2012-06-30


http://alainconvard.over-blog.com/article-la-joconde-revisitee-45201149.html

Pioneer plaque

There are three places for a woman

"There are three places for a woman: in her father’s house, in her husband’s house, or in her grave."

One Foot in Heaven, Narratives on Gender and Islam in Darfur, West-Sudan, Karin Willemse, Brill, 2007



  

"Ma mère me disait que pour être une bonne musulmane et pour mériter une place au paradis, une femme a trois endroits sacrés : c’est la maison de ses parents, la maison de son mari et sa tombe."

Who says all men are ferocious wolves ?



Who says all men are ferocious wolves ?
Lev Ponomarev on Prison Brutality
posted 1 Nov 2011 01:41 by Rights in Russia

"I think some of Russia’s prisons can be compared to World War II era concentration camps. We hear reports of inmates being beaten, tortured and raped. Prisoners also have very little recourse in such instances of abuse, because it’s nearly impossible to lodge a complaint or alert anyone on the outside. Many of Russia’s prisons are like black holes – one of the only ways for us to gather information about what’s happening on the inside is from former detainees, or relatives of inmates. Our organisation works hard to collect whatever information we can, and occasionally we’re able to force the authorities to file or open a criminal case against abusive prison staff. However, guards are rarely the ones to actually beat their prisoners. More often than not, they will order ‘aktiv’ – prisoners sentenced to long-term sentences for violent crimes such as murder or rape – to mete out physical abuse. In exchange, the ‘aktiv’ are rewarded with special privileges. Despite these small victories the system hasn’t changed. As soon as we get rid of one bad guard, another is hired to replace him. I think this is because abuse is essential to Russia’s penal system. Almost every region has at least one ‘torture’ camp which is used as a way to suppress or threaten vocal or unruly prisoners. Finally, I also believe that part of the reason why these sort of abuses are allowed to persist is because Russian society just doesn’t care. When I’ve discussed violence in prisons on radio talk shows, people reacted by saying, ‘Let them all die there’”. 

From 'Hit, kicked and bruised: beatings at Russian women’s prison caught on video', France 24, 31 October 2011
http://www.rightsinrussia.info/advisory-council/advisory-committee/ponomarev-1

2012-06-28

Jusqu'au bout du monde


Thomas Allen
http://thomasallenonline.com/

2012-06-27


Michel Bounan, La loca historia del mundo, traducción del francés de Julieta Lionetti, editorial Melusina, 2007

2012-06-26

Strange fruit




Southern trees bear strange fruit,
Blood on the leaves and blood at the root,
Black bodies swinging in the southern breeze,
Strange fruit hanging from the poplar trees.

Pastoral scene of the gallant south,
The bulging eyes and the twisted mouth,
Scent of magnolias, sweet and fresh,
Then the sudden smell of burning flesh.

Here is fruit for the crows to pluck,
For the rain to gather, for the wind to suck,
For the sun to rot, for the trees to drop,
Here is a strange and bitter crop.

Billie Holiday

2012-06-25



 

http://twitter.com/#!/UrielYekutiel

2012-06-24

Et il n'y a plus d'Amérique




See A Friend In Tears / Momus, Circus Maximus, 1986
Voir un ami pleurer, Brel / Scala and Kolacny Brothers, Dream On, 2003

Through the Looking-Glass








2012-06-20

2012-06-17


 

Charb, Charlie blasphème, 2006

Mr Bean - Library

Reasons To Leave Earth ?

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

- Who are you guys?
- We're aborigines. Who are you?
- Me? I'm an astronaut.
- Well, what do you do here, Astronaut?
- I'm here because a buddy of mine is getting ready to... fly overhead. Up in outer space. And I'll be talking to him on that dish.
- Fly over? You blokes do that, too?
- You do that yourself?
- Not me, mate. See that old bloke there? He know. He know the moon. He know the star. And he know the Milky Way. He'll give you a hand. He know.
- We're gonna need all the help we can get.

- Qui êtes-vous ?
- Des aborigènes. Et toi, qui es-tu ?
- Moi ? Je suis... je suis un astronaute.
- Et... qu'est-ce que tu fais ici, astronaute ?
- Je suis venu parce qu'un de mes copains se prépare à... à voler au-dessus de notre tête. Là-haut dans l'espace. Et je lui parlerai au moyen de cette assiette.
- Voler... au-dessus ? Vous faites ça aussi, les mecs ?
- Toi, tu le fais ?
- Pas moi, mon pote. Tu vois le vieux mec, là ? Il sait faire. Il connaît la lune. Il connaît l'étoile. Et il connaît la Voie Lactée. Il t'aidera. Il sait.
- Toutes les bonnes volontés seront les bienvenues.

Philip Kaufman, The Right Stuff, 1983

Looking for

This is the place where considerations for the right body in our next life begin. As the time approaches for rebirth, we go to a space where a number of bodies are reviewed that might meet our goals. We have a chance to look into the future here and actually test out different bodies before making a choice. Souls voluntarily select less than perfect bodies and difficult lives to address karmic debts or to work on different aspects of a lesson they have had trouble with in the past. Most souls accept the bodies offered to them in the selection room but a soul can reject what is offered and even delay reincarnating. Then, too, a soul might ask to go to a physical planet other than Earth for awhile. If we accept the new assignment, we are often sent to a preparation class to remind us of certain signposts and clues in the life to come, especially at those moments when primary Soulmates come into our lives. Finally, when the time comes for our return, we say a temporary goodbye to our friends and are escorted to the space of embarkation for the trip to Earth. Souls join their assigned hosts in the womb of the baby's mother sometime after the third month of pregnancy so they will have a sufficiently evolved brain to work with before term. As part of the fetal state they are still able to think as immortal souls while they get used tobrain circuitry and the alter ego of their host. After birth, an amnesiac memory block sets in and souls meld their immortal character with the temporary human mind to produce a combination of traits for a new personality.





C'est là qu'on commence à se préoccuper d'un autre choix, celui de trouver le corps adéquat pour la prochaine incarnation. Quand approche le moment de la renaissance, nous nous rendons dans un espace où l'on visionne un certain nombre de corps qui pourraient correspondre à nos objectifs. C'est là que nous avons l'occasion de voir le futur et tester différentes incarnations avant de choisir. Les âmes sélectionnent délibérément des corps moins que parfaits, et des vies rudes, pour faire face à des dettes karmiques, ou pour travailler sur différents aspects d'une leçon qui leur avait posé des difficultés dans le passé. La plupart accepte le corps proposé dans la salle de sélection, mais une âme peut repousser l'offre, et même retarder le moment de l'incarnation. Ensuite, elle peut aussi demander à se rendre sur une planète autre que la terre. Si l'âme accepte sa nouvelle affectation, elle est souvent envoyée dans une « classe préparatoire » pour être capable de se rappeler certaines « balises » ou « indices » dans l'existence qu'elle va mener, repères qui lui seront particulièrement utiles au moment où elle rencontrera ses âmes sœurs ( ou membres de son groupe primaire ). Puis, quand vient le moment de la réincarnation, nous saluons nos amis et nous sommes escortés dans la salle d'embarquement pour un voyage sur la terre. Les âmes rejoignent l'hôte auquel elles sont affectées dans le ventre de la mère, parfois pendant le 4e mois de grossesse, afin qu'elles disposent d'un cerveau suffisamment développé pour travailler avant le terme de la grossesse. Dans l'état fœtal, elles sont encore capables de penser comme des âmes immortelles tout en s'habituant aux système cérébral et à l'alter-ego de leur hôte. Après la naissance surgit l'amnésie qui bloque la mémoire, et les âmes mélangent leurs caractères immortels à l'esprit humain temporaire ce qui produira une combinaison de traits constituant une nouvelle personnalité. 

Michael Newton
Destiny of souls, Llewellyn Publications, 2000
Journées dans l'au-delà, Le jardin des livres, 2008

Looking for



2012-06-11

Dictum

There are only two genres: the poem and the pamphlet
Il n'ya que deux genres, le poème et le pamphlet

Tristan Tzara

An indiscriminate slave



An indiscriminate slave 
Esclave de n'importe qui 

Wilhelm Reich, Listen, Little Man!, illustrations by William Steig, 1948
Wilhelm Reich, Écoute, petit homme !, illustré par William Steig, Payot, 1999
Text : http://wikilivres.info/wiki/Listen,_Little_Man!
Texte : acorgone.free.fr/EcoutePetitHomme.pdf, sur Acorgone, Approches pour une connaissance de l'orgone, http://acorgone.free.fr/

First they came...





karmiccourage / Youtube 

 First they came for the communists, and I didn't speak out because I wasn't a communist. 
Then they came for the trade unionists, and I didn't speak out because I wasn't a trade unionist. 
Then they came for the Jews, and I didn't speak out because I wasn't a Jew. 
Then they came for me and there was no one left to speak out for me. 

 Quand ils sont venus chercher les communistes, je n'ai rien dit. je n'étais pas communiste 
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai rien dit. je n'étais pas syndicaliste 
Quand ils sont venus chercher les juifs, je n'ai rien dit. je n'étais pas juif 
Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n'ai rien dit. je n'étais pas catholique 
Et, puis ils sont venus me chercher. Et il ne restait plus personne pour protester 

 Als die Nazis die Kommunisten holten, Habe ich geschwiegen ; Ich war ja kein kommunist. 
 Als sie die Sozialdemokraten einsperrten, habe ich geschwiegen ; ich war ja kein Sozialdemokrat. 
 Als sir di Juden holten, Habe ich geschwiegen ; Ich war ja kein Jude. 
Als sie die Katholiken holten, habe ich nicht protestiert ; Ich war ja kein Katholik. 
 Als sie mich holten, gab es keinen mehr, der protestieren konnte. 

Martin Niemöller

On n'est pas des chochottes

We are not sissies...


2012-06-10

La vie est belle...



David Hockney. © Rudy Waks pour Télérama 

Il a déboulé sur la scène artistique en 1961, à l'âge de 24 ans, et ne l'a plus quittée, s'imposant très vite comme l'un des plus grands peintres du XXe siècle. L'Anglais David Hockney n'a jamais appartenu à aucune école, aucun mouvement. Il a touché à la peinture sur toile ou sur iPad, au théâtre, à l'opéra, au cinéma ou à la photographie, représentant chaque fois ce qui l'entourait dans une palette aux couleurs vives : des intérieurs, des fleurs, ses amis de toujours, des paysages, des piscines californiennes, ses chiens. C'est probablement à son galeriste, John Kasmin, que revient la définition la plus juste de son art – « insolent ». Car Hockney aborde les questions d'espace, de figure humaine, de volume ou de lumière avec une liberté totale, soutenue par une incroyable maîtrise technique. En témoignent ses derniers tableaux, des paysages du Yorkshire, sa région natale. Exposés à la Royal Academy de Londres cet hiver, ils rappellent le dialogue permanent que le peintre entretient avec ses aînés, Picasso, Matisse, Van Gogh ou encore Claude Lorrain. L'architecture du musée Guggenheim de Bilbao, où ils sont aujourd'hui présentés, sublime leur contemporanéité. Car Hockney utilise « des techniques ultramodernes pour s'attaquer à des thèmes de l'art on ne peut plus pérennes tels les arbres ou les couchers de soleil », explique son ami, l'historien d'art Martin Gayford. Parce qu'il a vécu à Londres, à Paris et en Californie, on le croit mondain, hautain, occupé à faire la fête. Eternel dandy aux lunettes rondes, à la casquette piquée de taches de peinture, chaleureux et plein d'humour, David Hockney consacre plutôt tout son temps à son art, comme il s'en explique aujourd'hui, en exclusivité pour Télérama. 

Qu'est-ce qui vous a ramené dans le Yorkshire ?
Je suis né sur ces terres. Adolescent, je m'y suis beaucoup baladé à bicyclette. Et même si je suis allé vivre ailleurs par la suite, j'y retournais tous les Noëls. Au cours des dix dernières années de vie de ma mère, j'y allais même quatre fois par an, avec chaque fois cette peur de ne plus la revoir. Mais c'est à partir de 1997 que j'ai pris conscience de l'incroyable beauté des paysages du Yorkshire. A cette époque, je m'y étais réinstallé pour être plus près de mon ami Jonathan, atteint d'une maladie incurable. Tous les jours, je parcourais une centaine de kilomètres pour être auprès de lui. Et c'est ainsi qu'après vingt-cinq ans passés en Californie j'ai redécouvert le cycle des saisons. Le printemps en particulier était pour moi quelque chose d'extraordinaire. Lorsque, en 2007, la Royal Academy m'a proposé une exposition sur ces paysages, j'ai réalisé qu'il me fallait y passer au moins quatre printemps de plus. Et je suis resté. 

Vous prenez un immense plaisir à observer ce qui vous entoure. Est-ce la condition sine qua non pour devenir un bon peintre ?
Oui, j'ai toujours adoré ça. Et, depuis que je deviens sourd, il me semble que par compensation je perçois mieux l'espace. Prenez Picasso par exemple. Alors que son ami Braque était violoniste, lui-même n'entendait rien à la musique. Par contre, pour ce qui était des couleurs, il avait un sens inégalé de la nuance, des ombres et du clair-obscur. Alors oui, je pense qu'il faut savoir regarder. Regarder, et pas simplement voir. Il faut vouloir être attentif à ce que l'on a devant les yeux. Moi, c'est par le dessin que j'ai appris à le faire. 

A 11 ans, vous décidez d'être artiste. Comment vos parents ont-ils réagi ?
Oh, j'avais même moins de 11 ans ! Mon père lui-même aurait adoré être artiste. Mais avec cinq enfants et un salaire d'employé de bureau, il n'en avait pas les moyens. Ce qui ne l'a pas empêché de prendre des cours du soir de peinture et de faire de la photo. Ni lui ni ma mère n'étaient des intellectuels, mais ils m'ont toujours encouragé. Mon bonheur comptait plus que tout à leurs yeux. D'ailleurs, ils ont toujours été très fiers de moi. 

Quel a été votre premier contact avec l'art ?
Tout petit, j'aimais regarder les images dans les livres et je voulais aller dans les musées. Il y en avait plusieurs dans la région. Celui de Bradford ne présentait que des tableaux de peintres victoriens pompiers. Par contre, à quelques kilomètres de là se trouvait un autre musée, avec des tableaux français, notamment un Bonnard. Et j'ai tout de suite compris qu'ils étaient meilleurs. Mais mon premier choc artistique a eu lieu à l'école de Bradford, devant une reproduction de l'Annonciation de Fra Angelico, qui demeure un de mes tableaux préférés. 

Vous êtes ensuite allé vous former à Londres…
J'ai d'abord reçu un enseignement du dessin des plus académiques avant d'intégrer le Royal College of Art. Là, nous étions libres de peindre comme nous le voulions. C'est à cette époque que j'ai rencontré Francis Bacon pour la première fois. L'un de ses studios se trouvait près du College. De tous les peintres dont j'avais entendu parler, c'était le seul qui n'enseignait pas : c'était donc un véritable artiste. Ses tableaux se vendaient un peu plus cher que les autres, mais pas plus de 800 livres sterling. Il m'avait impressionné parce qu'il était contre l'abstraction et défendait le figuratif, ce à quoi j'étais très sensible. Plus tard, à Paris, où nous avions tous deux un atelier, je l'ai fréquenté davantage. Mais je laissais mes amis aller se saouler avec lui. Moi, je ne bois pas. 

Pensez-vous qu'il était alors plus facile d'intégrer le monde de l'art ?
Je ne sais pas vraiment comment ça se passe aujourd'hui. Ce que je peux vous dire en revanche, c'est que nous ne pensions pas à l'argent. Nous vivions dans la bohème, loin du monde petit-bourgeois que nous avions laissé derrière nous. Là nous avions le droit d'être gays et de nous épanouir comme bon nous semblait. C'était le début des années 60, j'avais une vingtaine d'années, et tout était à inventer. D'une certaine manière, la bohème n'existe plus. Aujourd'hui, il me semble que les artistes cherchent avant tout à faire de l'argent. Et il n'y a plus rien de nouveau, tout est du rétro. 

Vos tableaux se cognent à la question du naturalisme...
Quand on me dit qu'il est impossible aujourd'hui de se remettre à peindre des paysages, je réponds qu'il est impossible de se lasser de la nature. C'est juste notre regard qui s'épuise. Le naturalisme n'est pas l'affaire de la peinture, mais de la photographie, qui conduit à regarder le monde d'une seule et même façon, plutôt ennuyeuse. Moi, je lui ai toujours préféré la peinture, que la photographie ne remplacera jamais. Car, comme le disait Edvard Munch, « la photo ne peut représenter ni le paradis, ni l'enfer ». 

Vous récusez l'idée selon laquelle la peinture est morte. Pour vous, ce sont le cinéma et la photographie qui sont actuellement en crise.
Je m'intéresse à l'image, et la photo en fait partie. C'est même elle qui domine désormais, et c'est à travers elle que la plupart des gens découvrent le monde. Mais, contrairement à la peinture, elle est inséparable de la technologie. De chimique, elle est devenue numérique. En 1989, on m'avait invité au lancement de Photoshop, en Californie. Et je me souviens d'être sorti de là en me disant : « Ça y est, nous sommes entrés dans une ère nouvelle. » Il n'y aura plus de Cartier-Bresson. Car qui peut aujourd'hui faire confiance à la photo ? On pourrait me montrer en train de serrer la main de M. Sarkozy, alors que je ne l'ai jamais rencontré. 

Vous dites que la peinture n'est pas affaire de technologie, pourtant vous peignez sur iPhone et sur iPad ?
En fait je me suis toujours intéressé aux nouvelles technologies qui permettent la représentation par l'image. Ça a commencé avec les Polaroid, les dessins sur ordinateur, les photocopieuses et les télécopieurs. Aujourd'hui je continue avec l'iPad, qui me permet de travailler sans peinture et sans assistant. Mes mains sont toujours propres, mais je garde ce réflexe de vouloir les essuyer sur ma veste, surtout avant d'utiliser du jaune. Tout est question d'apprentissage. Je n'hésite pas à passer plusieurs mois à me former aux différentes techniques, qu'il s'agisse de la peinture sur iPhone ou de l'aquarelle, que je viens de redécouvrir pour mes paysages. Le pastel, par contre, m'échappe. C'est un médium merveilleux mais très difficile à utiliser. D'ailleurs Picasso n'en a guère fait. 

Avec l'iPad, vous vous payez le luxe d'ignorer le marché en envoyant vos œuvres par mail à vos amis.
Quand je pense que Le Cri, de Munch, s'est vendu 120 millions de dollars, je me dis que le marché est devenu fou. Sans doute lorsqu'on a beaucoup d'argent veut-on acquérir de beaux objets. Ce qui est fou, c'est aussi qu'on soit prêt à mettre des sommes colossales pour des contemporains dont rien ne dit que l'œuvre survivra. Remarquez, certains films hollywoodiens coûtent autant, et ils disparaissent sans laisser de traces. Pour ma part, je n'ai jamais alimenté le marché. Certaines de mes toiles se vendent très cher, mais je réinvestis immédiatement cette somme dans mon travail, dans mes films, par exemple, qui ne rapportent rien. L'important, c'est de pouvoir continuer à faire ce qui me plaît. 

Pourquoi vous être dessiné un jour face à Picasso ?
C'était en 1973, le jour de sa mort. Je me trouvais à Los Angeles et Leslie Caron m'avait proposé de rencontrer Jean Renoir, alors très âgé. Lorsque je lui ai appris la nouvelle, il m'a répondu : « Ça ne ressemble vraiment pas à Picasso de nous faire ce coup-là ! » Picasso était un géant, comme Van Gogh, avec qui j'aurais aussi aimé discuter. Comme lui, je suis convaincu qu'un tableau doit avoir un impact immédiat. Ses œuvres s'adressent à tout le monde. Mon père, chaque fois qu'il allait à Londres, ne manquait jamais de se rendre au musée pour admirer l'une de ses toiles figurant une paire de bottines. Il y a chez Van Gogh, comme chez Charlie Chaplin, un côté sentimental transcendé par son œuvre. 

Après Londres, Paris, la Californie, vous voilà de retour dans le Yorkshire. Déménager signifie-t-il qu'il vous faut passer à autre chose ? 
En 1973, j'ai déménagé de Londres à Paris, parce que j'étais trop sollicité et que je n'avais plus assez de temps pour peindre. Le même problème s'est posé à Paris, deux ans plus tard. Comme j'habitais à Saint-Germain-des-Prés, au cœur de la bohème parisienne, tout le monde débarquait dans mon atelier. Or j'ai besoin de solitude. De temps pour réfléchir à mon travail. C'est pour cela que je suis aujourd'hui très bien à Bridlington, loin de tout. Quand on est jeune, on veut être au cœur des choses. Plus à mon âge. 

Que reste-t-il de vos années californiennes ?
Je suis allé aux Etats-Unis pour la première fois en 1961, à New York. C'était fascinant. La ville ne dormait jamais. Manhattan est une cité verticale. On s'y croirait dans un canyon. Finalement, je lui ai préféré Los Angeles, ville horizontale qui me rendait moins claustrophobe. J'y ai toujours ma maison et mes archives. Avec ses grands espaces, la Californie est extraordinaire. Je n'y connaissais personne, mais Los Angeles m'attirait par la liberté qui y régnait. C'est une ville facile à vivre, particulièrement si vous êtes gay. On m'avait dit que c'était un désert culturel et pourtant on y a créé certaines des plus grandes œuvres du XXe siècle, que ce soit Les Temps modernes, de Chaplin, Chantons sous la pluie, de Stanley Donen, ou encore Blanche-Neige, de Walt Disney, un grand artiste. Aujourd'hui, de jeunes plasticiens du monde entier continuent d'y affluer, parce que ça reste encore un endroit abordable, ce qui n'est plus le cas de Paris, ni de New York. C'est pour ça que ces deux villes ont perdu de leur effervescence et de leur importance artistique. 

Lucian Freud, Gilbert & George, Damien Hirst étaient exposés en même temps que vous, cet hiver, à Londres. Qu'en pensez-vous ?
Une telle affiche aurait été impossible à Paris : il n'y a pas d'artistes français de ce calibre. Des trois, c'est de mon ami Lucian Freud que j'étais le plus proche. Je l'ai toujours admiré. Il m'a d'ailleurs fait poser pendant cent vingt heures pour un portrait. J'ai accepté de le faire pour en savoir plus sur ses techniques de peinture. En fait, il utilisait une palette aux couleurs très restreintes, mais ne les mélangeait jamais à l'avance. 

Dans vos tableaux, il y a une grande joie de peindre.
Ce n'est pas le cas de tous les artistes contemporains ! Certains sont lugubres ! Si six cent mille personnes sont venues voir mon exposition, c'est parce que mes œuvres leur parlent et que nous avons tous besoin de joie. La vie est belle... 

Et la reine célèbre son jubilé.
Ah, nous admirons tous la reine, et nous la respectons, maintenant qu'elle est âgée. Voilà soixante ans qu'elle est pénétrée du sens du devoir. Bien plus que certains présidents démocratiquement élus. Bien sûr, elle préfère les chevaux et les chiens à la peinture. Mais moi aussi, j'adore les chiens. 

Le 02/06/2012 à 00h00 Propos recueillis par Yasmine Youssi - Télérama n° 3255 http://www.telerama.fr/scenes/de-la-toile-a-l-ipad-david-hockney-peintre-en-liberte,82245.php

2012-06-09

1984 9/11


...that, It's not a matter of whether the war is not real or if it is. Victory is not possible. The war is not meant to be won. It is meant to be continuous. A hierarchical society is only possible on the basis of poverty and ignorance. This new version is the past and no different past can ever have existed. In principle, the war effort is always planned to keep society on the brink of starvation. The war is waged by the ruling group against its own subjects. And its object is not the victory over either Eurasia or East Asia but to keep the very structure of society intact. 

…il ne s'agit pas de savoir si la guerre est réelle ou non. La victoire n'est pas possible. Il ne s'agit pas de gagner la guerre mais de la prolonger indéfiniment. Une société hiérarchisée repose sur la pauvreté et l'ignorance. Leur version devient vérité historique. Et rien d'autre ne peut avoir existé. Le but de la guerre est de maintenir la société au bord de la famine. La guerre est menée par l'élite contre ses propres sujets. Son objectif n'est pas de vaincre en Eurasie, en Asie, mais de garder sa structure sociale intacte.

George Orwell, 1984
Michael Moore, Fahrenheit 9/11, 2004




Happy Pride Tel Aviv

2012-06-08

Goldeneye


Uriel Yekutiel
PAG, CHEESECAKE, NOTORIOUS & GHETTO FAB present PRIDE! TEL AVIV'S MAIN PRIDE PARTY 7/6/12 AT THE BLOCK CLUB (SALAME ST. #157)

2012-06-07

Beau Soir Beautiful Evening



Lorsque au soleil couchant les rivières sont roses
Et qu’un tiède frisson court sur les champs de blé
Un conseil d’être heureux semble sortir des choses
Et monter vers le cœur troublé
Un conseil de goûter le charme d’être au monde
Cependant qu’on est jeune et que le soir est beau
Car nous nous en allons comme s’en va cette onde
Elle à la mer, nous au tombeau

 When the rivers are rosy in the setting sun
And a mild tremor runs over the cornfields
An exhortation to be happy seems to emanate from things
And rises towards the troubled heart
An exhortation to enjoy the charm of being alive
While one is young and the evening is beautiful
For we go away as this stream goes
The stream to the sea, we to the tomb


Paul Bourget (1852-1935), Claude Debussy (1862-1918), Barbra Streisand

 

2012-06-06

A new pool

 

LB, etching, two plates, 2012