2011-04-30

Leçon de choses


Je ne sais pas le prix des choses
Ce n’est peut-être pas plus mal
Quand on connaît le prix des roses
Il faut bien compter les pétales

Je ne sais pas le temps des choses
Ce n’est peut-être pas plus mal
Quand on connaît le temps d’une rose
On voit la mort dans ses pétales

Je n’ai pas souvenir des choses
Ce n’est peut-être pas plus mal
Quand on se rappelle une rose
Il y a plus d’épines que de pétales

Je n’ai pas pris de leçons de choses
Ce n’est peut-être pas plus mal
Quand on connaît par cœur les roses
On ne voit même plus les pétales

Megumi Satsu 薩 めぐみ, Leçon de choses, Roland Topor, 1980
www.megumisatsu.com

Si peu de temps entre vivre et mourir

Il y a si peu de temps entre vivre et mourir
Qu'il faudrait bien pourtant
S'arrêter de courir
Toi que j'ai souvent cherché
A travers d'autres regards
Et si je t'avais trouvé
Et qu'il ne soit pas trop tard
Pour le temps qui me reste à vivre
Je stopperais mon piano ivre
Pour pouvoir vivre avec toi
Sur ton île aux mimosas
Et comme deux chevaux courant dans la prairie
Et comme deux oiseaux volant vers l'infini
Et comme deux ruisseaux cherchant le même lit
Nous irions dans le temps
Droits comme des roseaux
Quand sous le poids des ans
Nous courberions le dos
Ce serait pour mieux boire
Ensemble à la même eau
Et si tu m'avais cherchée
De soir en soir de bar en bar
Imagine que tu m'aies trouvée
Et qu'il ne soit pas trop tard
Pour le temps qu'il me reste à vivre
Stopperais-tu ta vie ivre
Pour pouvoir vivre avec moi
Sur ton île aux mimosas
Nous aurions la fierté des tours de Cathédrales
Et nous serions plus près
Du ciel et des étoiles
Nous saurions le secret des aurores boréales
Il y a si peu de temps entre vivre et mourir
Qu'il faudrait bien pourtant
S'arrêter de courir
Toi que j'ai souvent cherché
A travers d'autres regards
Et si l'on s'était trouvé
Et qu'il ne soit pas trop tard
Pour le temps
Oh, le temps qu'il me reste
Je voudrais vivre avec toi
Sur ton île aux mimosas.

Barbara
L'île aux mimosas
L. Plamondon - Barbara, 1986


Pour ne plus, jamais plus, vous parler de la pluie,
Plus jamais du ciel lourd, jamais des matins gris,
Je suis sortie des brumes et je me suis enfuie,
Sous des ciels plus légers, pays de paradis,
Oh, que j'aurais voulu vous ramener, ce soir,
Des mers en furie, des musiques barbares,
Des chants heureux, des rires, qui résonnent bizarres,
Et vous feraient le bruit d'un heureux tintamarre,
Des coquillages blancs et des cailloux salés,
Qui roulent sous les vagues, mille fois ramenés,
des soleils éclatants, des soleil éclatés,
Dont le feu brûlerait d'éternels étés,
Mais j'ai tout essayé,
J'ai fait semblant de croire,
Et je reviens de loin,
Et le soleil est noir,
Mais j'ai tout essayé,
Et vous pouvez me croire,
Je reviens fatiguée,
Et c'est le désespoir,
Légère, si légère, j'allais court vêtue,
Je faisais mon affaire du premier venu,
Et c'étais le repos, l'heure de nonchalance,
A bouche que veux-tu, et j'entrais dans la danse,
J'ai appris le banjo sur des airs de guitare,
J'ai frissonné du dos, j'ai oublié Mozart,
Enfin, j'allais pouvoir enfin vous revenir,
Avec l'oeil alangui, vague de souvenirs,
Et j'étais l'ouragan et la rage de vivre,
Et j'étais le torrent et la force de vivre,
J'ai aimé, j'ai brûlé, rattrapé mon retard,
Que la vie était belle et folle mon histoire,
Mais la terre s'est ouverte,
Là-bas, quelque part,
Mais la terre s'est ouverte,
Et le soleil est noir,
Des hommes sont murés,
Tout là-bas, quelque part,
Des hommes sont murés,
Et c'est le désespoir,
J'ai conjuré le sort, j'ai recherché l'oubli,
J'ai refusé la mort, j'ai rejeté l'ennui,
Et j'ai serré les poings pour m'ordonner de croire,
Que la vie était belle, fascinant le hasard,
Qui me menait ici, ailleurs ou autre part,
Où la fleur était rouge, où le sable était blond,
Où le bruit de la mer était une chanson,
Oui, le bruit de la mer était une chanson,
Mais un enfant est mort,
Là-bas, quelque part,
Mais un enfant est mort,
Et le soleil est noir,
J'entends le glas qui sonne,
Tout l&arave;-bas, quelque part,
J'entends le glas sonner,
Et c'est le désespoir,
Je ne ramène rien, je suis écartelée,
Je vous reviens, ce soir, le coeur égratigné,
Car, de les regarder, de les entendre vivre,
Avec eux, j'ai eu mal, avec eux j'étais ivre,
Je ne ramène rien, je reviens solitaire,
Du bout de ce voyage au-delà des frontières,
Est-il un coin de terre où ne rien se déchire,
Et que faut-il donc faire, pouvez-vous me le dire,
S'il faut aller plus loin pour effacer vos larmes,
Et si je pouvais, seule, faire taire les armes,
Je jure que, demain, je reprends l'aventure,
Pour que cessent, à jamais, toutes ces déchirures,
Je veux bien essayer,
Et je veux bien y croire,
Mais je suis fatiguée,
Et le soleil est noir,
Pardon de vous le dire,
Mais je reviens, ce soir,
Le coeur égratigné,
Et c'est le désespoir,
Le coeur égratigné,
Et c'est le désespoir,
Le désespoir...

Barbara, Le soleil noir, 1968

Ce matin-là



J'étais partie ce matin, au bois,
Pour toi, mon amour, pour toi,
Cueillir les premières fraises des bois,
Pour toi, mon amour, pour toi.

Je t'avais laissé encore endormi
Au creux du petit jour.
Je t'avais laissé encore endormi
Au lit de notre amour.

J'ai pris, tu sais, le petit sentier
Que nous prenions quelquefois
Afin de mieux pouvoir nous embrasser
En allant tous les deux au bois.

Il y avait des larmes de rosée
Sur les fleurs des jardins.
Oh, que j'aime l'odeur du foin coupé
Dans le petit matin.

Seule, je me suis promenée au bois.
Tant pis pour moi, le loup n'y était pas.

Pour que tu puisses, en te réveillant,
Me trouver contre toi,
J'ai pris le raccourci à travers champs
Et bonjour, me voilà.

J'étais partie, ce matin, au bois.
Bonjour, mon amour, bonjour.
Voici les premières fraises des bois
Pour toi, mon amour, pour toi...

Barbara, Ce matin-là, 1963

Que la lumière coule à travers moi



Si tu devais partir
Oh ! Si tu devais partir
Je resterais là sans te rappeler
Je ne pourrais pas pleurer

Triste comme les blés
Quand le vent les a quittés
Comme la vague qui ne retient pas
Le voilier qui s'en va

Que pleure le vent pour moi
Ou qu'il me donne cent voix
Que la rivière pleure dans mes yeux
La fin de mon ciel bleu

Si tu dois revenir
Oh ! Si tu dois revenir
Je resterai là sans pouvoir marcher
Et comme enracinée

Tendre comme les blés
Que le vent a caressés
Comme la vague qui vient se coucher
Au ventre du voilier

Que chante le vent pour moi
Ou qu'il me donne cent voix
Que la lumière coule à travers moi
Au ciel de notre joie

Eva, Comme les blés, 1965

Où s'en vont dormir les rêves



Où s'en vont mourir les rêves
Quand un jour nouveau se lève
Quand s'éloigne du rivage
Les bateaux avec la barque
Où s'en vont-ils dans quel pays?
Où dans cette île que je ne trouve plus
Où s'en vont dormir les rêves
Auprès de celui qu'on aime
Tandis que les heures passent
On les oublie, on les efface
Où sont les jours, où sont les nuits?
Où l'on croyait vivre à en mourir
Où s'en vont mourir les rêves
Tous ceux que l'on enchaîne
Quand l'orage se déchaîne
Le soleil n'est plus jamais le même

Eva
Où s'en vont mourir les rêves
Paroles, Eva - Musique, L. Mathalon, 1970
www.evamusique.com

Les fleurs du temps qui passe



Qui peut dire où vont les fleurs
Du temps qui passe?
Qui peut dire où sont les fleurs
Du temps passé?
Quand va la saison jolie
Les jeunes filles les ont cueillies.
Qu'en saurons-nous un jour?
Quand saurons-nous? Un jour...
Qui peut dire où vont les filles
Du temps qui passe?
Qui peut dire où sont les filles
Du temps passé?
Quand va le temps des chansons
Se dont données aux garçons
Qu'en saurons-nous un jour?
Quand saurons-nous? Un jour...
Mais où vont tous les garçons
Du temps qui passe?
Mais où sont tous les garçons
Du temps passé?
Lorsque le tambour roula
Se sont faits petits soldats.
Qu'en saurons-nous un jour?
Quand saurons-nous? Un jour...
Mais où vont tous les soldats
Du temps qui passe?
Mais où sont tous les soldats
Du temps passé?
Sont tombés dans les combats
Et couchés dessous leurs croix.
Qu'en saurons-nous un jour?
Quand saurons-nous ? Un jour...
Il est fait de tant de croix,
Le temps qui passe.
Il est fait de tant de croix,
Le temps passé.
Pauvres tombes de l'oubli,
Les fleurs les ont envahies.
Qu'en saurons-nous un jour?
Quand saurons-nous? Un jour...
Qui peut dire où vont les fleurs
Du temps qui passe?
Qui peut dire où sont les fleurs
Du temps passé?
Sur les tombes du mois de mai,
Les filles en font des bouquets.
Qu'en saurons-nous un jour?
Quand saurons-nous? Jamais...

Pete Seeger & Joe Hickerson, Where Have All the Flowers Gone ?
Eva
www.evamusique.com

2011-04-29

Les Amants


Juliette Binoche, Denis Lavant, Les Amants du Pont-Neuf, Léos Carax, 1991

A number


Juliette Binoche, Denis Lavant, Mauvais sang, Léos Carax, 1986

2011-04-28

Nijinska



Bronislava Nijinska, Man Ray, 1922
Tilda Swinton, Wittgenstein, Derek Jarman, 1993

2011-04-27


Billy the Kid

Appalachian Spring





Appalachian Spring (1943), Aaron Copland, Chorégraphie de Martha Graham, 1944

Willow Song



Willow, where we met together
Willow, when our love was new.
Willow, if he once should be returning,
Pray tell him I am weeping too.
So far from each other
While the days pass in their emptiness away.
Oh my love, must it be forever,
Never once again to meet as on that day ?
And never rediscover the way of telling,
The way of knowing
All our hearts would say ?
Gone are the ways of pleasure
Gone are the friends I had of yore.
Only the recollection fatal
Of the word that was spoken
Nevermore.
Willow, where we met together.
Willow, when our love was new.
Willow, if he once should be returning,
Pray tell him I am weeping too.

Beverly Sills (Belle Silverman) (1929-2007), Willow Song, The Ballad of Baby Doe, Douglas Moore, livret de John Latouche, 1956

Ain't it a pretty night ?


Ain't it a pretty night * N'est-ce pas une belle nuit ?
The sky's so dark and velvet-like * Le ciel est si sombre comme du velours
And it's all lit up with stars * Et tout brillant d'étoiles
It's like a great big mirror * C'est comme un grand miroir
Reflectin' fire-flies over a pond * Reflétant les lucioles sur un étang
Look at all them stars, Little Bat * Regarde toutes ces étoiles, Petite Chauve-Souris
The longer y'look the more y'see * Plus tu regardes plus tu vois
The sky seems so heavy with stars * Le ciel semble si lourd d'étoiles
That it might fall right down out of heaven * Qu'il pourrait tomber tout droit du Paradis
And cover us all up in one big blanket * Et nous recouvrir d'une lourde couverture
Of velvet stitched with diamon's * De velours brodé de diamants
Ain't it a pretty night * N'est-ce pas une belle nuit ?
Just think, those stars can all peep down * Pense un peu, ces étoiles pourraient nous épier
An' see way beyond where we can * Et voir au delà de ce que nous pouvons
They can see way beyond them mountains * Elles peuvent voir au-delà de ces montagnes
To Nashville and Asheville an' Knoxville * Jusqu'à Nashville et Asheville et Knoxville
I wonder what it's like out there * Je me demande bien comment c'est là-bas
Out there beyond them mountains * Par delà ces montagnes
Where the folks talk nice, * Là où les gens parlent bien
An' the folks dress nice * Et s'habillent bien
Like y'see in the mail-order catalogs * Comme ceux que tu vois dans les catalogues de vente par correspondance
I aim to leave this valley some day * J'ai l'intention de quitter cette vallée un jour
An' find out fer myself * Et de ma faire ma propre idée
To see all the tall buildin's * De voir tous ces grands immeubles
And all the street lights * Et tous ces lamapadaires
An' to be one o' them folks myself * Et d'être une des leurs moi aussi
I wonder if I'd get lonesome fer the valley though * Je me demande si je languirai cependant de la vallée
Fer the sound of crickets * Du bruit des sauterelles
An' the smell of pine straw * Et de l'odeur des aiguilles de pin
Fer soft little rabbits an' bloomin' things * Des petits lapins tou doux et des choses en fleur
An' the mountains turnin* gold in the fall. * Et des montagnes virant à l'or à l'automne
But I could always come back * Mais je pourrai toujours revenir
If I got homesick fer the valley * Si je me languis de la vallée
So I'll leave it someday an' see fer myself * Donc je partirai un jour pour me faire mon idée
Someday I'll leave an' then I'll come back * Un jour je partirai et puis je reviendrai
When I've seen what's beyond them mountains * Quand j'aurai vu ce qu'il y a au-delà des montagnes
Ain't it a pretty night * N'est-ce pas une belle nuit ?
The sky's so heavy with stars tonight * Le ciel semble si lourd d'étoiles
That it could fall right down out of heaven * Qu'il pourrait tomber tout droit du Paradis
An' cover us up * Et nous recouvrir
An' cover us up * Et nous recouvrir
In one big blanket of velvet and diamon's * D'une grande couverture de velours et de diamants

Cynthia Clayton
Aint it a pretty night" Susannah, Carlisle Floyd, 1955

2011-04-26

2011-04-25

The Garden










2011-04-24

The Garden


Derek Jarman, The Garden, 1990

2011-04-20

Music


Holly Hunter, Anna Paquin, The piano, Jane Campion, 1993

Week end


Un avion - A plane
Solitaire - Lonely
Fait le tour de la terre - Goes around the earth
Un rayon laser - A laser beam
Balaie le ciel gris - Scans the sky gray
De ses zigzags verts - With its green zigzags
Un juke-box - A jukebox
D'une autre ère - From another era
Joue toujours le même air - Always plays the same tune
Les buildings de verre - The glass buildings
Jouent comme des miroirs - Play like mirrors
Avec la lumière - With light
Tout le monde est parti - Everyone is gone
En week end sur la lune - For a weekend on the moon
Moi j'aime les dimanches après-midi - I like Sunday afternoon
Quand je marche seule - When I walk alone
Seule dans la ville - Alone in the City
Immobile - Motionless
Un camion - A truck
Solitaire - Lonely
Fait le plein de super - Is filling up with premium
Un poster de folon - A poster of Folon
Me donne des visions - Gives me visions
D'un monde imaginaire - Of an imaginary world
Une station Balnéaire - A seaside resort
Au milieu du désert - In the middle of the desert
Collision-éclair - Flash Collision
Entre une land-rover - Between a land-rover
Et un dromadaire - And a camel
Derrière un cimetière de voitures - Behind a car cemetery
J'ai découvert - I discovered
Un drive-in abandonné - An abandoned drive-in
Le soleil avait des allures crépusculaires - The sun had the appearance of twilight
Et je me suis assise par terre - And I sat on the floor
Au milieu des canettes de bière rouillées - Amid rusted cans of beer
Et j'ai hurlé au désespoir - And I screamed in despair
Comme le lion de la métro Goldwyn Mayer - Like the lion of the Metro Goldwyn Mayer
Un fourgon funéraire - A hearse
S'arrête a un feu vert - Stops at a green light
Chez un antiquaire - In an antique shop
Je me suis acheté - I bought myself
Un vieux frigidaire - An old fridge
Un charter Japonais - A Japanese charter
S'écrase sur Jupiter - Crashes into Jupiter
Mick Jagger centenaire - Mick Jagger hundred years old
Fait la couverture - Hit the headlines
D'un hebdomadaire - Of a weekly
Tout le monde est parti - Everyone is gone
En week end sur la lune - For a weekend on the moon
Demain ce sera lundi - Tomorrow is Monday
Chacun reprendra son existence - Each one goes back to its life
Inutile - Useless
Un ballon - A balloon
Nucléaire - Nuclear
Explose dans l'atmosphère - Explodes in the atmosphere
Au cadran solaire - On the sundial
Je vois qu'il est l'heure - I see it is time
De rentrer dans mon bunker - To return to my bunker
Les néons de la lune - The neon lights of the moon
S'allument - Light
Comme des lampadaires - As streetlights
A la télévision - On TV
C'est l'heure des nouvelles - It's time for news
Interplanétaire - Interplanetary

Diane Dufresne, Week end sur la lune, Luc Plamondon - Germain Gauthier, 1978

2011-04-19

Des fusées dans le firmament



J'ai douze ans Maman - I am twelve years old Mom
J'ai pas peur du sang - I'm not afraid of blood
Je suis plus une enfant - I'm no longer a child
Pour qui tu me prends - Who do you think I am
Faut que je me dépêche - I must hurry
De vivre ma vie Maman - To live my life Mom
J'ai déjà trouvé - I already found
Mon premier cheveu blanc - My first white hair
J'ai douze ans Maman - I am twelve years old Mom
J'ai pas beaucoup de temps - I have not much time
Je sais pas si tu comprends - I don't know if you understand
Comment je me sens - How I feel
Quand je vois passer des fusées dans le firmament - When I see rockets pass by in the sky
Je me dis qu'on va y goûter avant longtemps - I tell myself it's going to taste before long
Quand je regarde la télévision - When I watch TV
On parle seulement de pollution - It speaks only of pollution
Et de surpopulation - And overpopulation
Peut-être que la bombe à neutrons - Maybe the neutron bomb
Sera le meilleur remède - Will be the best remedy
Contre la misère sur la terre - Against misery on earth
Naturellement - Naturally
Tu regardes seulement les téléromans Maman - You only watch soap operas Mom
Tu sais pas ce qui se passe dans l'univers - You don't know what's going on in the universe
J'ai douze ans Maman - I am twelve years old Mom
J'ai besoin d'argent - I need money
Je pourrais me prendre un amant - I may take a lover
Comme dans ton temps - As in your time
Qu'est-ce que je vais faire - What am I going to do
Pour gagner ma vie Maman - To earn my my living Mom
Je veux pas étudier pour rien - Do not want to study for anything
Jusqu'à trente ans - Up to thirty years
Aujourd'hui à l'école - Today at school
On nous a parlé - We were told
Des possibilités de vie - Living opportunities
Dans les autres galaxies - In other galaxies
Puis on nous a aussi montré - We were also showed
Un film où on voyait - A movie where you could see
Comment copule la libellule - How dragonflies copulating
C'est quoi la vie - What is life ?
J'ai pas envie - I do not want
D'avoir d'enfant Maman - To have children Mom
Faut que je commence à prendre la pilule - I have now to take the pill
J'ai douze ans Maman - I am twelve years old Mom
J'ai pas beaucoup de temps - I have not much time
Je sais pas si tu comprends - I don't know if you understand
Comment je me sens - How I feel
Quand je vois passer des fusées dans le firmament - When I see rockets pass by in the sky
J'espère qu'un jour je pourrai partir dedans - I hope someday I can get inside
J'ai douze ans Maman - I am twelve years old Mom

Diane Dufresne, J'ai douze ans, Luc Plamondon - Germain Gauthier, 1979

V-GER


Champs Elysées



Papers



Papers / Peter Greenaway


2011-04-18

Where have all the flowers gone ?

L'Ange



L'Ange, Patrick Bokanowski, bande-son de Michèle Bokanowski, 1982

Microcosmos


Microcosmos Le Peuple de l’herbe, Claude Nuridsany et Marie Pérennou, 1996

Le Dernier Cri


Le Dernier Cri, Erwin Olaf, 2006

2011-04-17

Milky way my bridal veil


Marcel Duchamp, La mariée mise à nu par ses célibataires, même / The Bride Stripped Bare By Her Bachelors, Even, 1915-1923, Philadelphia Museum of Art

Paris, l'Échoppe, 1992

Broyeuse de chocolat - 1 - Chocolate grinder
Glissière - 2 - Slide
Agrafe motrice et chaîne de révolution - 2A - Driving hook and chain of revolution
Pédale en sous-sol - 2B - Underground pedal
Moulin à eau - 2C - Water mill
Grands ciseaux - 3 - Large scissors
Célibataires - 4 - Bachelors
Tubes capillaires - 5 - Capillary tubes
Horizon — vêtements de la Mariée - 6 - Horizon — Bride's clothing
Mariée, tête ou yeux - 7 - Bride, head or eyes
Anneau de suspension du Pendu femelle - 7A - Suspension ring of the "Hanged" female
Guêpe - 7B - Wasp
Girouelle - 7C - Weather vane
Voie lactée chair - 8 - Milky way flesh color
Allongement météorologique - 8A - Meteorological extension
Aller-retour des lettres de l'Inscription - 8B - Roundtrip of the top inscription letters
Tamis - 9 - Sieves
Pentes d'écoulement - 10 - Planes of flow
Mobile de l'éclaboussure - 10A - Mobile of splash
Fracas — éclaboussures - 10B - Crashes — splashes
Canon (?) - 11 - Cannon (?)
et - 11A - and
Béliers du combat de boxe - 11B - Rams of the boxing match
Tableaux d'oculiste - 12 - Oculist charts
Tirés - 13 - Shots
"Trépied" du jongleur-manieur-soigneur de gravité - 14A - "Tripod" of the juggler-handler-tender of gravity
Ressort du jongleur-manieur-soigneur de gravité - 14B - Spring of the juggler-handler-tender of gravity
Plateau et boule noire du soigneur de gravité - 14C - Platform and black ball of the tender of gravity

Star


L'univers est un Star System
- Universe is a star system
La terre est une poussière d'étoile
- Earth is stardust
La lune sera mon diadème
- Moon will be my diadem
Pour mes noces transsidérales
- For my trans-sidereal wedding
La voie lactée sera mon voile nuptial
- Milky way will be my bridal veil
Ma robe de mariée une aurore boréale
- My bridal gown a northern light

Toi qui sais déjà la fin de mon histoire
- You who already know the end of my story
Emmène-moi avec toi dans le ciel
- Take me with you up in the sky
Je m'appelle Stella car j'ai rêvé un soir
- My name is Stella because I dreamed one night
D'être une étoile éternelle
- Of being an eternal star

Devant mon miroir j'ai rêvé d'être une star
- Before my mirror I dreamed of being a star
J'ai rêvé d'être immortellement belle
- I dreamed of being immortally beautiful
Ce soir j'irai voir a travers le miroir
- Tonight trough the looking-glass I'll go to see
Si la vie est éternelle
- If life is eternal

Diane Dufresne, Le rêve de Stella Spotlight, Starmania, Michel Berger & Luc Plamondon, 1978

Symphonique n'Roll


Diane Dufresne, Oxygène, Symphonique n'Roll, 1988

Monopolis


De New York à Tokyo - From New York to Tokyo
Tout est partout pareil - Everything's all the same
On prend le même métro - We take the same metro
Vers les mêmes banlieues - Towards the same suburbs
Tout le monde à la queue leu leu - Everyone in a single file
Les néons de la nuit - The neons of the night
Remplacent le soleil - Replace the sun
Et sur toutes les radios - And to all the radios
On danse le même disco - We dance the same disco
Le jour est gris - The day is gray
La nuit est bleue - The night is blue
Dans les villes - In the cities
De l'an 2000 - Of the year 2000
La vie sera bien plus facile - Life will be much easier
On aura tous un numéro - We'll all have a number
Dans le dos - In our backs
Et une étoile sur la peau - And a star on our skins
On suivra gaiement le troupeau - We'll gaily follow the herd
Dans les villes - In the cities
De l'an 2000 - Of the year 2000
Mirabel ou Roissy - Mirabel or Roissy
Tout est partout pareil - Everything's all the same
Tout autour de la terre - All around the earth
On prend les mêmes charters - We take the same flights
Pour aller où le ciel est bleu - To go where the sky is blue
Quand on ne saura plus - We no longer know
Où trouver le soleil - Where to find the sun
Alors on partira - Well, we will part
Pour Mars ou Jupiter - For Mars or Jupiter
Tout le monde à la queue leu leu - Everyone in a single file
Dans les villes - In the cities
De l'an 2000 - Of the year 2000
La vie sera bien plus facile - Life will be much easier
On aura tous un numéro - We'll all have a number
Dans le dos - In our backs
Et une étoile sur la peau - And a star on our skins
On suivra gaiement le troupeau - We will gaily follow the herd
Dans les villes - In the cities
De l'an 2000 - Of the year 2000
Monopolis - Monopolis
Il n'y aura plus d'étrangers - There will be no more strangers
On sera tous des étrangers - We'll all be strangers
Dans les rues de - In the streets of
Monopolis - Monopolis
Marcherons-nous - Will we walk
Main dans la main - Hand in hand
Comme en 1980 - Like in 1980
Tous les deux dans - Both of us in
Monopolis - Monopolis
Quand nos enfants - When our children
Auront vingt ans - Are twenty
Nous, on sera d'un autre temps - We, we will be from an other time
Le temps d'avant - The time before
Monopolis - Monopolis
Je nous vois assis sur un banc - I sea us seated on a bench
Seuls au milieu de - Alone in the middle of
Monopolis - Monopolis

France Gall, Monopolis, Starmania, Michel Berger & Luc Plamondon, 1978

2011-04-16

Fantastica



there goes the ground
to meet with the sky
we're standing on air
we're learning to fly
the rocks wave goodbye

there goes the sea
up in a cloud
there go the fish
flying so proud
so brave and so proud

you you you
you break my heart
fantastica
i loved you right from the start
fantastica

why - why don't i know who you are
you - like some, like a crazy shooting star
near now suddenly far
you're fantastica

why does the spring
make me ache
fantastica
willows weep
robins eggs break
fantastica

look - there's a bird singing my song
see - he has got the words all wrong
sweet voices singing wrong
they're fantastica

you you you
you are my bride
fantastica
you are my shame
you're my pride
fantastica

love - you're a sweet martyred saint
love - you're a kiss you're a complaint
strong now suddenly faint
you're fantastica
fantastica

Lewis Furey, Carole Laure, Fantastica, Gilles Carle, 1980

2011-04-15

Harry


Waiting for my brain to start - wedueltokill.tumblr.com

Collection










Hubert Duprat, larves de Phryganes ou Trichoptères
Ahmet Ertug,
- Bibliothèque du Monastère de Wiblingen, Allemagne
- Bibliothèque de l’Abbaye d’Admont, Autriche
- Bibliothèque bénédictine de l’Abbaye de Metten, Allemagne
Mozart Don Giovanni, Joseph Losey, 1979