2011-12-31

2012 Water Dragon

2012 Sydney


Happy New Year
!!!

An artist is never poor



Soupe de tortue géante
Blinis Demidoff, blinis au caviar et à la crème
Cailles en sarcophage au foie gras et sauce aux truffes
Salade d’endives aux noix
Fromages
Baba au rhum et salade de fruits glacés
Fruits frais, raisins, figues, ananas...

Vins
Xérès amontillado, avec la soupe
Champagne Veuve Clicquot 1860, accompagne les blinis
Clos de Vougeot 1845, avec cailles et fromages
Fine Champagne

Eau, avec les fruits
Café


- Oh, that was indeed a very good dinner. They all thought it was a very good dinner. 
- At one time I was the head chef at the Cafe Anglais. 
- We shall all remember this evening when you are back in Paris.  
- I'm not going back to Paris.  
- You're not going back to Paris?  
- There's no one waiting for me there.  They're all dead.  And I have no money.  
- No money?  
- But the 10,000 francs?  
- All spent.  
- 10,000 francs?  
- Dinner for twelve at the Cafe Anglais costs 1 0,000 francs. 
- But dear Babette...  you should not have given all you owned for us. 
- It was not just for you.  
- Now you'll be poor the rest of your life. 
- An artist is never poor.  
- Did you prepare that sort of dinner at the Cafe Anglais? 
- I was able to make them happy.  When I gave of my very best. Papin knew that. 
- Achille Papin?  
- Yes.  
- He said:  "Throughout the world sounds one long cry from the heart of the artist: Give me the chance to do my very best." 
- But this is not the end, Babette. 
- I'm certain it is not.  
- In Paradise...  you will be the great artist...  that God meant you to be.  Ah, how you will delight the angels! 



- Oh, c'était vraiment un très bon dîner. Ils ont tous trouvé que c'était un très bon dîner.
- Autrefois, j'étais chef cuisinier au Café Anglais.
- Nous nous rappellerons de cette soirée quand vous serez à Paris.
- Je ne retourne pas à Paris.
- Vous ne retournez pas à Paris ?
- Rien ne me rappelle à Paris. Ils sont tous morts. Et je n'ai pas d'argent.
- Pas d'argent ?
- Mais les 10000 francs ?
- Dépensés.
- 10 000 francs ?
- Un dîner pour douze au Café Anglais coûte 10000 francs.
- Mais, chère Babette, vous n'auriez pas dû tout dépenser pour nous.
- Ce n'était pas seulement pour vous.
- Maintenant, vous serez pauvre toute votre vie.
- Un artiste n'est jamais pauvre.
- Prépariez-vous des dîners semblables au Café Anglais ?
- Je savais les rendre heureux. Quand je me surpassais. Papin le savait.
- Achille Papin ?
- Oui. Il disait: "Un cri jailli du coeur de l'artiste retentit dans le monde entier: "Donnez-moi une chance de me surpasser."
- Mais ce n'est pas fini, Babette.
- Je suis certaine que non.
- Au paradis, vous serez la grande artiste que Dieu voulait que vous soyez. Comme vous saurez ravir les anges !


Babettes Gæstebud, Gabriel Axel, 1987
Café anglais [Boulevard des Italiens, Paris, 2e arrondissement] : [photographie de presse] / [Agence Rol], [Ca 1910] - BnF, Estampes et photographie, EI- 13 (71.9) - gallica.bnf.fr, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69143613

2012



Hogmanay



And for auld lang syne, my jo,
For auld lang syne,
We'll tak a cup o' kindness yet,
For auld lang syne,
-
And for old long past, my joy (sweetheart),
For old long past,
We will take a cup of kindness yet,
For old long past,

Should auld acquaintance be forgot,
And never brought to mind?
Should auld acquaintance be forgot,
And days o' auld lang syne.
-
Should old acquaintance be forgot,
And never brought to mind?
Should old acquaintance be forgot,
And days of old long past.

And surely ye'll be your pint-stowp!
And surely I'll be mine!
And we'll tak a cup o' kindness yet,
For auld lang syne.
-
And surely you will pay for your pint-vessel!
And surely I will pay for mine!
And we will take a cup of kindness yet,
For old long past.

We twa hae run about the braes
And pu'd the gowans fine;
But we've wander'd mony a weary foot
Sin auld lang syne.
-
We two have run about the hillsides
And pulled the wild daisies fine;
But we have wandered many a weary foot
Since old long past.


We twa hae paidl'd i' the burn,
Frae mornin' sun till dine;
But seas between us braid hae roar'd
Sin auld lang syne.
-
We two have paddled in the stream,
From morning sun till noon;
But seas between us broad have roared
Since old long past.

And there's a hand, my trusty fiere!
And gie's a hand o' thine!
And we'll tak a right guid willy waught,
For auld lang syne.
-
And there is a hand, my trusty friend!
And give me a hand of yours!
And we will take a right good-will drink,
For old long past.

Robert Burns

1912 April 15th

Titanic Survivors: What They Saw (1)

Titanic Survivors: What They Saw (2)
http://www.youtube.com/watch?v=sVEvbEE0pwc&feature=related

2011-12-29

We Want Sex Equality


- I'm married to Peter Hopkins.
- Sorry, what?
- At the factory. I had a feeling that you didn't know. And I didn't know who you were. With the strike.
- Sorry, I don't understand. I'm sorry, if you've come here to tell me to back off, I wasn't joking. I've had a hell of a day and…
- Oh, no. Oh, no.
- Keep going. Please, keep going. Do you know who I am? Who I actually am?
- No.
- I'm Lisa Burnett, I'm 31 years old. I havea first-class honors degree from one of the finest universities in the world. And my husband treats me like I'm a fool. And when I was studying for my degree, I was very, very happy. And mostly because of the work. Because I loved reading about all these extraordinary people making history. And... And I just wondered what it felt like. So let me know, will you,when you finish doing it? I don't know. Don't give up. Don't let me down.

- Je suis la femme de Peter Hopkins
- Excusez-moi, comment?
- A l'usine.
- J'ai senti que vous ne le saviez pas. Et je ne savais pas qui vous étiez. Avec l'histoire de la grève...
- Excusez-moi, je ne comprends pas. Désolée, si vous venez ici pour me demander de renoncer... Je ne plaisantais pas, j'ai eu une dure journée et...
- Non, non, continuez, je vous en prie, continuez. Savez-vous qui je suis? Qui je suis exactement?
- Non...
- Je suis Lisa Burnett, j'ai 31 ans. Et j'ai un diplôme avec tableau d'honneur de l'une des meilleures universités au monde. Et mon mari me traite comme une idiote. Et quand j'étudiais pour avoir mon diplôme… j'étais très heureuse. Et surtout à cause du travail. Parce que j'aimais lire sur ces gens merveilleux qui font l'histoire. Et je me suis demandé ce qu'était cette sensation. Alors dites-moi, s'il vous plaît, quand vous aurez terminé . N'abandonnez pas. Ne me laissez pas tomber.


Made in Dagenham, We Want Sex Equality, Nigel Cole, 2010

2011-12-25

Amalfi, Capri, Pompeii, Florence


My first meeting with Eugene came one evening at the famous restaurant, Le Boeuf sur le Toit. His boyish appearance belied the sensitive artist he was, as did his mid-western drawl, for he had been born in a praire schooner. At times his curly brown hair and short nose gave him a slightly Negroid appearance. Then, too, the almond eyes, which seemed slightly pinched at the sides, could sometimes make him look oriental. I saw much of Eugene in the 1920's, traveling with him in Amalfi, Capri, Pompeii , and Florence, where with Sachie and Osbert Sitwell we met Norman Douglas, and of whom Eugene drew a curious sketch, "more of a rendering than a likeness". He had painted a full-size portrait of me in 1923, and had made the cover designs for my long poem, Parallax, published by the Hogarth Press, and now, in 1930, he was about to have his first exhibition at the Galerie Leonce Rosenberg…

These were the Hours: memories of my Hours Press, Réanville and Paris, 1928-1931 / Nancy Cunard, Southern Illinois University Press, 1969

Not Everybody's Lucky Enough to Spend Christmas time with a Communist Dwarf

2011-12-23

Have Yourself A Merry Little Christmas


Judy Garland, Have Yourself A Merry Little Christmas, Meet Me in St. Louis, 1944

Have yourself a merry little Christmas
Let your heart be light
Next year all our troubles will be
out of sight
Have yourself a merry little Christmas
Make the yule-tide gay
Next year all our troubles will be
miles away
Once again as in olden days
Happy golden days of yore
Faithful friends who are dear to us
Will be near to us once more
Someday soon, we all will be together
If the Fates allow
Until then, we'll have to muddle through somehow
So have yourself a merry little Christmas now

I'll Be Home for Christmas

2011-12-22

The Rake's progress


Miah Persson (Anne Trulove)
"The Rake's Progress" by Igor Stravinsky
The Glyndebourne Chorus, London Philharmonic Orchestra, Vladimir Jurowski (conductor), John Cox (director), David Hockney (designs)
Réalisé par François Roussillon
Enregistré à Glyndebourne en 2010

My Hockney Pool


LB, My Hockney Pool, after Hockney, etching, 2011

800.000 euros par mois

"Beckham au PSG pour 800.000 euros par mois: des personnalités politiques choquées

Frédéric Lefebvre, secrétaire d'Etat à la consommation, sur France Inter: "Dans le monde du football, il y a des salaires mirobolants. En même temps il y a des carrières très courtes"."

http://www.20minutes.fr/politique/846416-beckham-psg-800000-euros-mois-personnalites-politiques-choquees

2011-12-21

Moon


Bite, afterbite.tumblr.com

Etrennes

Machine à vapeur pour la correction célérifère des petites filles et des petits garçons

Verges et fouets
Employées dans l’établissement :
Verge au naturel
Verge au vinaigre
Verge à la moutarde
Verge d’épines
Fouet ordinaire
Fouet à petits nœuds
Fouet à nœuds épinglés
Nerf de bœuf

Coté des garçons - Coté des filles

Cette machine est chauffée a peu de frais avec
les Joujoux retirés aux méchans Enfans

Les Pères et Mères, Oncles, Tantes, Tuteurs, Tutrices, Maitres et Maitresses de Pension ; et généralement toutes les personnes qui auraient des Enfans paresseux, goumans, indociles, mutins, insolens, querelleurs, rapporteurs, bavards, irreligieux, ou ayant quelque autre défaut. Sont prévenues. Que Mr Croquemitaine et Mme Briquabrac viennent d'établir dans chaque chef-lieux de mairie de la ville de Paris une machine semblable a celle représentée sur cette gravure et qu'on reçoit tous les jours dans leurs établissemens, depuis midi jusqu'à 2 heures, tous les méchans Enfans qui ont besoin d'être corrigés.
MM Loupgarrou, le charbonnier Rotomago, Mange sans faim, et Mesdames Penthere furieuse, Ganache sans pitié, et Bois sans soif, amis et parents de Mr Croquemitaine et de Mme Briquabrac, établiront sous peu de semblables Machines pour être envoyées dans les villes de provinces, et s'y rendront eux mêmes incessamment pour en diriger l'exécution. Le bon marché de la correction donnée par la Machine à vapeur et les surprenans effets qu'elle produit engageront les parents a sans servir aussi souvent que la mauvaise conduite de leurs enfans pourra le nécessiter. On prend aussi en pension les enfans incorrigibles, ils sont nourris au Pain et à l'Eau.

A Paris, chez l'auteur, quai d'Anjou N° 29. Ile S.t Louis, chez Martinet, rue du Coq et chez Gautier quai des Augustins N° 37 [ca 1820]

Gallica.bnf.fr - BnF, Département des Estampes, Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l'Histoire de France
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84143382

2011-12-18

Case 29


Case 29
Dr. N: Has the time arrived for you to be reborn into your next life?
S: Yes, it has.
Dr. N: What is uppermost in your mind about returning to Earth?
S: The opportunity to live in the twentieth century. It's an exciting time of many changes.
Dr. N: And have you seen this life, or at least parts of it, in advance?
S: Yes ... I've been through that ... (subject seems distracted)
Dr. N: Is there something else you want to talk to me about concerning your next incarnation?
S: I am having a last talk with Pomar (subject's guide) on all the alternatives to my project (life).
Dr. N: Might this be considered a final exit interview with Pomar?
S: Yes, I suppose it would.
Dr. N: Would it help you to talk to me about the contingency plans you have for the next life?
S: (voice is dry and rather thin) I ... think I have them straight ...
Dr. N: How did your recognition class go? I assume that phase of your preparation is complete?
S: (still distracted) Uh-huh ... I've met with the rest (of the participants) for my project.
Dr. N: Are the recognition signs clear in your mind for meeting the right souls at the right time?
S: (nervous laugh) Ah ... the signals ... my compacts with people ... yes, that's all done.
Dr. N: Without analyzing or censoring your impressions in any way, tell me what you are feeling at this moment.
S: I'm ... just ... gathering myself for ... the big jump into a new life ... there is apprehension ... but I am excited, too ...
Dr. N: Are you a little scared and perhaps wondering if you should go to Earth at all?
S: (pause and then more cheerfully) A little ... concern ... for what lies ahead of me ... leaving my home here ... but happy, too, at the opportunity.
Dr. N: So you have mixed emotions about leaving the spirit world?
S: Most of us do, as our time draws near. I have second thoughts before some lives ... but Pomar knows when I am lagging behind my schedule - you can't hide anything here, you know.
Dr. N: Okay, let's assume it's a go situation for your next life. On the count of three, your decision to return at an appointed time is firm and you are in the final stage to leave the spirit world. One, two, three! Describe to me what happens to you now.
S: I say goodbye to everyone. This can be ... difficult. (tosses her head back with resolution) Anyway, they all wish me well and I move away from them ... drifting alone. There is no great rush ... Pomar allows me to collect my thoughts. When I am quite ready he comes to escort me ... to offer encouragement ... reassurance ... and he knows when I am prepared to go.
Dr. N: I sense that you are now more upbeat about the prospect of rebirth.
S: Yes, it's a period of inspiration and expectations ... a new body ... the course ahead ...
I now prepare this subject to leave the spirit world for the last time before her current life. I am as careful here as when I brought her into the spirit world for the first time following normal age-regression. Starting with a reinforcement of the protective energy shield already placed around this subject, I apply additional conditioning techniques to keep her soul in proper balance with the mind of the child she is joining on Earth.
Dr. N: All right, you and Pomar are together for your exit from the spirit world. I want you to go deep inside yourself and explain to me what you do next as if it were happening in slow motion. Go!
S: (pause) We ... begin to move ... at a greater speed. Then I am aware of Pomar ... detaching from me ... and I am alone.
Dr. N: What do you see and feel?
S: Oh, I ...
Dr. N: Stay with it! You are alone and moving faster. Then what?
S: (in a faint voice) ... Away ... slanting away ... through pillows of whiteness ... moving away ...
Dr. N: Stay with it! Keep going and report back to me.
S: Oh, I'm ... passing through ... folds of silky cloth ... smooth ... I'm on a band ... a pathway ... faster and faster ...
Dr. N: Keep going! Don't stop talking to me.
S: Everything is blurred ... I'm sliding down ... down into a long, dark tube ... a hollow feeling ... darkness ... then ... warmth!
Dr. N: Where are you now?
S: (pause) I'm aware of being inside my mother.
Dr. N: Who are you?
S: (chuckles) I'm in a baby - I'm a baby.
Dr. N: Well, I'm glad you arrive safe and sound in your new body. Tell me, how old is the baby?
S: Five months have passed (since conception).
Dr. N: Is this your usual arrival time as far as the maturation of a child?
S: In my lives ... I have arrived at different times ... depending on the baby, the mother, and my life-to-be.
Dr. N: As a soul, are you in distress if the baby is aborted from the mother's womb for any reason before full term?
S: We know if a baby is going to full term or not. Not being born comes as no surprise to us. We may be around to just comfort the child.
Dr. N: Well, if the child does not go to term, is your life assignment as a soul aborted as well?
S: No, there never was a full life assignment as far as that child was concerned.
Dr. N: Might some babies who are aborted never have souls?
S: That depends on how far along they are. The ones who die very early often don't need us.
Note: This issue was as hotly debated in the past as it is today. During the thirteenth century, the Christian church found it necessary to establish guidelines for the existence of souls with regard to an aborted fetus. St. Thomas Aquinas and other medieval theologians arbitrarily decided ensoulment took place forty days after conception.
Dr. N: Assuming a baby is going to full term, do you know about the convergence habits of other souls with these children?
S: (offhandedly) Oh, some float around more than others, going in and out of the baby until birth because they get bored.
Dr. N: What do you usually do?
S: I'm average, I guess. Actually, I don't spend a long time at any one stretch with babies because it can get pretty dull.
Dr. N: All right, let's take this current situation inside your mother and allow some time to pass. What do you do when you are not with the unborn baby?
S: (laughs with delight) You want the truth? I'll tell you. Me - I play! It's a fine time to leave and purely goof off ... when the baby is less active. I have fun with my friends who are doing the same thing. We bounce around Earth to visit with each other ... and go to interesting places ... where we have once lived together in former lives.
Dr. N: Don't you and these other souls feel leaving the unborn baby for long periods is shirking the responsibilities of your assignment on Earth?
S: (defensively) Oh, lighten up! Who said anything about long periods? I don't do that! Anyway, our tough exercises haven't begun yet.
Dr. N: When you leave the baby for a while, what astral plane are you on in relation to Earth?
S: We are still on the Earth plane ... and we try not to get too distracted, either. A lot of our fooling around is in the neighborhood of the baby. I don't want you to get the idea there is nothing for us to do with unborn babies.
Dr. N: Oh ...?
S: (continues) I'm busy with this new mind, even though it's not fully ready.
Dr. N: Why don't we talk more about that? When your soul enters a baby to remain with this new body for a lifetime, give me the scope of this undertaking.
S: (takes a deep sigh) Once I attach to a child it is necessary to bring my mind into synchronization with the brain. We have to get used to each other as partners.
Dr. N: This is what other people tell me, but do you and the baby have an affinity for each other right away?
S: Well ... I am in the mind of the child but separate, too. I go slowly at first.
Dr. N: Okay, why don't you explain what you do with the mind of the baby.
S: It's delicate and can't be hurried. I start with a gentle probe ... defining connections ... gaps ... every mind is different.
Dr. N: Is there any conflict within the child against you?
S: (softly) Ah ... there is a slight resistance in the beginning ... not full acceptance while I trace the passages ... that's usual ... until there is familiarization (stops for a moment and laughs quietly). I keep bumping into myself!
Dr. N: As you integrate with the baby, when does it become receptive to the force of your identity as a soul?
S: I'm disturbed by your word "force." We never force ourselves when entering an unborn baby. My tracing is done carefully.
Dr. N: Did it take you many lives to learn to trace a human brain?
S: Uh ... a while ... new souls are assisted with their tracing.
Dr. N: Since you represent pure energy, are you tracing electrical brain connections such as neurotransmitters, nerve cells, and the like?
S: (pause) Well, something like that ... I disrupt nothing, though ... while I learn the brain wave patterns of the baby.
Dr. N: Are you referring to the thought-regulation circuitry of the mind?
S: How this person translates signals. Its capacity. No two children are the same.
Dr. N: Be completely frank with me. Isn't your soul taking over this mind and subjugating it to your will?
S: You don't understand. It's a melding. There is an ... emptiness before my arrival which I fill to make the baby whole.
Dr. N: Do you bring intellect?
S: We expand what is there.
Dr. N: Could you be more specific about what your soul actually provides the human body?
S: We bring a ... comprehension of things ... a recognition of the truth of what the brain sees.
Dr. N: Are you sure this child doesn't think of you at first as an alien entity in her mind?
S: No, that's why we unify with undeveloped minds. She recognizes me as a friend ... a twin ... who is going to be part of her. It's as if the baby was waiting for me to come.
Dr. N: Do you think a higher power prepares the baby for you?
S: I don't know, it would seem so.
Dr. N: Is your work at unification completed before birth?
S: Not really, but at birth we have started to complement each other.
Dr. N: So, the unification process does take some time?
S: Sure, while we adjust to each other. And, like I told you, I leave the unborn baby at intervals.
Dr. N: But what about those souls who join babies at the last minute before birth?
S: Humph! That's their style, not mine. They have to start their work in the crib.
Dr. N: How far along in age is the body by the time your soul stops leaving the child altogether?
S: At about five or six years of age. Usually we get fully operational when the child starts school. Children under this age can be left to their own devices a lot.
Dr. N: Don't you have a duty to always be with your body?
S: If things get bad in a physical way - then I'm back inside like a shot.
Dr. N: How would you know this if you were off fooling around with other souls?
S: Every brain has a wave pattern - it's like a fingerprint. We know immediately if the baby assigned to us is in trouble.
Dr. N: So, you are watching the baby assigned to you all the time - both inside and out - during the early stages of growth?
S: (with pride) Oh yes, and I watch the parents. They might be having squabbles around the baby which sets up disturbing vibrations.
Dr. N: If this happens to the child, what do you do as its soul?
S: Quiet the child as best I can. Reach out to the parents through the baby to calm them.
Dr. N: Give me an example of how you can reach out to your parents?
S: Oh, make the baby laugh in front of them by poking my parents' faces with both hands. This sort of thing further endears babies to parents.
Dr. N: As a soul, you can control motor movements of the baby?
S: I'm ... me. I can push a little on that part of the brain which controls movements. I can tickle the kid's funny bone sometimes, too ... I'll do whatever it takes to bring harmony to my assigned family.
Dr. N: Tell me what it is like being inside a mother's womb.
S: I like the warm comfortable feeling of love. Most of the time there is love ... sometimes there is stress. Anyway, I use this time to think and plan what I am going to do after birth. I think about my past lives and missed opportunities with other bodies and this gives me incentive.
Dr. N: And you haven't yet had the memories of all your past lives and your life in the spirit world blocked out by amnesia?
S: That starts after birth.
Dr. N: When the baby is born, does it have any conscious thoughts of who its soul is and the reasons for the attachment?
S: (pause) The child mind is so undeveloped it does not reason out this information. It does have parts of this knowledge as a means of comfort, which then fades. By the time I speak, this information is locked deep inside me and that's the way it's supposed to be.
Dr. N: So, will you have fleeting thoughts of other lives as a child?
S: Yes ... we daydream ... the way we play as children ... creating stories ... having imaginary friends who are real ... but it fades. In the first few years of life babies know more than they are given credit for.
Dr. N: All right, now it is the time right before your birth in this life. Tell me what you are doing.
S: I'm listening to music.
Dr. N: What music?
S: I'm listening to my father play records - very relaxing for him - it helps him to think - I'm a bit anxious for him.
Dr. N: Why?
S: (giggles) He thinks he wants a boy, but I'll change his mind in a hurry!
Dr. N: So, this is a productive time for you?
S: (with determination) Yes, I'm busy planning for the approaching time when I will enter the world as a human and take that first breath. This is my last chance for quiet contemplation of the next life. When I come out - I'll be running.

Un autre corps pour mon âme : Souvenirs de voyage dans l'au-delà (Journey of souls), Michael Newton, Editions de l'Homme, 1997

Το Ταξίδι των Ψυχών, Michael Newton
http://www.to-en.gr/Newton/cover.htm
http://www.to-en.gr/Newton/cover_en.htm

τό ἕν

He, who is not capable of losing, is not capable of having.

τό ἕν, To En, The One
www.to-en.gr

The dead are so terribly dead when they're dead

"The dead are so terribly dead when they're dead."
- Larry Darrell, The Razor's Edge

MEDEA
Once upon a time, in the not too distant future, there unlived a zombie named Otto. It was a time, not much different from today, when zombies had become, if not commonplace, then certainly unextraordinary. Zombies had evolved over time and become somewhat more refined. They had developed a limited ability to speak, and more importantly, to reason. Some say it was primarily owing to the fact that the practice of embalming had fallen out of favour. Others say it was simply a natural process of evolution. Each new wave of zombies was beaten down and killed by the living, who found them to be an irritating and irksome reminder of their own inescapable mortality, not to mention an echo of their own somnambulistic, conformist behaviour. But the few zombies who survived annihilation managed to pass on the intelligence they had acquired to subsequent generations, perhaps through some strange telepathy only shared by the dead or perhaps by a kind of clandestine guerrilla activity born out of resistance against the violent and unceasing hostilities of the living.

Otto, or Up with Dead People, Bruce LaBruce, 2008
http://www.ottothezombie.de/

Transhumanisme







Qu’est-ce que la singularité ?
La technologie est de plus en plus rapide. Il a fallu quatre siècles à la presse écrite pour atteindre les masses. Le téléphone lui n’a eu besoin que de cinquante ans pour s’imposer auprès d’un quart des populations américaines et européennes. Les téléphones portables ont atteint le même taux de pénétration en sept ans. Les réseaux sociaux, Wikipedia, les blogs, se sont imposés auprès des masses en trois ans seulement. Tout s’accélère. Et c’est dû au fait que la croissance des technologies de l’information est exponentielle. En d’autres termes, leurs performances sont multitpliées par deux à chaque cycle de vie. Donc dans moins d’un an, la puissance des technologies aura encore doublé et ce phénomène est prévisible. Il touche toutes les technologies de l’information. L’intuition des gens vis à vis de l’avenir est linéaire et non pas exponentielle. Nous pensons que les choses vont continuer d’évoluer au même rythme. Dans une évolution linéaire, après un, il y deux, puis trois, et au bout d’un moment on arrive à trente. C’est comme ça que nous imaginons l’avenir. Mais en réalité ces technologies se développent à l’image de la puissance de calcul des ordinateurs ou comme la faculté de compréhension de notre cerveau, c’est à dire qu’elles multiplient par deux leurs performances en moins d’un an. Si je compte de manière exponentielle : deux, quatre, huit, seize, etc., au bout de trente fois je n’en serai pas à trente mais à un milliard, ce qui est une différence énorme, et ce ne sont pas des hypothèses loufoques sur l’avenir. Pour chaque dollar de son prix, l’ordinateur de poche que j’ai aujourd’hui est un milliard de fois plus performant que l’ordinateur que j’utilisais il y a trente ans. Et dans vingt cinq ans, ce sera la même chose. Les terminaux seront un milliard de fois plus performants qu’aujourd’hui. Et puis la technologie se miniaturise. L’ordinateur que j’avais lorsque j’étais étudiant remplissait la moitié d’un bâtiment, et aujourd’hui il est dans ma poche. Dans vingt cinq ans les ordinateurs auront la taille d’une cellule sanguine. Si on se projette un peu plus loin dans l’avenir, nous aurons des ordinateurs humanisés dans vingt ans, c’est à dire autour de 2029. C’est ça l’objectif. Et les ordinateurs auront l’intelligence humaine, les émotions, l’humour, la capacité d’aimer, et le tout associé à leur fabuleuse puissance de calcul. Rappelez-vous l’ordinateur Watson qui a battu tous les humains au légendaire quizz télévisé américain Jeopardy : il maîtrisait bien le langage naturel, avec un certain niveau de compréhension de la langue, qu’il a pu appliquer à tout ce savoir qu’il avait ingurgité ; il avait lu tout Wikipedia, ce qui lui a donné un niveau de connaissances supérieur à n’importe quel humain, et c’est pour ça qu’il a battu tous les humains à ce quizz basé sur la langue. Un jour tous les ordinateurs seront au niveau de l’homme, ils pourront tout lire sur le web, retenir des milliards de pages d’informations, ils continueront d’évoluer de façon exponentielle, et nous fusionnerons avec cette technologie qui fera partie de nous. Mon ordinateur de poche fait déjà partie de moi, il est une extension de ma personne, il est ma mémoire personnelle et mon accès à tout le savoir humain. Et c’est pour ça que les ordinateurs finiront par faire partie de nous au sens propre du terme. Il y a des gens qui portent déjà des ordinateurs en eux comme les patients atteints de la maladie de Parkinson ou les mal-entendants. Et cette intégration se généralisera pour la simple raison qu’un jour les calculateurs miniaturisés seront de la taille d’une cellule sanguine et qu’ils pourront prendre place dans nos corps. Peut-être même qu’ils nous préserveront en bonne santé depuis les tréfonds de nos cerveaux. Ils nous rendront plus intelligents, mettront nos cerveaux sur internet, iront dans des environnements virtuels qui paraîtront pourtant très réels comme dans Matrix, et pourtant ces environnements seront pourtant bel et bien imaginaires, et peut-être pourrons-nous nous y rendre avec un autre corps, virtuel lui aussi. Si vous poursuivez mon raisonnement jusqu’en 2045, nous aurons multiplié notre intelligence par un milliard en fusionnant avec les calculateurs de l’intelligence artificielle créée par l’homme. C’est un tel bouleversement dans l’histoire de l’humanité que pour le décrire nous avons emprunté un terme à la physique : la singularité.







G.N.R.
Nous assistons actuellement à trois grandes révolutions évoquées par les lettres GNR.
Le G signifie génie génétique, c’est à dire tout ce qui concerne nos gènes et la possibilité de reprogrammer le logiciel de notre vie. Ce n’est pas une métaphore que de dire qu’il y a des petits logiciels dans nos corps, puisque nos gènes sont en fait des séquences de données. Notre patrimoine génétique a évolué au fil des millénaires, et nos gènes fonctionnent en interaction les uns avec les autres d’une façon compliquée. Le gène dit « récepteur d’insuline » retient chaque calorie de crainte que la prochaine saison de chasse ne soit pas bonne. C’était une bonne stratégie il y a mille ans car il n’y avait pas de réfrigérateur et donc le corps stockait les calories. Alors aujourd’hui je vais dire à mes récepteurs d’insuline de ne plus faire ça parce que j’ai fait les courses pour demain. Et c’est exactement ce qui a été expérimenté sur des animaux. On leur a déconnecté ce gène car nous avons la technologue aujourd’hui pour neutraliser certains gènes. Et puis ces animaux se sont mis à beaucoup manger mais sont resté minces ce qui a prolongé leur durée de vie de vingt pour cent. Il y a donc différentes possibilités de reprogrammer notre patrimoine génétique comme on reparamètre un ordinateur. Voilà pour les biotechnologies, voilà pour le G.
Le N représente les nano-technologies, qui vont plus loin que la biologie dans la reprogrammation. A l’image de ces robots microscopiques de la taille d’une cellule sanguine appelés nano-robots, qui peuvent aller veiller à notre santé depuis l’intérieur de nos corps ou de nos cerveaux. Là on va plus loin que le perfectionnement de la biologie. C’est la révolution nano-technologique. Un jour nous pourrons créer tous les objets physiques que nous souhaiterons à l’aide de nano-usines de bureau. Je pourrai utiliser un fichier produit que j’imprimerai, ce qui d’ailleurs se fait déjà aujourd’hui. Récemment on a pu voir sur la page de garde de « The Economist » un violon tridimensionnel sorti d’une imprimante 3D et qui apparemment fonctionne très bien. Ca c’est le présent. Dans le futur nous pourrons imprimer tout ce que nous souhaiterons à partir d’un fichier produit. Et je pourrai alors vous faire passer par courriel un chemisier, un matériau de construction pour votre maison, un composant de panneau solaire, un toaster ou le toast grillé. C’est ça les nano-technologies.
Et puis le R qui veut dire robot au sens de l’intelligence artificielle. Capturer et reproduire le phénomène le plus puissant qui soit c’est à dire notre intelligence, voilà le but. Il y a un projet de recherche en cours visant à comprendre comment fonctionne notre cerveau qui évolue de façon exponentielle. Chaque année nous multiplions par deux les informations dont nous disposons sur le cerveau humain, chaque nouvelle année nous multiplions par deux la précision avec laquelle nous pouvons disséquer scientifiquement notre cerveau. Les prévisions qui nous annoncent des modèles et des simulations du cerveau dans vingt ans sont très prudentes. J’ai participé à un débat récemment avec le responsable du projet Blue Brain qui vise une modélisation complète du cerveau, et c’était moi le moins optimiste : il disait qu’il compte sur une simulation complète en 2018, alors que moi je pense que nous comprendrons notre cerveau en 2020. Le but n’est pas de recopier bêtement le modèle du cerveau humain mais de comprendre comment il fonctionne, afin de créer des systèmes qui marcheront mieux, c’est à dire qui ne seront pas soumis aux limites arbitraires de notre patrimoine génétique. Et ensuite nous fusionnerons avec cette technologie. Nous nous enrichirons de ces révolutions pour nous améliorer. Nous ferons un meilleur usage de notre biologie, que nous associerons aux nano-technologies afin de rester en meilleure santé. Nous mettrons de l’intelligence artificielle dans nos têtes pour être plus futés, et developperons ainsi ce que nous sommes. C’est pour cela que nous mettons au point des outils. Depuis toujours d’ailleurs depuis que le premier homme a pris un bâton pour atteindre la branche de l’arbre fruitier, pour aller plus loin. Et lorsque nous fusionnerons physiquement avec ces outils modernes d’ici 2045, nous serons un milliard de fois plus intelligents. C’est ce qu’on appelle la singularité.







Body 2.0
L’idée de Body 2.0 c’est de perfectionner le corps humain. La nature est merveilleuse, le corps humain est une machine très complexe et très intelligente, et nous ne pouvons qu’admirer l’œuvre de la nature. En fait, il y a mille ans, l’espèce humaine n’avait pas intérêt à ce que le corps humain vive si longtemps, parce que la nourriture était rare, donc c’était une bonne chose que les gens meurent avant la trentaine, l’espérance de vie était alors de 23 ans, elle atteignait 37 ans en 1800. Au fond, de nombreux problèmes se posent : l’évolution biologique n’a pas choisi que l’être humain survive aux crises cardiaques et aux cancers, parce qu’il était préférable que les gens meurent tôt, plutôt que de consommer les ressources alimentaires du groupe il y a mille ans. Les gens ne vivaient pas assez longtemps pour avoir une crise cardiaque ou un cancer. Donc le corps humain est chargé de problèmes que nous pouvons comprendre et corriger. Il n’existe pas un seul organe du corps humain que l’on n’essaie pas d’améliorer : on peut revoir sa conception pour le rendre plus puissant, performant, endurant, sain, certains se font installer des pompes pour renforcer ou remplacer leur cœur, on développe des poumons et des reins artificiels, il existe un pancréas artificiel… Chaque organe est étudié pour pouvoir être remplacé, y compris des parties du cerveau : si vous perdez une partie de votre cerveau à cause de la maladie de Parkinson, on peut vous implanter un petit ordinateur, pas de la taille d’une cellule, mais déjà de la taille d’un petit pois, et une fois connecté à votre cerveau, il remplacera les fonctionnalités défaillantes. On peut dès à présent télécharger de nouveaux logiciels vers cet ordinateur interne, depuis l’extérieur du corps du patient. Ca c’est déjà aujourd’hui. Alors à terme nous allons renforcer ou remplacer nos organes et des parties de notre cerveau par des systèmes plus performants, plus intelligents, plus durables. Et cette idée ne date pas d’hier, c’est déjà une réalité. Je vous le disais, il y a mille ans, l’espérance de vie était de 20 ans. Nous sommes l’espèce animale capable de nous modifier nous-mêmes. Alors parfois les gens se disent qu’ils ne seront plus humains si l’on commence à placer des machines dans leur corps. Mais c’est justement ce qui fait de nous des humains, nous sommes la seule espèce capable de se faire évoluer, et sans cela nous ne serions pas humains. Je pense que cette évolution va s’accélérer et que cela va se faire très vite.







Body 3.0
Avec Body 3.0, l’idée est de remplacer notre corps rapidement et facilement. Après cinquante ans d’évolution supplémentaire, nous allons trouver vraiment étrange de n’avoir qu’un seul corps biologique, soumis à la maladie et au vieillissement. Et nous allons trouver cela vraiment très primitif. Nous pourrons alors changer ce que nous sommes et passer dans un environnement de réalité virtuelle. Cela ne ressemblera pas à un décor de dessin animé comme les jeux d’aujourd’hui. Cet environnement sera hyperréaliste comme dans le film Matrix. Nous serons capables de changer de personne instantanément. Dans un couple, les partenaires pourront choisir de devenir l’un l’autre, pour vivre leur relation du point de vue de l’autre. Un étudiant pourra incarner un personnage historique, pas seulement dans une pièce de théâtre mais dans un véritable environnement historique virtuel. Les possibilités sont multiples. Nous ne serons pas restreints à une seule réalité.







Futurologue précoce
Mes parents se sont rencontrés à Vienne, où ils vivaient tous les deux. Mon père était un musicien brillant et ma mère une artiste de grand talent. Ils ont fui le nazisme pendant l’été de 1938. Mon père venait d’obtenir son doctorat de musique à l’université de Vienne, il était temps. Mon père avait appris la musique à ma mère, mais ils n’étaient pas encore amoureux à Vienne. Et puis ils se sont retrouvés par la suite, à New York. Et après s’être vus six fois, ils ont décidé de se marier. Mon père est devenu un musicien très apprécié aux Etats-Unis. Ma mère qui vit encore est une artiste pleine de talent. Et moi je suis né en 1948. J’ai décidé très tôt que je serais inventeur. Lorsque j’avais cinq ans en réalité. Mes parents m’offraient des jeux avec plein de pièces à assembler, pour créer des inventions. Et je pensais qu’en sachant comment assembler ces morceaux, je pourrais créer des effets transcendants. Je n’employais pas ces mots-là à l’époque, je n’avais pas ce vocabulaire, mais le sentiment lui existait déjà, je m’en souviens très bien. Je me rappelle tous les gamins qui se demandaient ce qu’ils seraient plus tard, tandis que j’affirmais déjà avec vanité : moi je sais ce que je veux faire quand je serai grand. Et j’ai ensuite compris assez vite, il y a trente ans, autour de 1980, j’avais donc 32 ans, que la clé de la réussite c’était le timing, le choix du bon moment. J’ai donc commencé à étudier les technologies et la manière dont elles évoluent, et j’ai constaté une chose très surprenante - parce qu’on n’admet généralement que nul ne peut prédire l’avenir, qu’il nous est inconnu, et on peut citer une kyrielle d’anecdotes à propos de prédictions fausses, tel futurologue ayant annoncé des prévisions qui ne se sont pas du tout vérifiées - j’ai fait une découverte surprenante : quand on mesure les capacités des technologies de l’information, comme la puissance des ordinateurs, par unités monétaires, exprimées en bit par dollar, ou le nombre d’octets que nous déplaçons à travers les réseaux sans fil, ou le nombre de paires de bases d’ADN que nous séquençons, je pourrais multiplier les exemples à l’infini, toutes ces données progressent selon des courbes exponentielles très lisses. Elles ont un temps de doublement qui peut être de douze, treize ou onze mois, disons qu’elles doublent à peu près tous les ans. C’est très prévisible. Certains disent que ce rythme se ralentit en période de guerre, mais non. D’autres pensent qu’au contraire que la guerre accroît encore ce rythme parce que la guerre est à l’origine de tant d’inventions, mais ce n‘est pas vrai non plus. En réalité, le rythme reste inchangé, la courbe reste lisse bon an mal an, qu’on soit en guerre, en paix, en récession, en expansion économique. Rien n’a eu le moindre effet sur ce phénomène. Et dans le cas de l’informatique, c’est une progression continue depuis le recensement américain de 1890. Et donc, en partant de ce constat, j’ai commencé à faire des projections à partir de 1980, et ça colle parfaitement. Donc là je n’en suis plus à remonter dans l’histoire et à vérifier ma théorie sur les chiffres du passé, je m’en sers maintenant pour me projeter dans l’avenir. Pour moi c’est un véritable outil de planification. Cela m’aide à identifier le meilleur moment pour présenter mes inventions. Parce que, quand vous regardez les inventeurs qui ont réussi, vous vous apercevez qu’ils n’ont pas seulement eu une bonne idée, et qu’ils n’ont pas seulement réussi à la mettre en œuvre, mais vous constatez qu’ils l’ont fait au bon moment. Prenez Larry Page et Sergey Brin, ils ont conçu leur moteur de recherche au moment idéal. S’ils s’étaient lancés cinq ans plus tôt ou cinq ans plus tard, personne ne saurait qui ils sont. Donc je me sers de cela pour planifier mes inventions, cela s’est avéré très utile, et je dispose désormais d’un outil qui me permet de faire des prévisions sur dix, vingt ou trente ans, et les résultats son saisissants, parce qu’intuitivement nous envisageons le progrès de façon linéaire et pas exponentielle, ce qui fait une différence énorme. Trente pas linaires, cela fait trente pas. Mais trente pas exponentiels, ça vous amène à un milliards de pas sur la même échelle. Au début des années 80, j’imaginais que vers la fin des années 90, les réseaux mondiaux de communication relieraient des centaines de millions de personnes. En parler à ce moment-là et je passais pour un fou. Mais c’est exactement ce qui s’est passé ensuite.







De l’immortalité
La disparition de mon père a été bouleversante à bien des égards. Elle m’a confronté à la mort de façon personnelle. Bien sûr nous savons dès notre jeune âge que la mort existe. Mais il faut avoir été touché personnellement pour comprendre le profond miracle par inversion de ce phénomène. Les gens sont là autour de vous, ils font partie de votre vie, et puis soudainement ils disparaissent. C’est le même miracle qu’une naissance, mais à l’envers. La naissance amène un être humain qui n’était pas là précédemment. Alors que la tragédie et le côté insupportable de la mort, c’est qu’elle vous prive de quelqu’un, de son vécu, de ses capacités, de son amour, bref de toutes les choses importantes de la vie. Confrontée à la mort depuis des siècles et des millénaires, l’humanité a réagi en créant des philosophies dans le but de donner un aspect rationnel à un événement traumatisant. Cet événement tragique qui obéit à la logique de la vie nous dit-on. Et même si l’humain essayait de rationaliser la mort, le phénomène en lui-même reste terrible car inéluctable. Tout finit par disparaître, ça fait partie de l’ordre des choses. Regardez les animaux ou les fruits sur les arbres, qui poussent, mûrissent, puis tombent. C’est comme ça. Mais nous, nous sommes une espèce qui transcende l’ordre naturel des choses. Nous dépassons les limites du règlement intérieur de la nature. Nous ne sommes pas restés sous terre ou sur la planète, nous ne nous sommes même pas cantonnés dans nos limites biologiques naturelles, nous avons fait ce qu’aucun animal ne fait. Et c’est en cela que l’humain est unique, parce qu’il transcende, surmonte les problèmes. Nous ne sommes pas des fruits pendus à un arbre. Et un jour nous serons capables de dépasser la mort en la repoussant indéfiniment. Il n’y a jamais de certitude absolue mais on peut imaginer aujourd’hui une stratégie qui nous permette de vivre suffisamment longtemps, jusqu’à ce que les biotechnologies et la révolution génétique nous emmènent vers la révolution nano-technologique et au-delà dans l’avenir. C’est ce qu’on appelle une transition vers une transition qui conduit à une transition. C’est ça mon plan. Je me trouve en phase de transition 1 et jusque là tout va bien. J’y travaille et je ne m’en sors pas mal puisque je suis non seulement en vie, mais aussi plutôt en bonne santé. Dans quinze ans il y aura une deuxième transition qui m’emmènera vers la troisième phase en 10 ans. On arrive à un point où l’on mémorise qui on est. Mais c’est ce que l’on fait déjà aujourd’hui après tout. Un patient souffrant de la maladie de Parkinson qui a perdu une partie de son cerveau peut la récupérer à partir d’un implant neurologique qui remplace certaines fonctions. Tout ça, ça n’est qu’un début. Mais un jour on sera capable de récupérer les informations stockées dans nos cerveaux, notre mémoire, nos capacités, tout ce qui fait notre personnalité. Ce n’est pas une métaphore de prétendre qu’il y a dans nos cerveaux des informations sauvegardées que nous allons pouvoir récupérer, même si ça n’est pas une garantie absolue. Car on pourrait arriver à créer des sauvegardes et les perdre ensuite. Mais petit à petit nous allons pouvoir dépasser les limites de la longévité humaine. Je vis dans un corps biologique dont certains gènes ne sont pas parfaits. Mon père est décédé à l’âge de 58 ans d’une maladie cardiaque. J’ai un facteur de risque cardio-vasculaire génétique. Mais je prends des compléments alimentaires et je fais attention à ce que je mange. J’ai écrit trois livres sur l’hygiène de vie et la mienne est très stricte. Ces livres sur la santé comportent des milliers de références scientifiques. J’ai donc fait ce qu’il fallait pour diminuer les risques liés à ma prédisposition pathologique. Les maladies cardio-vasculaires sont dues à l’artériosclérose, c’est à dire aux artères qui se bouchent à cause de l’athérome. Je n’ai pas d’artériosclérose. On m’a diagnostiqué un diabète de type 2. Mon père l’avait. Je l’ai surmonté. Voilà vingt-cinq ans que je n’ai plus aucune indication de diabète de type 2, et je suis en très bonne santé. Pas de problème majeur. Mon gros orteil a un peu perdu de sa mobilité mais tout va bien. Je suis plus jeune que mon âge biologique, et à moins de traverser en dehors des clous comme on dit, je devrais toujours être en forme dans quinze ans. Et lorsqu’on aura atteint cette deuxième phase, on devrait avoir des outils de reprogrammation biologique très performants, qui devraient nous permettre d’arrêter, voire d’inverser le processus de vieillissement. Il y a d’ailleurs déjà des tas de choses que l’on fait aujourd’hui, l’âge n’est pas dû à un seul facteur. J’ai identifié 12 mécanismes qui provoquent le vieillissement, et certains d’eux peuvent être inversés aujourd’hui pour nous rajeunir. Certains de ces mécanismes sont simples. L’artériosclérose qui est liée au vieillissement est réversible, c’est prouvé, ça n’est pas simple à faire, il faut un programme assez lourd, mais les nano-technologies nous y conduiront dans la simplicité. Voilà donc pour la deuxième transition qui nous emmène jusqu’à la troisième. Mais là tout de suite, nous sommes en phase 1. Et cette transition n’a rien de statique puisque nous en découvrons tous les jours, la recherche, les outils nouveaux, etc. La phase de transition 1 finira par se fondre dans la phase 2 au fur et à mesure que nous perfectionnerons nos méthodes.



































Ray Kurzweil

Tracks Spécial Transhumanisme, Reportages de France Swimberge

Post-Sapiens, les êtres technologiques / Jean-Philippe Bocquenet
http://www.scoop.it/t/post-sapiens-les-etres-technologiques

Books feed your dead




Staatsbibliothek zu Berlin
Preussischer Kulturbestiz
Bibliotheksausweis
003951316 - 16.08.2012
Otto Schwarz
Otto, or Up with Dead People, Bruce LaBruce, 2008

BruceLaBruce


Bruce LaBruce
http://www.brucelabruce.com/pictures.html

Otto, Prince of the zombies


MEDEA (CONT'D) Garbage, garbage everywhere.
Garbage as far as the eye can see. Garbage cluttering the environment and demeaning nature. Spent nuclear fuel rods containingradioactive isotopes with half-lives of a thousand years or more seeping into the earth. Plastics with irreversibly linked molecules effortlessly achieving the kind of immortality that men can only dream of.
Garbage dumps are the great mass graveyards of advanced capitalism. Did you know that on average one American consumes as much energy as 370 Ethiopians, and that Americans throw out 200,000 tons of edible food every day? That the United States produces approximately 220 million tons of garbage each year, enough to bury more than 82,000 football fields six feet deep in compacted garbage? And although I can't think of a better use for football fields, we must be aware that it's the gluttonous, mindless consumers of the developed industrial countries who are burying the third world in an avalanche of putrescence and decay.
OTTO Why did you bring me here?
MEDEA (CONT'D) Because, my dead darling, this is your kingdom! This is the earth that you and your kind will inherit. Some day all of this will be yours!
Heil Otto! Prince of the zombies! Now go up to the heap and claim your kingdom. Hurry up, we haven’t got all day!


Otto, or Up with Dead People, Bruce LaBruce, 2008

2011-12-17

Roule



Pourquoi me bousculer ?
Me faire circuler ?
Pas d’pitié pour une vagabonde
Je dormais sur un banc
C’est mon seul logement
Après tout la rue est à tout l’monde
Vous vous fâchez
C’est bon !
Je vais filer

Roule
Epave perdue dans la foule
Sans une amie sans un soutien
Fétu emporté par la houle
Roule
Chassée de tous comme une goule
Sous la risée sous le dédain
Traîne partout ta vie de chien
Roule

Un cœur compatissant
Merci ma belle enfant
Il n’y a pas qu’des méchants
Sur la terre
Chez le bistrot du coin
Je m’en vais faire le plein
Le pinard adoucit la misère
Il en faut peu
A nous
Pour être heureux

Roule
Epave perdue dans la foule
Sans feu ni lieu sans lendemain
Sans souci des jours qui s’écoulent
Roule
Comme un forçat, traîne ta boule
Mauvaise graine du destin
Venue dans la boue du chemin
Roule

Roule
Emporte mon corps, je suis saoûle
Que tes flots bercent pour toujours
Le souvenir de mon amour
Roule

Nita Jo / Nitta Jô
Orchestre P. Chagnon
Paris, Columbia, 1933

The Universe Through My Eye



Blake Estes
* Pleiades
* The Universe Through My Eye

The Universe Within


torreydesmondrogers.com

Paris brûle-t-il ?


Virtual Reality Cocoon





Media Vehicle, Iwata-Yano Laboratory at Tsukuba University

Surrogates




Surrogates (Clones), Jonathan Mostow, 2009

宇宙觀





Eye on Universe I-IV 宇宙觀 一至四
Dominic Man-Kit Lam
www.dominiclam.net

2011-12-15

Le Père Noël est aux Arts déco










Goudemalion. Jean-Paul Goude une rétrospective
du 11 novembre 2011 au 18 mars 2012
Musée des Arts Décoratifs

www.jeanpaulgoude.com
http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/accueil-292/une-486/francais/arts-decoratifs/expositions-23/actuellement/dans-la-nef/goudemalion-jean-paul-goude-une/

Santa Claus is at the Arts Deco