new edition of all my political writings, with notes, which I propose to give to the public in a few days.
Now again on the subject of mores. Marriage is the tomb of trust and love. The married women can with impunity give bastards to her husband, and also give them the wealth which does not belong to them. The woman who is unmarried has only one feeble right; ancient and inhuman laws refuse to her and to her children the right to the name and the wealth of their father; and no new laws have been made in this matter. If it is considered a paradox and impossibility on my part to try to give my sex an honorable and just place, then I leave it to future people to attain glory for dealing with this matter; but while we wait, the way can be prepared through national education, by restoring customs and conjugal conventions.






LES DROITS DE LA FEMME

Homme es-tu capable d’être juste ? C’est une femme qui t’en fait la question ; tu ne lui ôteras pas du moins ce droit. Dis-moi : Qui t’a donné le souverain empire d’opprimer mon sexe ? ta force ? tes talents ? Observe le créateur dans sa sagesse ; parcours la nature dans toute sa grandeur, dont tu sembles vouloir te rapprocher, et donne-moi si tu l’oses, l’exemple de cet empire tyrannique (De Paris au Pérou, du Japon jusqu'à Rome, Le plus sot animal, à mon avis, c'est l'homme [Boileau, Satire VIII, 1667]). Remonte aux animaux, consulte les éléments, étudie les végétaux, jette enfin un coup d’œil sur toutes les modifications de la matière organisée ; et rends-toi à l’évidence quand je t’en offre les moyens ; cherche, fouille et distingue, si tu le peux, les sexes dans l’administration de la nature. Partout tu les trouveras confondus, partout ils coopèrent avec un ensemble harmonieux à ce chef-d’oeuvre immortel. L’homme s’est fagoté un principe de cette exception. Bizarre, aveugle, boursouflé de sciences et dégénéré, dans ce siècle de lumières et de sagacité, dans l’ignorance la plus crasse, il veut commander en despote sur un sexe qui a reçu toutes les facultés intellectuelles ; qui prétend jouir de la révolution, et réclamer ses droits à l’égalité, pour ne rien dire de plus. 



DECLARATION DES DROITS DE LA FEMME ET DE LA CITOYENNE
A décréter par l’Assemblée nationale dans ses dernières séances ou ans celle de la prochaine législature

Préambule.
Les mères, les filles, les sœurs, représentantes de la nation, demandent d’être constituées en assemblée nationale. Considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de la femme, sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d’exposer dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de la femme ; afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir des femmes ; et ceux du pouvoir des hommes, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient respectés ; afin que les réclamations des citoyennes, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la constitution, des bonnes mœurs, et au bonheur de tous. En conséquence, le sexe supérieur en beauté comme en courage dans les souffrances maternelles, reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être suprême, les Droits suivants de la femme et de la citoyenne.
I.
La femme naît libre et demeure égale à l’homme en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.
II.
Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de la Femme et de l’Homme : ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et surtout la résistance à l’oppression.
III.
Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation qui n’est que la réunion de la Femme et de l’Homme : nul corps, nul individu, ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.
IV.
La liberté et la justice consistent à rendre tout ce qui appartient à autrui ; ainsi l’exercice des droits naturels de la femme n’a de bornes que la tyrannie perpétuelle que l’homme lui oppose ; ces bornes doivent être réformées par les lois de la nature et de la raison.
V.
Les lois de la nature et de la raison défendent toutes actions nuisibles à la société : tout ce qui n’est pas défendu par ces lois, sages et divines, ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elles n’ordonnent pas.
VI.
La Loi doit être l’expression de la volonté générale ; toutes les Citoyennes et Citoyens doivent concourir personnellement, ou par leurs représentants, à sa formation ; elle doit être la même pour tous : toutes les citoyennes et tous les citoyens étant égaux à ses yeux, doivent être également admissibles à toutes dignités, places et emploi publics, selon leurs capacités, et sans autres distinctions que celles de leurs vertus et de leurs talents.
VII.
Nulle femme n’est exceptée ; elle est accusée, arrêtée et détenue dans les cas déterminés par la Loi. Les femmes obéissent comme les hommes à cette Loi rigoureuse.
VIII.
La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu’en vertu d’une Loi établie et promulguée antérieurement au délit et légalement appliquée aux femmes.
IX.
Toute femme étant déclarée coupable, toute rigueur est exercée par la Loi.
X.
Nul ne doit être inquiété pour ses opinions mêmes fondamentales, la femme a le droit de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la tribune : pourvu que ses manifestations ne troublent pas l’ordre public établi par la Loi.
XI.
La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de la femme, puisque cette liberté assure la légitimité des pères envers les enfants. Toute Citoyenne peut donc dire librement, je suis mère d’un enfant qui vous appartient, sans qu’un préjugé barbare la force à dissimuler la vérité ; sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.
XII.
La garantie des droits de la femme et de la citoyenne nécessite une utilité majeure ; cette garantie doit être instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de celles à qui elle est confiée.
XIII.
Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses de l’administration, les contributions de la femme et de l’homme sont égales ; elle a part à toutes les corvées, à toues les tâches pénibles ; elle doit donc avoir de même part à la distribution des places, des emplois, des charges, des dignités et de l’industrie.
XIV.
Les Citoyennes et Citoyens ont le droit de constater par eux-mêmes, ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique. Les Citoyennes ne peuvent y adhérer que par l’admission d’un partage égal, non seulement dans la fortune, mais encore dans l’administration publique, et de déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée de l’impôt.
XV.
La masse des femmes, coalisées pour la contribution à celle des hommes, a le droit de demander compte, à tout agent public, de son administration.
XVI.
Toute société, dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution : la Constitution est nulle, si la majorité des individus qui composent la Nation n’a pas coopéré à sa rédaction.
XVII.
Les propriétés sont à tous les sexes réunis ou séparés ; elles sont pour chacun un droit inviolable et sacré ; nul ne peut en être privé comme vrai patrimoine de la nature, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.

Postambule.
Femme, réveille-toi ; le tocsin de la raison se fait entendre dans tout l’univers ; reconnais tes droits. Le puissant empire de la nature n’est plus environné de préjugés, de fanatisme, de superstition et de mensonges. Le flambeau de la vérité a dissipé tous les nuages de la sottise et de l’usurpation. L’homme esclave a multiplié ses forces, a eu besoin de recourir aux tiennes pour briser ses fers. Devenu libre, il est devenu injuste envers sa compagne. Ô femmes ! Femmes, quand cesserez-vous d’être aveugles ? Quels sont les avantages que vous avez recueillis dans la révolution ? Un mépris plus marqué, un dédain plus signalé. Dans les siècles de corruption vous n’avez régné que sur la faiblesse des hommes. Votre empire est détruit ; que vous reste-t-il donc ? La conviction des injustices de l’homme. La réclamation de votre patrimoine, fondée sur les sages décrets de la nature ; qu’auriez-vous à redouter pour une si belle entreprise ? le bon mot du législateur des noces de Cana ? Craignez-vous que nos Législateurs Français, correcteurs de cette morale, longtemps accrochée aux branches de la politique, mais qui n’est plus de saison, ne vous répètent : femmes qu’y a-t-il de commun entre vous et nous ? Tout, auriez-vous à répondre. S’ils s’obstinaient, dans leur faiblesse, à mettre cette inconséquence en contradiction avec leurs principes ; opposez courageusement la force de la raison aux vaines prétentions de supériorité ; réunissez-vous sous les étendards de la philosophie ; déployez toute l’énergie de votre caractère, et vous verrez bientôt ces orgueilleux, non serviles adorateurs rampant à vos pieds, mais fiers de partager avec vous les trésors de l’Être suprême. Quelles que soient les barrières que l’on vous oppose, il est en votre pouvoir de les affranchir ; vous n’avez qu’à le vouloir. Passons maintenant à l’effroyable tableau de ce que vous avez été dans la société ; et puisqu’il est question, en ce moment, d’une éducation nationale, voyons si nos sages Législateurs penseront sainement sur l’éducation des femmes.
Les femmes ont fait plus de mal que de bien. La contrainte et la dissimulation ont été leur partage. Ce que la force leur avait ravi, la ruse leur a rendu ; elles ont eu recours à toutes les ressources de leurs charmes, et le plus irréprochable ne leur résistait pas. Le poison, le fer, tout leur était soumis ; elles commandaient au crime comme à la vertu. Le gouvernent français, surtout, a dépendu, pendant des siècles, de l’administration nocturne des femmes ; le cabinet n’avait point de secret pour leur indiscrétion ; ambassade, commandement, ministère, présidence, pontificat, (de M. de Bernis, de la façon de mme de Pompadour) cardinalat ; enfin tout ce qui caractérise la sottise des hommes, profané et sacré, tout a été soumis à la cupidité et à l’ambition de ce sexe autrefois méprisable et respecté, et depuis la révolution, respectable et méprisé.
Dans cette sorte d’antithèse, que de remarques n’ai-je point à offrir ! Je n’ai qu’un moment pour les faire, mais ce moment fixera l’attention de la postérité la plus reculée. Sous l’ancien régime, tout était vicieux, tout était coupable ; mais ne pourrait-on pas apercevoir l’amélioration des choses dans la substance même des vices ? Une femme n’avait besoin que d’être belle ou aimable ; quand elle possédait ces deux avantages, elle voyait cent fortunes à ses pieds. Si elle n’en profitait pas, elle avait un caractère bizarre, ou une philosophie peu commune, qui la portait aux mépris des richesses ; alors elle n’était plus considérée que comme une mauvaise tête : la plus indécente se faisait respecter avec de l’or ; le commerce des femmes était une espèce d’industrie reçue dans la première classe, qui, désormais, n’aura plus de crédit. S’il en avait encore, la révolution serait perdue, et sous de nouveaux rapports, nous serions toujours corrompus ; cependant la raison peut-elle se dissimuler que tout autre chemin à la fortune est fermé à la femme que l’homme achète, comme l’esclave sur les côtes d’Afrique. La différence est grande ; on le sait. L’esclave commande au maître ; mais si le maître lui donne la liberté sans récompense, et à un âge où l’esclave a perdu tous ses charmes, que devient cette infortunée ? Le jouet du mépris ; les portes même de la bienfaisance lui sont fermées ; elle est pauvre et vieille, dit-on ; pourquoi n’a-t-elle pas su faire fortune ? D’autres exemples encore plus touchants s’offrent à la raison. Une jeune personne sans expérience, séduite par un homme qu’elle aime, abandonnera ses parents pour le suivre ; l’ingrat la laissera après quelques années, et plus elle aura vieilli avec lui, plus son inconstance sera inhumaine ; si elle a des enfants, il l’abandonnera de même. S’il est riche, il se croira dispensé de partager sa fortune avec ses nobles victimes. Si quelque engagement le lie à ses devoirs, il en violera la puissance en espérant tout des lois. S’il est marié, tout autre engagement perd ses droits. Quelles lois reste-t-il donc à faire pour extirper le vice jusque dans la racine ? Celle du partage des fortunes entre les hommes et les femmes, et de l’administration publique. On conçoit aisément que celle qui est née d’une famille riche, gagne beaucoup avec l’égalité des partages. Mais celle qui est née d’une famille pauvre, avec du mérite et des vertus ; quel est son lot ? La pauvreté et l’opprobre. Si elle n’excelle pas précisément en musique ou en peinture, elle ne peut être admise à aucune fonction publique, quand elle en aurait toute la capacité. Je ne veux donner qu’un aperçu des choses, je les approfondirai dans la nouvelle édition de tous mes ouvrages politiques que je me propose de donner au public dans quelques jours, avec des notes.
Je reprends mon texte quant aux moeurs. Le mariage est le tombeau de la confiance et de l’amour. La femme mariée peut impunément donner des bâtards à son mari, et la fortune qui ne leur appartient pas. Celle qui ne l’est pas, n’a qu’un faible droit : les lois anciennes et inhumaines lui refusaient ce droit sur le nom et sur le bien de leur père, pour ses enfants, et l’on n’a pas fait de nouvelles lois sur cette matière. Si tenter de donner à mon sexe une consistance honorable et juste est considéré dans ce moment comme un paradoxe de ma part, et comme tenter l’impossible, je laisse aux hommes à venir la gloire de traiter cette matière ; mais, en attendant, on peut la préparer par l’éducation nationale, par la restauration des moeurs et par les conventions conjugales.


http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k426138/f5.image.r=olympe+gouges.langFR

2012-08-03

2012-08-01

Pourquoi ceux qui me persécutent me prêchent-ils un Dieu qu'ils n'imitent pas ? 

Why do those who persecute me preach a God whom they do not imitate ?

D. A. F. de Sade 
à Mme de Bimard, Mai 1811