2009-11-27

Au monde

Et puis j'acceptai d'être au monde.

2009-11-26

2009-11-25






2009-11-24

Tu entends ma voix





Charlotte Gainsbourg, Willem Dafoe, Anti Christ, Lars Von Trier, 2008

2009-11-22

Lascia ch'io pianga

Lascia ch'io pianga mia cruda sorte
E che sospiri la libertà
Il duolo infranga queste ritorte
De' miei martiri sol per pietà

Laissez-moi pleurer sur mon sort cruel
Et aspirer à la liberté
Puisse le chagrin briser ces chaines
De ma souffrance par pitié













Oeuvre naïve où tout ce qui est dit l'est jusqu'au bout, ainsi des grandes œuvres et des contes pour enfants.
L'homme qui est avec elle ne lui fait aucun bien : elle se croit mauvaise, damnée, sorcière, jusqu'au bout.
"Tes pensées déforment la réalité"
Sans se donner, il se croit en droit et en mesure de la sauver d'elle-même, jusqu'au bout, et la brûle sur un bûcher.
Anti-Christ un monde où l'abandon de l'un par l'autre détruit l'un et l'autre.


Charlotte Gainsbourg, Willem Dafoe, Anti Christ, Lars Von Trier, 2008


2009-11-20

Asakusa


Raizan Negoro (1887- ?), Asakusa Temple, Tokyo, 1922

Rendar

N: Voyez-vous de nouveau visages au sein de votre Conseil depuis la dernièer fois ?
S: (en sursautant brusquement, puis avec un soupir de soulagement) AH QUAND MEME ! Rendar est revenu. Je suis si content de le revoir !
N: Qui est Rendar ?
Le sujet tremble et ne répond pas.
N: Maintenant prenez une profonde inspiration et calmez-vous pour qu'on sache ce qui se passe. Où est assis Rendar ?
S: A gauche du centre de la table (toujours songeur) ça fait si longtemps…
N: Combien d'années terrestres se sont écoulées depuis la dernière fois où vous avez vu Rendar ?
S: (les larmes aux yeux, après une longue pause) Quelque chose comme… 3000 ans.
N: Ca doit représenter une multitude de vies pour vous. Pourquoi Rendar a été absent si longtemps ?
S: (toujours larmoyant mais commençant à se ressaisir) Vous ne comprenez pas ce que signifie son retour dans le conseil. Rendar est très vieux et sage… il est si… paisible… il était avec moi avant que mes cycles terrestres (ses vies passées) ne se multiplient. Rendar me dit que j'étais très prometteur et que j'évoluais rapidement – j'avais des missions importantes – et puis… (le sujet s'arrête, à nouveau très ému)
N: (doucement) Vous vous en sortez bien. Veuillez continuer et me dire ce qui vous arrive.
S: (après une autre longue pause) Je… tombe en disgrâce. Je tombe dans les pièges que nombre d'entre nous posons. Je suis de plus en plus assuré de mon pouvoir. Assumer des positions d'autorité sur les autres était amusant. Le genre de corps que j'avais ne m'importait pas. Vie après vie, je suis devenu complaisant et égoïste. Rendar m'avait prévenu sur le ralentissement de mes progrès et je lui faisais des promesses que je n'ai pas tenues. De si nombreuses vies gâchées… je suis passé à côté d'opportunités… et j'ai corrompu mon savoir et mon pouvoir.
N: Eh bien vous avez fait volte-face récemment sinon Rendar ne serait pas ici, non ?
S: J'ai travaillé si dur ces derniers 500 ans pour m'améliorer. Porter un intérêt aux autres – s'engager à leur service, ressentir de la compassion – et maintenant ma récompense. Rendar est REVENU ! (le sujet se met à trembler violemment et ne peut plus parler)
N: (après une pause où je fais de mon mieux pour composer avec lui) Au moment où vous le retrouvez, que dit-il d'abord ?
S: Il m'adresse un sourire chaleureux et dit : "C'est agréable de travailler à nouveau avec toi".
N: Comme ça ? C'est tout ?
S: pas besoin d'autre chose. Je ressens le pouvoir de son grand esprit et je sais qu'une fois encore il a confiance en mon avenir.
N: Que lui dites-vous ?
S: Je jure de ne pas revenir en arrière.


N: Dou you see any new faces on your council since the last time you went before them ?
S: (with a sudden gasp, then a deep sigh of pleasure) AT LAST ! Rendar has come back. Oh, am I glad to see him again.
N: Who is Rendar ?
Subjet is shaking and does not respond.
N: Now, take another deep breath and relax for me so together we can discover what is going on. Where is Rendar sitting ?
S: To the left of center at the table. (still musing) It's been so long…
N: How many Earth years have passed since you last saw Rendar ?
S: (tearfully, after a long pause) Some… 3,000 years…
N: This must represent a multitude of lives for you – why has Rendar been away so long ?
S: (still tearfull, but regaining composure) You don't understand the significance of his coming back on my council. Rendar is very old and wise… he is so… peaceful… he was with me before my Earth cycles (past lives) had numbered so many. Rendar told me I was showing great promise and developing rapidly – I was receiving assignments of importance - and then… (subject stops, choking up again)
N: (softly) You are doing fine. Please go on and tell me what happened to you.
S: (after another long pause) I… fell from grace. I fell into the traps that so many of us do here. I grew too confident with my power. Assuming positions of authority over others was fun. I didn't matter what kind of body I had. I became self-indulgent and selfish in life after life. Rendar warned me about slowing down my progress and I made promisses to him I did not keep. So many lives… wasted… I squandered away opportunities… and corrupted my knowledge and power.
N: Well, obviously you have turned things around recently or Rendar would not be here ?
S: I have been working so hard to improve in the last 500 years. To care about others – to engage in service to others – to feel compassion – an now my reward. Rendar is BACK ! (subject begins to shake violently and cannot talk)
N: (after a break where I do my best to compose this client) What does Rendar first say to you at the moment you see him after this long absence ?
S: He gives me a warm smile and says, "It's good to be working whith you again".
N: Just like that ? That's it ?
S: Nothing else is necessary. I feel the power of his great mind and know that once again he has confidence in my future.
N: What do you say to him ?
S: I vow not to slip back again.


Michael Newton, Journées dans l'au-delà (Destiny of souls), Le jardin des livres, 2008
Louis-Auguste et Auguste-Rosalie Bisson, Serac de Bossons, 1862

2009-11-18

Klaris

It's a shame about Klaris. His green used to be so brilliant. He was a great healer who became corrupted by power. For Klaris things were almost too easy – he was so talented. His donwhill slide happened over a number of lives involving many abuses. He loved the veneration and adulation so much, his vanity became a disguise from himself. Klaris began losing his gifts and we noticed his color fading and growing more muted. Finally, Klaris became so ineffective he was sent down for retraining. We all expect he will eventually come back.


C'est une honte dans le cas de Klaris. Sa couleur verte avait un tel éclat. C'était un grand guérisseur qui a été corrompu par le pouvoir. Pour Klaris, les choses étaient presque trop faciles – il avait tellement de talent. Sa descente a eu lieu sur plusieurs vies [incluant] plusieurs abus. Il aimait tant la vénération et l'adulation, que sa vanité l'a abaissé. Klaris a commencé à perdre ses dons et nous avons remarqué que sa couleur s'estompait et devenait de plus en plus ténue. Finalement, il est devenu incompétent et il a été renvoyé pour se recycler. Nous espérons tous qu'il finira par revenir.


Michael Newton, Journées dans l'au-delà (Destiny of souls), Le jardin des livres, 2008
Agus Kama Loedin akldada-dadaakl.blogspot.com

2009-11-15

Cynthia

– Tu sais, Cynthia, je t’aime. Je suis ton amoureux. Quand on passe dans les couloirs, j’ai toujours une envie folle de t’embrasser. Tu es si belle avec tes cheveux rouges et ta robe verte. Je voudrais que ma petite fille, plus tard, te ressemble. De beaux jeunes gens lui feraient la cour et on la marierait avec celui qui jouerait le mieux au tennis. Ma femme, elle, connaissait un tas de choses. Bien sûr qu’elle était aussi savante que toi, mais on ne s’amuse pas souvent avec elle. Nous, quand on est tous les deux, on rit, on chante. Alors on va faire un voyage. Chaque soir on aura une nouvelle chambre, mais toujours avec des lits jumeaux, le plus près possible l’un de l’autre, et on parlera longtemps avant de s’endormir. On fera la grasse matinée. On mangera dans les wagons-restaurants et pour que personne ne nous reconnaisse, je t’appellerai mademoiselle Fourchette. Toi, tu m’appelleras monsieur Couteau, et on nous prendra pour des Espagnols en voyage de noces. On ira dans des endroits très gais, où il y aura des fleurs aussi douces que tes cheveux et des boutiques où je t’achèterai des belles robes décolletées. Dans les pays chauds on boira de la limonade si froide et si piquante qu’on éternuera.
Au pôle nord, avant de se coucher, on mettra tant de rhum dans notre thé qu’on rira en dormant. On montera sur toutes les Tours Eiffel. Si on rencontre des tigres, je te donnerai le bras et tu n’auras pas peur. Sur les banquises on verra des phoques qui jouent à la balle avec leur nez et on en ramènera un, pour nous distraire quand nous serons vieux. On enverra des oiseaux-mouches et des cornes de rhinocéros à ma petite fille. On lui écrira aussi sur des belles cartes postales, car je pense qu’elle doit bien s’ennuyer avec sa mère qui lui donne tous les jours des leçons d’arithmétique. Alors il faut être gentils avec elle, puisque tous les deux on est si heureux ensemble. Je t’aime tant, Cynthia. Tu ne ressembles pas aux autres femmes. Tu es bien plus belle. Tu es comme la mort, Cynthia, tu es une putain comme la mort, Cynthia, ma chérie, ma petite putain…



- You know, Cynthia, I love you. I am in love with you. Where we go down hallways, I am always mad to kiss you. You are so beautiful with your red hair and your green dress. I want my little girl later on to look like you. Handsome young men will come to court her and she will marry the one who plays tennis the best. My wife, she knew a lot of things. Of course, she was as well educated as you but you couldn't have a good time with her very often. Now us, when there's just the two of us, we laugh and sing. Now we're going to take a trip. Every night we'll have a new room, but always with the twin beds as close as possible to each other, and we'll take a long time before going to sleep. We'll stay in bed late every morning. We'll eat in dining cars, and so that nobody recognize us I'll call you Miss Fork . You you'll call me Mr. Knife, and people will think we're a Spanish couple on our honeymoon. We'll go to every gay places where there will be flowers as soft as your hair and in shops I'll buy you beautiful dresses with very long necks. In hot countries we'll drink lemonade so cold and prickly that it will make us sneeze.
At the North Pole, before going to bed, we'll put so much rum in our tea that we'll laugh ourselves to sleep. We'll climb all the Eiffel Towers. If we run to any tigers, I'll give you my arm and you won't be afraid. On the icebergs, we'll see seals playing ball with their noses and we'll bring one back to amuse us when we're old. We'll send hummingbirds and rhinoceros to my little girl. We'll also write to her on handsome postcards, for I think she must be very bored with her mother who gives her a lesson in arithmetic every day. We must be nice to her because we two are so happy together. I love you so much, Cynthia. You are not like other women. You are much more beautiful. You are like death, Cynthia, you are a whore like death, Cynthia, my darling, my little whore…


René Crevel, Babylone, (1927), Paris, J.-J. Pauvert, 1975 - Babylon, translated by Kay Boyle, San Francisco, North Point Press, 1985
Jessica Biel, Colin Firth, Easy Virtue, Stephan Elliott, 2008

René


René Crevel (1900-1935)
LB d'après Thea Sternheim

2009-11-12

2009-11-08

Where is it written ?




www.johndugdale.net

Bibliothèques

Rien n'est petit quand il s'agit de bibliothèque. Tous mes patients me disent que l'endroit où ils voient les Livres de Vie sont des grandes salles d'étude, avec une structure rectangulaire et des livres alignés le long des murs ; de nombreuses âmes étudient à des pupitres et elles ne semblent pas se connaître.
Dans cet espace, les bibliothécaires sont des âmes archivistes chargées de ces livres. Elles sont calmes, des êtres quasi monastiques qui aident aussi bien les guides que les élèves des nombreux groupes primaires à localiser l'information. Ces bibliothèques servent aux âmes de différentes manières en fonction de leur niveau de connaissance. Les âmes peuvent être aidées par leur propre guide, ou par les Archivistes, ou par les deux.

Les titres des Livres de Vie spirituels comportent le nom [des âmes].


There is nothing small about the library. Everyone tells me the location of the Life Books is seen as a huge study hall, in a rectangular structure, with books lined along the walls and many souls studying at desks who do not seem to know each other.
Once inside this space, librarian-guides are the Archivist Souls in charge of the books. They are quiet, almost monastic beings who assist both guides and students from many primary clusters in locating information. These spiritual libraries serve souls in different ways depending upon their level of attainment. Souls may be assisted either by their own guides, the Archivists, or both.

The titles of spiritual Life Books have my client's names on them.


Michael Newton, Journées dans l'au-delà (Destiny of souls), Le jardin des livres, 2008
Etienne-Louis Boullée (1728-1799), Second projet pour la Bibliothèque royale, 1786

2009-11-05

Après votre mort sous la pluie et dans la boue


N: Après votre mort sous la pluie et dans la boue de ce champ de bataille, que voyez-vous en traversant cette lumière vive ?
S: Une personne habillée d'une robe blanche vient vers moi.
N: Qui est cette personne ?
S: Je vois Kate. C'est un nouveau professeur qui a été récemment affectée à notre groupe.
N: Décrivez-moi son aspect et ce qu'elle vous communique quand elle est plus près de vous.
S: Elle a un visage jeune, plutôt franc avec un grand front. Kate dégage de la paix – je peux la sentir – mais il y a un souci et… (rires) elle ne s'approchera pas davantage de moi.
N: Pourquoi pas ?
S: Mon énergie est en mauvais état. Elle me dit : "Zed, tu devrais te soigner !"
N: Pourquoi ne vous aide-t-elle pas, Zed ?
S: (rit à nouveau bruyamment) Kate ne veut pas s'approcher de mon énergie négative en totale déconfiture, à cause de la guerre… et du meurtre.
N: Je n'ai jamais entendu parler d'un guide évitant cette responsabilité, Zed. A-t-elle peur d'être contaminée ?
S: (riant toujours) Quelque chose comme ça. Vous devez comprendre que Kate est plutôt novice dans ce genre de travail. Elle n'est pas contente d'elle-même, je peux le voir.
N: Vous pouvez dire à quoi ressemble cette énergie-là ?
S: Mon énergie est dans un sale état. Elle est en lambeaux… des blocs noirs… irréguliers… totalement désalignés.
N: C'est parce que vous n'avez pas quitté votre corps assez rapidement au moment de la mort ?
S: Bien sûr ! Mon unité a été prise par surprise. En temps normal, je coupe les ponts (se sépare de son corps) quand je vois la mort arriver.
N: Bien, Kate ne peut pas vous prêter quelque assistance en arrangeant un peu votre énergie ?
S: Elle essaie… un peu. Je pense que pour l'instant c'est trop dur pour elle.
N: Alors que faites-vous ?
S: Je commence à lui demander des conseils et à essayer de m'aider par moi-même. Je n'y arrive pas bien, c'est trop embrouillé. Et puis un courant puissant d'énergie me frappe – c'est comme un jet d'eau projeté d'une lance à incendie – et ça commence à m'aider pour me reconstruire, et repousser une partie de toute cette merde négative provenant de la bataille.
N: J'ai entendu parler d'un endroit où l'énergie est déversée comme une douche régénérante sur les nouveaux venus – les âmes qui ont subi des dommages. Est-ce là que vous vous trouvez maintenant ?
S: (souriant) Je crois que oui – ça vient de mon guide, Bella. Je peux le voir maintenant. C'est un vrai pro dans ce genre de truc. Il se tient derrière Kate, en l'aidant.
N: Alors qu'est-ce qui vous arrive ?
S : Bella s'efface et Kate s'approche de moi, elle me prend dans ses bras et nous commençons à parler pendant qu'elle me conduit au loin.
N: Avez-vous encore confiance en Kate après qu'elle vous ait traité comme un lépreux ?
S: (me regardant sévèrement en fronçant les sourcils) Vous y allez un peu fort. Ca n'aurait pas pris beaucoup de temps avant qu'elle n'apprenne à travailler avec ce type d'énergie négative. Je l'aime beaucoup. Elle a de nombreux talents, mais disons que pour l'instant la mécanique n'en fait pas encore partie.


N: As you pass into the bright light following your death in the mud and rain on this battlefield, what do you see ?
S: A figure coming toward me dressed in a white robe.
N: Who is this figure ?
S: I see Kate. She is a new teacher, recently assigned to our group.
N: Describe her appearance and what she is communicating to you as she comes closer.
S: She has a young, rather plain face wih a large forehead. Kate radiates peace – I can feel it – but there is a concern too and… (laughs) she won't come close to me.
N: Why not ?
S: My energy is in bad shape. She says to me, "Zed, you should be healing yourself!"
N: Why doesn't she help in this endeavor, Zed?
S: (laughs again loudly) Kate does not want to get near all my scrambled negative energy from the war… and the killing.
N: I have never heard of a guide shying away from such responsibility with disassembled energy, Zed. Is she afraid of contamination ?
S: (still laughing) Something like that. You have to understand Kate is still rather new at this sort of work. She is not happy with herself – I can see that.
N: Describe what your energy looks like right now.
S: My energy is a mess. It is in chunks… black blocks… irregular… totally skewed out of alignment.
N: Is it because you didn't escape from your body fast enough at the moment of death ?
S: For sure ! My unit was taken by surprise. I normally cut loose (from the body) when I see death coming.
N: Well, can Kate lend some assistance in rearranging your energy ?
S : She tries… a little… I guess it's to much for her at the moment.
N: So, what do you do ?
S: I begin to take her suggestion and try to help myself. I'm not dooing too well, it's so scrambled. Then a powerful stream of energy hits me like water from a fire hose and it helps me begin to reshape myself and push out some of the negative crap from the battle.
N: I have heard of a place where energy is showered upon newly returned, damaged souls. Is that where you are now ?
S: (laughing) I guess so – it's from my guide, Bella. I can see him now. He is a real pro at this kind of thing. He is standing behind Kate, helping her.
N: Then what happen to you ?
S: Bella fades away and Kate comes close to me and puts her arms around me and we start to talk as she leads me away.
N: (deliberately provoking) Do you have any confidence in Kate after she treated you like some sort of leper ?
S: (frowns at me severely) Oh, come on – that's a mite strong. It won't be long before she gets the hang of working with this kind of messed-up energy. I like her a lot. She has many gifts… right now, mechanics isn't one of them.


Michael Newton, Journées dans l'au-delà (Destiny of souls), Le jardin des livres, 2008
Anouk Grinberg , Grégori Dérangère , Les Fragments d'Antonin, Gabriel Le Bomin, Dragoonie Films, 2006

Je viens d'un endroit - I come from a place


Hélène: Je viens d'un endroit où le mal semble plus facile à dépister parce qu'il s'incarne dans les gens, il devient nous-mêmes pour que les autres voient clairement le danger d'être déformés par lui…


Helen: I come from a place where evil seems easier to pinpoint because you can see it in the flesh, because people so know exactly the danger of being deformed by it...


Isabelle Adjani (Anna - Helen), Sam Neill (Marc), Possession, Andrzej Zulawski, 1981
www.andrzej-zulawski.com

2009-11-03

Le cinquième élément






Milla Jovovich (Leeloo), Bruce Willis (Korben Dallas), Maïwenn Le Besco (Plava-Laguna), Le Cinquième Élément (The Fifth Element), Luc Besson, 1997