2011-07-31

La Mission des Dariens


Cosmos 1999 : La Mission des Dariens (Space : 1999 : Mission of the Darians (#1.9), Ray Austin, 1975

La connaissance



Village of the Damned (Le village des damnés), Wolf Rilla, 1960

2011-07-30

... que les photos ne servent à rien.


On a parfois l'impression que les photos ne servent à rien. Il faut les faire quand même.
Jane Evelyn Atwood

"Sometimes we have the impression that pictures are useless. We have to take them though."

Les garçons du Vaudeville



Somewhere



Judy Garland (Dorothy), The Wizzard of Oz, 1939
Henri Bureau, L'incendie des puits de pétrole, Abadan, Iran, 1980, Sygma

Ulysse


Agnès Varda, Ulysse, 1954

Le sang d'un poète


Jean Cocteau, Le Sang d'un poète (The Blood of a Poet), 1930, avec Enrique Rivero, Elizabeth Lee Miller, Pauline Carton, Odette Talazac

Through the Looking Glass

"Then we should go," said Will.
He felt in the air with the knifepoint. And at once he was aware of a new kind of sensation. The blade seemed to be sliding along a very smooth surface, like a mirror, and then it sank through slowly until he was able to cut. But it was resistant, like heavy cloth, and when he made an opening, he blinked with surprise and alarm: because the world he was opening into was the same in every detail as the one they were already standing in.
"What's happening?" said Lyra.
The spies were looking through, puzzled. But it was more than puzzlement they felt. Just as the air had resisted the knife, so something in this opening resisted their going through. Will had to push against something invisible and then pull Lyra after him, and the Gallivespians could hardly make any headway at all. They had to perch the dragonflies on the children's hands, and even then it was like pulling them against a pressure in the air; their filmy wings bent and twisted, and the little riders had to stroke their mounts' heads and whisper to calm their fears.


- On ferait mieux de décamper, dit Will.
Il sonda le vide avec la pointe du couteau. Immédiatement il perçut un nouveau type de sensation. La lame semblait glisser sur une surface extrêmement lisse, semblable à un miroir, puis elle s’y enfonça lentement, jusqu’à ce qu’il puisse tailler dans le vide. Mais il sentait une résistance et, quand enfin il parvint à découper une ouverture, Will ouvrit de grands yeux remplis d’étonnement et d’angoisse, car le monde dans lequel il avait ouvert une fenêtre était identique, jusque dans les moindres détails, à celui dans lequel il se trouvait à cet instant.
- Que se passe-t-il ? s’enquit Lyra.
Les deux espions regardaient par l’ouverture, perplexes. Mais ils n’éprouvaient pas que de la stupéfaction. De la même manière que l’air avait résisté à la pression du couteau, quelque chose dans cette fenêtre les empêchaient de la traverser. Will dut repousser une barrière invisible et tirer Lyra pour l’aider à passer ; quant aux Gallivespiens, ils ne parvenaient pas à avancer. Ils durent poser leurs libellules sur les mains des enfants et, malgré cela, c’était comme si elles devaient lutter contre un vent contraire ; leurs ailes fragiles ployaient et se tordaient, les deux petits cavaliers devaient leur caresser la tête et leur chuchoter des paroles rassurantes pour apaiser leur peur.

Philipp Pullman, A la croisée des mondes, III, Le miroir d’ambre, 2001
Philipp Pullman, His Dark Materials, III, The Amber Spyglass, 2000





La Marseillaise


Jessye Norman, La Marseillaise, Place de la Concorde, Paris, France, bicentenaire de la Révolution Française, 14 juillet 1989 - Création de Jean-Paul Goude

2011-07-29

Madame de Sade

Madame de Sade, a play by Yukio Mishima, directed by Žilvinas Jonušas, Long Island University Brooklyn Campus January 8, 9, 10 7PM The Glass Gallery
http://zilvinasjonusas.com/site/theater/madameDeSade/madameDeSade.html

2011-07-27

La note bleue


Marie-France Pisier (George Sand), Janusz Olejniczak (Frédéric Chopin), La note bleue, Andrzej Zulawski, 1990

Splendeur


Le prophète Muhammad en prière
Mi'râdj nâmeh (Le Livre de l'ascension du Prophète) de Mir Haydar, suivi du Mémorial des saints de Ferid ed-Din Attar
Hérât (Afghanistan), 1436.
Papier, 265 f., 34 x 22,5 cm
BnF, Manuscrits orientaux, supplément turc 190, f. 44
expositions.bnf.fr/islam/

2011-07-25

That Face


That Face, Lew Spence / Lew Spence, Alan Bergman
From the upcoming release "What Matters Most" Barbra Streisand, Columbia Records, 2011

The Travelling Companions


Augustus Leopold Egg (1816–1863), The Travelling Companions, 1862, Birmingham Museum and Art Gallery

Sad Love















Simeon Solomon (1840-1905)

The Bride, Bridegroom and Sad Love, 1865
Self-portrait, 1859
Portrait / Frederick Hollyer,1866
Portrait / David Wilkie Wynfield
Portrait / Frederick Hollyer
The Sleepers and the One Who Watcheth', 1870, study
The Sleepers and the One Who Watcheth', 1870
Rabbi carrying the law
Carrying the Scrolls of the Law, 1867
Renewal of the Vows on the Scroll of the Law, 1895
Portrait of an Italian Youth, 1869
Hermes and Aphrodite, 1895
Sappho and Erinna in a Garden at Mytilene, 1864

2011-07-24

Emily Brontë


Emily Jane Brontë, 30-07-1818, Thornton - 19-12-1848, Haworth

2011-07-23

2011-07-21

Fleuves de l'inconscience



Jean Delville (1867-1953), Les Trésors de Satan (The Treasures of Satan), 1895, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles
Inelia Benz
www.ineliabenz.com
Inelia Benz : Une nouvelle ligne temporelle pour la Terre - 10 mars 2011 - Traduction et sous-titrage : The Avalon Translation Project - http://projectavalon.net/lang/fr/inelia_benz_31011_fr.html

2011-07-16

No Coward Soul is Mine



Ola Gjeilo, "No Coward Soul Is Mine" - Emily Brontë, Mercersburg Area Community Chorus, April 9-10, 2011
www.olagjeilo.com
www.facebook.com/pages/Ola-Gjeilo/104139675237


(Poem #262)

No coward soul is mine,
No trembler in the worlds storm-troubled sphere:
I see Heavens glories shine,
And faith shines equal, arming me from fear.

O God within my breast.
Almighty, ever-present Deity!
Life -- that in me has rest,
As I -- Undying Life -- have power in Thee!

Vain are the thousand creeds
That move mens hearts: unutterably vain;
Worthless as withered weeds,
Or idlest froth amid the boundless main,

To waken doubt in one
Holding so fast by Thine infinity;
So surely anchored on
The steadfast Rock of immortality.

With wide-embracing love
Thy Spirit animates eternal years,
Pervades and broods above,
Changes, sustains, dissolves, creates, and rears.

Though earth and man were gone,
And suns and universes ceased to be,
And Thou wert left alone,
Every existence would exist in Thee.

There is not room for Death,
Nor atom that his might could render void:
Thou -- Thou art Being and Breath,
And what Thou art may never be destroyed.

***

Non, mon âme n'est pas une lâche,
Une qui tremble dans la sphère tourmentée du monde.
Je vois briller les splendeurs du Ciel
Et la Foi brillant à leur égal m’arme contre la Peur

Ô Dieu en mon sein
Toute-puissante, toujours présente Déité
Vie, qui en moi a repos
Comme en toi, Vie qui ne Meurs, j’ai pouvoir

Vaines sont les mille croyances
Qui agitent le cœur humain, indiciblement vaines,
Aussi inaptes qu’herbes fanées
Ou sur l’océan infini la plus futile écume

A semer le doute en un être
Si fort attaché à ton infinité,
Si sûrement ancré
Au roc immuable de l’Immortalité

D’un amour étreignant l’espace
Ton esprit anime les années éternelles
Il pénètre et là-haut plane
Transforme, soutient, dissout, crée et fait croître

Si Terre et lune étaient disparues
Si soleils et univers cessaient d’être
Et que toi seul demeurres
Toute Existence en toi existerait

Il n’y a point place pour la Mort
Ni d’atome qu’elle ait force d’annuler
Puisque Tu est l’Etre et le Souffle
Et que ce que tu es, rien jamais ne le peut détruire

Emily Brontë, 2 janvier 1846
French translation by Claire Malroux

Brontë

Brontë



- Come, Emily. Look how beautiful the wild roses are.
- It's called a Dog Rose.
- You like it?
- No. I like this holly.
- Holly ? But it's humble, sad and banal.
- You only see the look of things. Now, you love the wild rose because it is vibrant. But it soon loses its flowers, it fades early. Will it be beautiful in the winter ? Holly will always be green.
The wild rose is love. Love that only blooms once. I trample on it in disdain. Spit in love and vanity. Holly is friendship. And will last until our winter.

Isabelle Adjani (Emily), Isabelle Huppert (Anne), Les Sœurs Brontë, André Téchiné, 1979

Kracklite

The Belly of an Architect (Le Ventre de l'architecte), Peter Greenaway, 1987

I got feelings too



Martha Wainwright, I Know You're Married But I've Got Feelings Too,

Chasing Sheep Is Best Left To Shepherds


Michael Nyman, The Draughtsman's Contract
- Chasing Sheep Is Best Left To Shepherds, 1982

India Song

India Song, Marguerite Duras, 1975

India Song, Carlos d'Alessio

Coloniale



That was him in the back… that scarcely visible shape... that made no movement, crushed. She was leaning on the railing... like the first time on the ferry. She knew he was watching her. She was watching him, too. She couldn't see him anymore, but she still looked... towards the shape of the black car. In the end, she didn't see it anymore. The harbor had faded away... and then the land.
One night... during the crossing of the Indian Ocean... in the main room on the big deck... there had been a sudden burst... of a waltz by Chopin. There wasn't a breath of wind... and that night... the music had spread all over the black liner... Like an injunction from heaven... related to something unknown... Like an order from God... whose meaning was inscrutable.
She had wept... because she had thought of that man from Cholon, her lover, and suddenly she wasn't sure... of not having loved him... with a love she hadn't seen... because it had lost itself in the story... Like water in the sand... and that she was rediscovering it now... in this moment of music flung across the sea.
Years after the war... after the marriages, the children... the divorces, the books... he had come to Paris with his wife. He had phoned her. He was intimidated. His voice trembled... and with the trembling... it had found the accent of China again. He knew she'd begun writing books. He had also heard about the younger brother's death. He had been sad for her... and then he hadn't known what to tell her... and then he'd told her, he had told her that it was as before... that he still loved her... that he would never stop loving her... that he would love her until his death.

Jane March (la jeune fille), Tony Leung Ka-fai (le Chinois), Jeanne Moreau (la narratrice), L'Amant, Jean-Jacques Annaud, adapté du roman de Marguerite Duras, 1992

Kyoto


Kyoto, Three Sisters Inn Annex
hdri.iwalk.jp

Seventeen


Wilhelmenia Wiggins Fernandez (Cynthia Hawkins), Frédéric Andrei (Jules), Diva, Jean-Jacques Beineix, musique Vladimir Cosma, 1981

Ebben ? Ne andrò lontana...




Ebben? Ne andrò lontana,
Come va l'eco della pia campana...
Là, fra la neve bianca !
Là, fra le nubi d'or !
Laddove la speranza, la speranza,
È rimpianto, è rimpianto, è dolor !
O della madre mia casa gioconda,
La Wally ne andrà da te, da te lontana assai,
E forse a te, e forse a te non farà mai più ritorno,
Ne più la rivedrai !
Mai più... mai più ...
Ne andrò sola e lontana
Come l'eco della pia campana,
Là, tra la neve bianca !
N'andrò, n'andrò sola e lontana...
E fra le nubi d'or !
*
Eh bien, je m’en irai loin,
Aussi loin que l’écho de la pieuse cloche...
Là, à travers la neige blanche !
Là, à travers les nuages d’or !
Là où l’espoir
Est regret, est regret, est douleur !
O de de toi ma mère, maison joyeuse,
La Wally s'éloignera, très loin de toi,
Et peut-être, peut-être ne reviendra-t-elle jamais plus vers toi ,
Tu ne la reverras plus !
Jamais plus... jamais plus.
Je m’en irai seule et loin...
Aussi loin que l’écho de la pieuse cloche,
Là, à travers la neige blanche !
Je m’en irai, je m’en irai seule et loin...
Et à travers les nuages d’or !
*
Well then, I shall go far away
Like the echo of the holy church-bell.
There, amid the white snow
There, among the clouds of gold
There where hope, where hope
Is regret and sorrow!

O my mother's cheerful house,
La Wally shall go away from you,
Quite far away, and perhaps
She will never return to you,
Nor will you see her again.
Never again, never again!

I shall go far away, alone,
Like the echo of the holy church-bell.
There, amid the white snow,
I shall go far away, alone--
Among the clouds of gold!

La Wally, Alfredo Catalani, 1892
Wilhelmenia Wiggins Fernandez (Cynthia Hawkins), Frédéric Andrei (Jules), Diva, Jean-Jacques Beineix, 1981

Mon premier "Gai Pied"





Jean Le Bitoux (1948-2010)
le Harvey Milk français
Le gai tapant, de Goa et Voto, avec Jean Le Bitoux, Epicentre Films, DVD, 6 juillet 2011


Mon premier "Gai Pied"
[dimanche 23 avril 2006]
C’était une grise et humide journée de février 1983, j’avais alors dix-sept ans. Cela faisait déjà quelques mois que j’en avais l’idée, mais je n’avais pas encore franchi le pas. Adolescent timide, je ne m’imaginais pas affronter le regard du marchand de journaux, ou, pire encore, essuyer un humiliant refus de vente “c’est interdit aux mineurs”. Les kiosques à journaux des années 80 ne ressemblaient pas encore à l’annexe d’un “sex-shop”, comme souvent aujourd’hui, et ce genre de littérature était généralement bien dissimulé des regards, il fallait connaître…
L’objet de mon désir était donc le seul journal gay de l’époque (hors quelques rares et coûteux magazines érotiques du style Jean-Paul ou Off). J’en avais entendu parler sur la toute nouvelle radio homosexuelle récemment autorisée d’émettre (1er octobre 1982), Fréquence Gaie, que j’écoutais en cachette le samedi soir. Ce journal un peu mythique, militant, qui avait recueilli le dernier entretien de Jean-Paul Sartre en 1980, et encore des textes de Michel Foucault, c’était le Gai Pied.
Il était hors de question que j’aille acheter mon premier Gai Pied au kiosque du boulevard Malesherbes, en bas de chez moi, presque en face du lycée. Les journaux L’Aurore, La Croix et Minute, placés bien en évidence, étaient des indices d’hostilité patente. En plus, c’était à côté du Café des Ambassades fréquenté par nombre d’élèves et de profs. Il m’était également impossible d’aller au marchand de la rue Jouffroy qui me connaissait bien pour une bonne décennie d’achats de Pif Gadget et d’images Panini.
C’était devenu une évidence, il fallait que je change de quartier, un endroit où personne de ma connaissance ne risquait de me croiser. Pratiquement, changer de ville… Ce fut donc Rive Gauche. J’ai dû mettre plusieurs semaines à repérer le bon kiosque, pas trop achalandé, pas trop discret sur l’affichage de la presse un peu légère.
Je trouvai mon bonheur au coin de la rue Saint-Jacques et du boulevard Saint-Germain, un kiosque tenu par un asiatique, juste en face d’une agence de voyages plutôt tranquille. Et, j’avais sans doute le sentiment que je risquais moins d’être moralement jugé, voire offensé, par un asiatique. C’était l’idéal.
Dois-je dire que j’ai dû mobiliser tout mon courage, que je sentais mes jambes molles ? Une condition également importante à mes yeux était qu’il n’y ait pas d’autre client, cela aurait risqué de me paralyser de stress — “Vous avez, heu, vous avez… vous avez le Journal de Mickey ?”. J’attendis donc en guet sur le trottoir d’en face. Il fallait trouver le moment idoine, aucun piéton aux alentours du kiosque, en parfaite synchronisation avec les feux tricolores, que ma trajectoire soit parfaite, sans hésitation, minutée avec précision.
Par anticipation, mes mains étaient trempées de sueur, je respirai un grand coup, aucun chaland potentiel à l’horizon, je traversai le boulevard d’un pas assuré, négociai un virage impeccable et me présentai, sûr de moi en apparence, dans la lumière vive du kiosque. “Vous avez le Gai Pied Hebdo ?”. Et l’asiatique impassible de commencer à fourrager un temps qui me paru infini, pour enfin extraire le périodique si longuement espéré. Je me sentis me décomposer intérieurement. “C’est 9 francs”. Je tendis mes 10 francs, ramassai ma pièce de 1, soufflai un merci, me retournai tout en glissant fébrilement le magazine sous mon blouson de cuir, sur la poitrine chaude et palpitante, et filai vivement, le cœur battant la chamade et l’esprit incroyablement soulagé, le visage heureux et battu par la bruine froide.
J’avais réussi. Le défi était relevé. Je brûlai alors de feuilleter mon nouveau trésor. Dans un café ? Jamais de la vie. Je remontai la rue Monge, le premier endroit qui me parut favorable fut les arènes de Lutèce, forcément désertes par ce temps. À l’abri d’une voûte quasi bimillénaire, je sortis mon trophée, et, émerveillé, je sentais qu’une nouvelle vie s’ouvrait à moi, un nouveau monde avec ses codes, ses repères, ses adresses. J’étais désormais un adulte.
Aujourd’hui, j’ai ouvert un vieux carton depuis longtemps oublié au fond d’un placard, et j’y ai retrouvé mon premier Gai Pied. Ça m’a fait comme un pincement. Et tout ce que je viens d’écrire m’est revenu comme si c’était hier.

Laurent Gloaguen
http://embruns.net/carnet/vie-privee/mon-premier-gai-pied.html